Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Rue Sainte-Catherine Ouest (entre Guy et Atwater)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Rue Sainte-Catherine Ouest (entre Guy et Atwater)

Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue Sainte-Catherine Ouest angle Lambert-Closse
©Ville de Montréal, 2003
 
Rue Sainte-Catherine Ouest angle du Fort
©Ville de Montréal, 2003
 
Rue Sainte-Catherine Ouest angle Saint-Mathieu
©Ville de Montréal, 2003
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1642-1841

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal. La seigneurie comprend le domaine des sulpiciens, qu'ils utilisent à leurs fins, ainsi que les exploitations paysannes détenues en censive, c’est-à-dire soumises à une redevance payée aux seigneurs.

Sur leur domaine, implanté sur le flanc sud du mont Royal, les seigneurs exploitent une ferme, des vergers, des vignobles et une carrière de pierres. Ils y implantent une mission pour les amérindiens en 1676. Vers 1684-1686, ils remplacent la palissade entourant la mission par un fort en maçonnerie. Une grande maison occupe le centre du fort et sert de résidence aux missionnaires. Entre 1694 et 1706, les amérindiens quittent progressivement le village de la mission de la montagne pour la mission du Sault-au-Récollet, près de la rivière des Prairies. La grande maison de pierre devient ensuite une résidence de campagne pour les Messieurs de Saint-Sulpice. Les deux tours d’angle sud du fort subsistent encore devant l'actuel Collège de Montréal.

Le secteur à l'étude fait partie du domaine des sulpiciens. Les seigneurs exploitent ces terres à des fins agricoles jusqu'au XIXe siècle.

haut de page

1842-1889

   
Développement du milieu urbain

Durant cette période, les sulpiciens commencent à morceler leur domaine et à vendre quelques parcelles de terrain.

Le développement urbain suit le plan directeur de l'architecte John Ostell qui propose, en 1842, le prolongement de plusieurs artères vers l'ouest, dont Sainte-Catherine et Sherbrooke, dans un paysage occupé par des vergers.

Vers 1870, quelques résidences isolées, jumelées ou en rangées sont construites le long de la rue Sainte-Catherine Ouest et les rues du Fort, Saint-Marc et Saint-Mathieu sont ouvertes.

Dans les années 1870 et 1880, toutes les rues du secteur sont percées et la construction résidentielle bat son plein. Plusieurs séries de maisons en rangée sont bâties des deux côtés de la rue Sainte-Catherine et l'église méthodiste Douglas est érigée en 1878 à l’intersection de la rue Sainte-Catherine Ouest et la rue Chomedey.

Jusqu'en 1890, l'ensemble du quartier, qu'on désigne alors sous le nom de quartier Saint-Antoine, reste essentiellement résidentiel.

Architecture

Maison en rangée (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
    
haut de page

1890-1929

   
Développement du milieu urbain

Durant cette période, le quartier Saint-Antoine se transforme radicalement pour devenir ves 1930 le centre-ville de la métropole du Canada. Dès la fin du XIXe siècle, la rue Sainte-Catherine Ouest perd son caractère résidentiel pour accueillir des activités commerciales puis des bureaux. Des succursales bancaires et des grands magasins sont érigés.

Les grands magasins adoptent des structures portantes en acier, de larges ouvertures vitrées en façade, des revêtements de brique, de métal ou de terre cuite. Les banques présentent une architecture faste exprimant, souvent à travers des styles inspirés du passé comme le néo-classicisme, une image de stabilité, de pérennité et de richesse.

Dans les années 1920, l’architecture fonctionnaliste est de plus en plus populaire, principalement dans la construction d’édifices commerciaux et industriels. Beaucoup plus sobre, elle s’articule sur la base des fonctions qu’elle dessert plutôt que sur les modèles classiques du passé, tout en réduisant l’ornementation à sa plus simple expression.

Architecture

Banque
 
Bâtiment commercial et résidentiel
  
haut de page

1930 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

En 1930, la rue Sainte-Catherine a déjà considérablement changé de visage. Quelques nouveaux bâtiments sont construits et les anciennes maisons en rangée sont de plus en plus souvent utilisées par des commerces au rez-de-chaussée, alors que les étages supérieurs sont devenus des espaces de bureaux.

La rue Sainte-Catherine devient une des principales artères commerciales de la ville. Cette fonction se décline en une multitude d'activités, faisant de cette rue le lieu par excellence à la fois du commerce et du divertissement.

Architecture

Atelier / entrepôt / usine / garage (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
 
Bâtiment commercial ou de bureaux
 
Bâtiment commercial et résidentiel
Intervention(s) contemporaine(s)
d'intérêt

Recyclage
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007