Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Complexe Desjardins et Place des Arts

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Complexe Desjardins et Place des Arts

Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le Complexe Desjardins et la Place des Arts forment un pôle important de la vie culturelle de Montréal. L’esplanade de la Place des Arts est le lieu où se déroulent chaque année de nombreuses festivités dont le Festival international de jazz de Montréal et les Francofolies. Les quatre tours du complexe Desjardins et le Complexe Guy-Favreau sont des repères très visibles du secteur. Des expositions et des événements culturels animent aussi la grande place intérieure du Complexe Desjardins.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Le mont Royal, vu de l’esplanade de la Place des Arts
©Ville de Montréal, 2006
 
Rue Jeanne-Mance et le Musée d'art contemporain
©Ville de Montréal, 2006
 
Rue Sainte-Catherine Ouest, vers l’est
©Ville de Montréal, 2006
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1803

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l’ouvrir à la colonisation. À l'extérieur de la ville naissante, le territoire est progressivement divisé en concessions, défriché et consacré à l'agriculture.

Le boulevard Saint-Laurent (anciennement le chemin Saint-Laurent) est tracé entre 1700 et 1717. Il est alors un étroit chemin de terre qui sert de voie de liaison entre Ville-Marie et les concessions situées au nord de l'île. À cette époque, les travaux d’érection des fortifications autour de la ville débutent. En 1732, la porte Saint-Laurent est ouverte sur le côté nord des fortifications, ce qui favorise l’implantation de maisons le long du chemin. Le secteur fait partie des terres agricoles qui se trouvent juste à l'ouest du chemin Saint-Laurent.

haut de page

1804-1953

   
Développement du milieu urbain

Entre 1804 et 1810, on démolit l'enceinte fortifiée. Les terres de cultures situées aux abords du chemin Saint-Laurent sont subdivisées car le faubourg Saint-Laurent se développe. Quelques rangées d’habitations ainsi qu’une église et un presbytère sont construits au nord des anciennes fortifications, le long de la rue De La Gauchetière. La portion nord du secteur fait encore partie d’un ensemble de terres agricoles traversées par la rue Sainte-Catherine.

En 1840, le chemin Saint-Laurent, directement à l'est du secteur, est une voie de communication nord-sud importante et devient une des huit routes à péage administrées par la Commission des chemins à barrières de Montréal.

En 1861, le sulpicien Benjamin-Victor Rousselot fonde l'Institut Nazareth avec la collaboration des Sœurs Grises. L'institut, qui porte assistance et assure l'éducation des aveugles, est installé sur la rue Sainte-Catherine Ouest, entre les rues Saint-Urbain et Jeanne-Mance (à l'emplacement actuel de la Place des Arts). L'Institut Nazareth est la première école spécialisée pour aveugles au Canada et la première à enseigner le braille en Amérique du Nord.

Le secteur, à cause de sa position stratégique et de l'essor industriel de Montréal, se développe fortement jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Il est densément construit d'habitations mitoyennes et de manufactures.

Architecture

Édifice de culte
 
Maison en rangée
  
haut de page

1954-1975

   
Développement du milieu urbain

En 1954, le quadrilatère bordé des rues Sherbrooke, de Bleury, Craig et Saint-Laurent est désigné zone d’habitat défectueux par le Service d’urbanisme de Montréal. Des projets de rénovation urbaine entraînant de nombreuses démolitions sont effectués dans le secteur.

L’option de développer le secteur à des fins culturelles est défendue par le maire de l’époque, Jean Drapeau avec l’appui de la communauté canadienne-française. En 1958, le projet de salles de spectacles et de boutiques de la Place des Arts, influencé par le Lincoln Center de New-York, voit le jour. La grande salle en forme d’éventail est inaugurée en septembre 1963. Elle est l'aboutissement d’un nouvel axe piétonnier devant traverser le secteur dans l'axe nord-sud. Cet axe, qui sera réalisé plus tard, est le pendant de l'axe souterrain qui se développe à l'ouest du centre-ville.

Le siège social d’Hydro-Québec est construit au début des années 1960 sur le boulevard René-Lévesque Ouest (à cette époque le boulevard Dorchester). Hydro-Québec fait partie des premières entreprises à installer son siège social sur le boulevard.

Architecture

Immeuble de bureaux
 
Théâtre / auditorium / cinéma
 
Théâtre / auditorium / cinéma
haut de page

1976 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Le lien piétonnier intérieur du côté est du centre-ville n'a pas encore été réalisé. En 1976, le Complexe Desjardins est construit en face de la Place des Arts, entre la rue Sainte-Catherine et le boulevard René-Lévesque. Un passage souterrain permet de relier la Place des Arts au grand atrium central du Complexe Desjardins.

Dans les années 1980, un autre lien souterrain permet de franchir le boulevard René-Lévesque et d'accéder au nouveau complexe de la Place Guy-Favreau, qui regroupe des bureaux du gouvernement fédéral. Cet axe nord-sud se poursuit jusqu'au Palais des congrès et au quartier chinois.

En 1992, d'autres travaux sont réalisés sur le quadrilatère de la Place des Arts. Le Musée d'art contemporain de Montréal est aménagé dans un bâtiment linéaire qui referme le côté ouest d'une grande esplanade dotée de gradins, de sculptures et de fontaines. Ce nouvel espace public est un lieu convivial très animé, surtout pendant la saison estivale.

Architecture

Immeuble de bureaux
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007