Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Rue Sherbrooke Est (entre Saint-Dominique et Saint-Denis)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Rue Sherbrooke Est (entre Saint-Dominique et Saint-Denis)

Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue Sherbrooke Est angle Saint-Denis, côté sud direction ouest
©Ville de Montréal, 2003
 
Rue Sherbrooke Est angle Coloniale, côté sud direction est
©Ville de Montréal, 2003
 
Angle nord-est des rues Saint-Norbert et Saint-Dominique
©Ville de Montréal, 2003
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1642-1845

   
Développement du milieu urbain

La ville de Montréal, alors appelée Ville-Marie, est fondée en 1642 par Paul Chomedey de Maisonneuve (1612-1676) et Jeanne Mance (1606-1673). En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal. Ils divisent alors le territoire en concessions afin de l'ouvrir à la colonisation. Les terres près de la ville fortifiée sont divisées en fermes de 30 arpents de profondeur. Entre 1700 et 1717, le chemin de Saint-Laurent est ouvert et devient l'une des principales voies de communication vers les peuplements agricoles situés au nord de l'île.

Au cours du XVIIIe siècle, on commence à subdiviser les terres près de la ville en vastes lots. Plus près des fortifications, des faubourgs se forment.

Le premier segment de la rue Sherbrooke (rue Sainte-Marie) est tracé entre le chemin de Saint-Laurent et la rue Saint Denis actuels, dans le cadre d'un projet de lotissement planifié dans les années 1760 par Pierre Foretier et nommé le faubourg Saint-Piere. La vente des lots, qui devance de plusieurs décennies l'étalement de la ville vers le nord est un échec. Les rues tracées et les lots subdivisés sont cependant conservés. Au début du XIXe siècle, quelques petits bâtiments sont finalement construits le long des rues Sherbrooke et Saint-Norbert (anciennement Saint-Pierre, puis Foretier).

La maison construite en 1837 pour l’avocat Alexander Buchanan est la plus ancienne construction du secteur. Comme sa voisine aujourd'hui disparue, elle est sise à l’origine sur un vaste terrain et entourée de vergers.

Architecture

Maison isolée (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
    
haut de page

1846-1914

   
Développement du milieu urbain

C’est au cours de la seconde moitié du XIXe siècle que sont construits la plupart des bâtiments du secteur. En 1846, on débute la construction de la Maison du Bon-Pasteur. La communauté religieuse de Notre-Dame du Bon-Pasteur d’Angers, établie à Montréal depuis 1844, a pour mission de s’occuper des jeunes filles délinquantes. Pendant plusieurs décennies, le complexe des soeurs prend de l’ampleur et occupera finalement la totalité de l’îlot bordé par les rues Sherbrooke, De Bullion, Saint-Norbert et Saint-Dominique.

L’extrémité est du présent secteur patrimonial, entre les rues Sanguinet et Saint-Denis, est subdivisée en lots étroits sur lesquels on construit, à la fin du XIXe siècle, les maisons en rangée que l’on voit encore aujourd’hui. Dans les années 1880, les Frères des écoles chrétiennes se portent acquéreurs des terrains situés entre l'avenue de l'Hôtel-de-Ville et la rue Sanguinet. Ils choisissent cet emplacement, sur un territoire alors nommé Côte-à-Baron ou mont Saint-Louis, pour y ériger leur collège qui héritera de ce dernier toponyme.

Architecture

Édifice religieux (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
 
Maison semi-détachée
 
Collège / université (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)

Maison en rangée
 
Maison contiguë
  
haut de page

1915 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Outre l’achèvement de la Maison du Bon-Pasteur et l’ajout d’un bâtiment derrière la maison Buchanan, le secteur subit peu de changements au cours du XXe siècle. Par contre, l’évolution des structures sociale et des modes de vie fait en sorte que la majorité des bâtiments changent de fonction. Ainsi, en 1982, la SIMPA, une agence para-municipale, amorce le recyclage de la Maison du Bon-Pasteur pour en faire des habitations ainsi que la restauration de la chapelle.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 mai 2012