Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Village de Côte-des-Neiges

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Village de Côte-des-Neiges

Arrondissement ou ville :

Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce secteur se trouve à l'emplacement de l'ancien noyau villageois de Côte-des-Neiges. Il est composé de bâtiments résidentiels des années 1920 et de bâtiments commerciaux plus récents. Le secteur est très vivant. Ses cafés, librairies et marchés sont achalandés par la population locale multiculturelle et par les nombreux visiteurs qui fréquentent l'université de Montréal, l'hôpital St. Mary's et le collège Notre-Dame.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Chemin de la Côte-des-Neiges, vers le nord
©Ville de Montréal, 2006
 
Avenue Swail, vers l'université de Montréal
©Ville de Montréal, 2006
 
Avenue Gatineau, à la limite nord du secteur
©Ville de Montréal, 2006
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1829

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l'ouvrir à la colonisation. Ils divisent l'île en côtes, un ensemble de terres comptant une série de concessions. Ces dernières sont des bandes parallèles étroites et profondes destinées à l’agriculture. D'abord riveraines, les côtes sont ensuite établies à l'intérieur de l'île.

Le chemin de la côte des Neiges est tracé sur un sentier sinueux qui traverse le mont Royal. Au-delà de la montagne, dans sa partie nord-ouest, le chemin est rectiligne. En 1698, on procède au partage des terres de part et d’autre du chemin. Celles-ci sont perpendiculaires au ruisseau Raimbault qui prend sa source dans la montagne et se jette dans la rivière des Prairies. Comme l'exigent leurs devoirs seigneuriaux, les sulpiciens y construisent un moulin à farine autour duquel se développe le premier noyau de Côte-des-Neiges.

En 1814, les sulpiciens font construire une chapelle-école à l'emplacement actuel de l'église Notre-Dame-des-Neiges, directement au nord du secteur. Le premier noyau se développe de part et d'autre du chemin de la côte des Neiges.

haut de page

1830-1945

   
Développement du milieu urbain

Vers 1830, le village, jusqu'alors isolé, est relié aux côtes avoisinantes par le chemin de la côte Sainte-Catherine, le chemin de la côte Saint-Luc et le chemin de la Savanne. La côte des Neiges, longtemps agricole, devient un lieu de villégiature pour les Montréalais plus fortunés. Des touristes et citadins viennent y pratiquer des activités sportives, comme la chasse en été et la raquette en hiver. Ils logent dans les nouveaux hôtels construits dans et autour du secteur.

En 1869, les pères de Sainte-Croix achètent l'hôtel Bellevue, situé sur le chemin Queen-Mary, directement à l'ouest du secteur. Ils fondent leur seconde maison d'enseignement, le collège Notre-Dame, dans un environnement au caractère encore très rural.

L'urbanisation du quartier s’accélère à partir de 1920 avec le raccordement des différentes lignes de tramways et la planification de projets de développement institutionnel. Pendant ces années, les chantiers de deux grandes institutions démarrent aux abords du secteur : celui de l’oratoire Saint-Joseph en 1924 et celui du pavillon principal de l'université de Montréal en 1928.

Architecture

Bâtiment commercial et résidentiel
    
haut de page

1946 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Après la Seconde Guerre mondiale, l’urbanisation du quartier Côte-des-Neiges est en plein essor. L'environnement urbain autour du secteur est progressivement transformé. En 1957, afin de faciliter les déplacements automobiles, l'intersection des chemins Côte-des-Neiges et Queen-Mary est réaménagée. Plusieurs rangées de maisons sont démolies au cours de ce chantier. En 1966, la Ville aménage le parc Jean-Brillant à l'emplacement des îlots résidentiels faisant partie de l'ancien village. Quatre ans plus tard, l’école des Hautes études commerciales (HEC) construit un nouveau pavillon en face de ce parc. Au cours des décennies suivantes, plusieurs bâtiments du secteur sont remplacés par des immeubles commerciaux et des immeubles à logements. L'ancien noyau villageois demeure néanmoins un lieu très animé au carrefour des activités culturelles du quartier.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007