Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Côte-Saint-Antoine et de Vendôme

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Côte-Saint-Antoine et de Vendôme

Arrondissement ou ville :

Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce segment du chemin de la Côte-Saint-Antoine est principalement bordé de maisons isolées ou jumelées en brique. Les arbres, quelques-uns centenaires, font partie des attraits de cet ensemble urbain. Deux anciennes maisons rurales se trouvent dans le secteur, à proximité de l'avenue de Vendôme. On y trouve également deux grandes résidences victoriennes situées de part et d'autre de l'avenue Northcliffe.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Chemin de la Côte-Saint-Antoine, vers l'est
©Ville de Montréal, 2006
 
Chemin de la Côte-Saint-Antoine, vers l'est
©Ville de Montréal, 2006
 
Les maisons typiques du chemin de la Côte-Saint-Antoine
©Ville de Montréal, 2006
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1850

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l'ouvrir à la colonisation. Ils divisent l'île en côtes, un ensemble de terres comptant une série de concessions. Ces dernières sont des bandes parallèles étroites et profondes destinées à l’agriculture. D'abord riveraines, les côtes sont ensuite établies à l'intérieur de l'île.

En 1666, des terres sur le flanc sud-ouest du mont Royal sont concédées au maçon Jean Descaris, un des premiers colons de Montréal arrivé en 1654. On y accède par le chemin de la côte Saint-Antoine. En 1698, Jean Descaris lègue à son fils Michel une part de sa propriété, qui se trouve dans le secteur, sur laquelle ce dernier construit sa maison.

Architecture

Maison isolée
    
haut de page

1851-1905

   
Développement du milieu urbain

En 1851, les sulpiciens font construire l'église Notre-Dame-de-Toute-Grâce directement à l'ouest du secteur. Elle dessert la population d'agriculteurs avoisinante. Ces derniers exploitent, entre autres, des vergers et cultivent des melons. En 1861, le chemin de la côte Saint-Antoine mène au village de Notre-Dame-de-Grâce qui se développe autour de la nouvelle église. En 1869, une seconde maison est construite par Joseph Décary à l'arrière de la maison ancestrale.

En 1879, une barrière à péage située à proximité des maisons des Décary, permet de financer les travaux d'entretien de la voie effectués par la famille Décary et par la famille Hurtubise, propriétaire des terres à l'est de celles des Décary. Vers 1885, le cultivateur Benjamin Décary bâtit sa maison le long du chemin, sur une terre qu'il a hérité de son père, Jérôme Décary, un autre descendant direct de Jean Décaris.

Architecture

Maison isolée
 
Maison isolée
  
haut de page

1906 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

En 1906, le village de Notre-Dame-de-Grâce est incorporé en municipalité de ville. En 1908, le tramway de la "Montreal Park & Island" dessert le territoire et favorise son urbanisation. Cependant, les coûts relatifs à l'implantation des infrastructures nécessaires (acqueduc, égouts, etc.) incitent son annexion à Montréal en 1910. Le développement résidentiel prend alors son essor. Les terres du secteur sont progressivement subdivisées jusqu'aux années 1930. De nouvelles maisons sont insérées entre les maisons anciennes du chemin de la Côte-Saint-Antoine.

Architecture

Maison isolée
 
Maison semi-détachée
  
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007