Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Village de Pointe-aux-Trembles (Notre-Dame Est et Saint-Jean-Baptiste)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Village de Pointe-aux-Trembles (Notre-Dame Est et Saint-Jean-Baptiste)

Arrondissement ou ville :

Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce secteur comprend le noyau villageois de Pointe-aux-Trembles constitué de bâtiments institutionnels, de résidences et d'un petit quai portuaire. Le secteur comprend aussi les terrains qui bordent les rives du fleuve Saint-Laurent de part et d'autre du village. Des maisons cossues et des petits chalets sont érigés entre la rue Notre-Dame Est et le fleuve.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Belvédère au bout de la rue Saint-Jean-Baptiste
©Ville de Montréal, 2004
 
Quai de Pointe-aux-Trembles
©Ville de Montréal, 2004
 
Rue Saint-Joseph, vers l'ouest
©Ville de Montréal, 2004
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1895

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal. Ils divisent le territoire en concessions afin de l'ouvrir à la colonisation. À cette époque, un fort est érigé à Pointe-aux-Trembles. En 1680, la palissade du fort protège quelques maisons, une chapelle et un couvent en bois des soeurs de la congrégation de Notre-Dame. L’église de l’Enfant-Jésus-de-Pointe-aux-Trembles est érigée vers 1705, entre le couvent et le fleuve.

De 1731 à 1840, le village de Pointe-aux-Trembles, établi sur la trame de rues orthogonale du fort, déborde des limites de la palissade. Le village s'étend du couvent jusqu’à la 9e avenue (alors nommée la rue Saint-Alexis), entre le fleuve et l'actuelle rue Notre-Dame Est. Cette dernière est la voie qui mène à Québec. À l'époque, elle est nommée le chemin du Roi. Elle borde le fleuve et est souvent inondée par la crue des eaux. En 1841, on déplace la rue au nord du village afin d'éviter ce problème.

Architecture

Édifice religieux
 
Maison isolée
  
haut de page

1896-1945

   
Développement du milieu urbain

En 1896, le Canadien National (anciennement la Chateauguay & Northern Railway) construit des voies ferrées sur l’île de Montréal. Le tracé du chemin de fer passe à proximité de la rue Notre-Dame Est. Une ligne de tramway circule dans l’emprise de cette voie ferrée rendant l'extrémité est de l'île plus accessible. Des grandes villas et des chalets sont érigés au bord de l'eau, à l’est et à l’ouest du noyau villageois.

En 1912, un feu détruit une partie du village de Pointe-aux-Trembles. Le couvent, l’église et le presbytère sont épargnés. Cet incendie permet l’élargissement de la rue Saint-Jean-Baptiste, la mise en place d’un terre-plein central et la plantation d’alignements d’arbres. Des maisons de brique remplacent les édifices villageois disparus. En 1937, l'église de l’Enfant-Jésus-de-Pointe-aux-Trembles est incendiée. L'église actuelle est alors construite face à la rue Notre-Dame Est.

Architecture

Maison isolée
 
Maison isolée
 
Maison isolée

Édifice religieux
    
haut de page

1946 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Au cours des années 1950 et 1960, de nouveaux pôles d'activités se développent à l’extérieur du village. La rue Saint-Jean-Baptiste est le nouvel axe d’urbanisation vers le nord où des mails commerciaux sont implantés. De nouveaux quartiers résidentiels, composés de bungalows isolés ou jumelés, sont construits autour du secteur.

Architecture

Maison semi-détachée
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007