Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Monastère Saint-Albert-le-Grand

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Monastère Saint-Albert-le-Grand

Arrondissement ou ville :

Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le secteur correspond au site du monastère dominicain Saint-Albert-le-Grand. Ce bâtiment moderne de qualité exceptionnelle, est composé de trois volumes principaux disposés en triangle autour d'un cloître. La chapelle et son clocher font face au chemin de la Côte-Sainte-Catherine, le noviciat borde la rue tandis que l'aile privée du monastère, unit, en diagonale, les deux premiers volumes.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Le monastère, vers l'est
©Ville de Montréal, 2006
 
L'aile des résidences, à l'arrière du monastère
©Ville de Montréal, 2006
 
Le noviciat et l'aile des résidences en arrière-plan
©Ville de Montréal, 2006
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1896

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l'ouvrir à la colonisation. Ils divisent l'île en côtes, un ensemble de terres comptant une série de concessions. Ces dernières sont des bandes parallèles étroites et profondes destinées à l’agriculture. D'abord riveraines, les côtes sont ensuites établies à l'intérieur de l'île.

Le chemin de la côte des Neiges est tracé sur un sentier sinueux qui traverse le mont Royal. Au-delà de la montagne, dans sa partie nord-ouest, le chemin est rectiligne. En 1698, on partage les terres de façon perpendiculaire au chemin et au ruisseau Raimbault qui prend sa source dans la montagne et se jette dans la rivière des Prairies. Comme l'exigent leurs devoirs seigneuriaux, les sulpiciens y construisent un moulin à farine autour duquel se développe le petit hameau de Côte-des-Neiges.

Pendant cette période, le secteur fait partie d'une terre agricole de la côte des Neiges. Cette terre borde le chemin de la côte Sainte-Catherine, un chemin qui épouse le contour nord-est du mont Royal.

haut de page

1897-1953

   
Développement du milieu urbain

En 1897, le Montreal Hunt Club, un établissement de chasse à courre, achète des terres sur le chemin de la côte Sainte-Catherine. Il y construit un manoir, des écuries et des chenils. Une maison de villégiature, aujourd'hui disparue, était construite dans le secteur, à l'extrémité est des terrains du Montreal Hunt Club.

Au début du XXe siècle, les terrains bordant le chemin de la Côte-Sainte-Catherine sont progressivement subdivisés. En 1928, deux institutions sont construites en face du Hunt Club, le collège classique Jean-de-Brébeuf, tenu par les jésuites et le couvent des sœurs de l’Immaculée-Conception. La même année, le chantier du pavillon principal de l’université de Montréal débute sur le flanc nord de la montagne, ce qui favorise le développement immobilier autour du secteur.

haut de page

1954 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

En 1954, les dominicains achètent l'extrémité est de la propriété du Montreal Hunt Club pour y construire leur monastère. Ils confient la conception de l'ensemble à l'architecte Yves Bélanger qui a déjà réalisé plusieurs lieux de culte au Québec. L'architecte dépose ses plans en janvier 1958 et le projet est mis en chantier sans tarder. Le monastère est inauguré au printemps 1960. En 2005, le terrain du monastère est subdivisé afin de permettre la construction d'une école primaire à l'arrière du site.

Architecture

Édifice religieux
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007