Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Square Phillips et rue Sainte-Catherine Ouest

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Square Phillips et rue Sainte-Catherine Ouest

Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue Sainte-Catherine Ouest angle Stanley
©Ville de Montréal, 2003
 
Rue Sainte-Catherine Ouest angle McGill College
©Ville de Montréal, 2003
 
Immeubles entourant le Square Phillips
©Ville de Montréal, 2003
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1642-1839

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l'ouvrir à la colonisation. À l'extérieur de la ville, le territoire est divisé en concessions et consacré à l'agriculture. Dès 1675, un sentier relie la ville au fort de la Montagne, installé sur le flanc sud du mont Royal. Ce fort fait partie du domaine des sulpiciens qui y exploitent une ferme, des vergers, des vignobles et une carrière de pierres.

Avec l’arrivée des Britanniques à partir de 1760, des riches marchands de fourrure acquièrent peu à peu des terres à l'est du domaine des sulpiciens et y érigent leur maison de campagne. Le secteur à l'étude couvre une partie des propriétés de Joseph Frobisher, James McGill et Simon Mc Tavish.

haut de page

1840-1889

   
Développement du milieu urbain

Entre 1840 et 1845, les grandes propriétés sur le flanc de la montagne font l'objet de spéculation et sont divisées en lots à bâtir. D'ailleurs, en 1842, l'architecte John Ostell conçoit un plan directeur qui oriente le développement urbain vers le nord-ouest.

En 1841, Alfred Phillips, qui a acquis sa terre de Joseph Frobisher, cède à la ville la parcelle de terre qui deviendra le square Phillips.

En 1845, l'architecte John Wells propose un plan de lotissement pour la propriété de Simon McTavish, entre les actuelles rues Mansfield et Stanley.

Peu à peu, de nouveaux résidants, surtout anglophones, s'installent dans ces nouveaux développements, attirés par la tranquillité des rues résidentielles et l'approvisionnement en eau courante qui est offert. Toute cette partie de la ville connaît un développement prodigieux surtout entre 1861 et 1871.

Architecture

Édifice de culte
 
Banque
  
haut de page

1890-1929

   
Développement du milieu urbain

Vers 1890, la ville s'étend et les commerçants quittent le Vieux-Montréal pour s'installer aux abords de la rue Sainte-Catherine Ouest. De grands magasins à rayons sont alors construits : Henry Morgan and Co. érige son magasin sur le square Phillips en 1890-1891 (actuellement La Baie d'Hudson) ; de l'autre côté du square, Birks construit son magasin en 1894 ; Eaton s'installe dans son nouveau bâtiment à l'intersection de la rue University en 1927 et Simpson ouvre ses portes à l'angle Metcalfe en 1931. Entre 1890 et 1929, des succursales bancaires sont également ouvertes et plusieurs édifices à bureaux sont érigés.


Architecture

Magasin
 
Magasin
 
Immeuble de bureaux

Bâtiment commercial ou de bureaux
    
haut de page

1930 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Les activités commerciales entrainent seulement quelques modifications au cadre bâti durant cette période. Aujourd'hui, ce tronçon de la rue Sainte-Catherine Ouest recèle de nombreux édifices patrimoniaux aussi intéressants que diversifiés, et continue d'être une des principales artères commerciales de la ville. Cette fonction se décline en une multitude d'activités, faisant de la rue Sainte-Catherine le lieu par excellence du commerce et du divertissement.

Architecture

Édifice d'administration publique
 
Banque (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
  
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 17 août 2011