Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Pie-IX (entre Ontario Est et Pierre-De Coubertin)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Pie-IX (entre Ontario Est et Pierre-De Coubertin)

Arrondissement ou ville :

Mercier—Hochelaga-Maisonneuve (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Outre quelques édifices institutionnels, le secteur du boulevard Pie-IX présente une architecture résidentielle assez homogène. Duplex et triplex contigus voisinent avec des immeubles d’appartements qui appartiennent à une époque plus tardive. Ces immeubles sont souvent revêtus de brique et agrémentés d’insertions de pierre artificielle.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Boulevard Pie-IX, côté ouest vers le nord
©Ville de Montréal, 2004
 
Rue Hochelaga, angle Pie-IX
©Ville de Montréal, 2004
 
Boulevard Pie-IX, côté ouest vers le nord
©Ville de Montréal, 2004
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1883

   
Développement du milieu urbain

Dès le XVIIe siècle, les sulpiciens, seigneurs de l’île de Montréal, accordent les premières concessions. Dans cette partie de l’île, le territoire est divisé en longues bandes de terres perpendiculaires au fleuve Saint-Laurent. En 1825, le secteur fait partie de la côte Saint-Martin, qui s’étend vers l’est depuis les environs de l’actuelle rue Cuvillier. On y dénombre alors 21 habitations, réparties le long de l’unique chemin, la rue Notre-Dame (anciennement chemin du Roy). La côte Saint-Martin est intégrée à la nouvelle paroisse de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge d’Hochelaga en 1867.

En 1874, un groupe d’hommes d’affaires canadiens-français achète le domaine Mathieu à des fins de lotissement. Ils tracent les premières voies de circulation, dont le boulevard Pie-IX. Sur un plan de 1879, cette artère se démarque déjà par sa largeur et la dimension de ses terrains. On prévoit l’ouvrir jusqu’à la rue Pierre-de-Coubertin (anciennement Boyce). Lorsque le village d’Hochelaga devient une ville en 1883, pour être aussitôt annexée à Montréal, ces promoteurs font sécession. Tout le territoire qui s’étend vers l’est depuis l’avenue Valois se détache, en décembre 1883, pour former la municipalité de Maisonneuve. Elle compte alors 350 habitants.

haut de page

1884-1945

   
Développement du milieu urbain

À partir de 1885, le conseil municipal de Maisonneuve favorise la venue d’industries, notamment par l’exemption de taxes. On met aussi en place les services publics de base et les institutions susceptibles d’attirer la population. L’occupation du territoire reste toutefois limitée à la partie sud du territoire. En 1890, aucune construction n’apparaît sur le boulevard Pie-IX, qui alors ne dépasse pas le nord de la rue Adam.

Les efforts des promoteurs donnent des résultats à la fin des années 1890. Plusieurs entreprises s’installent, surtout à proximité de la voie ferrée du Canadien National (anciennement Chateauguay & Northern Railway Co.), ouverte en 1896. En 1907, les habitations sont clairsemées au nord de la rue de Rouen (anciennement Earnest) et il n’y en a aucune sur le boulevard Pie-IX.

Graduellement, la concentration d’usines et de manufactures, contribue au développement de Maisonneuve, qui compte 18 000 habitants en 1911. En 1913, la paroisse de Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle est créée et bientôt apparaissent des maisons d’enseignement, comme l’académie du Saint-Nom-de-Marie et l’école Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle. Ces édifiées sont construits du côté est du boulevard donnant au secteur un caractère homogène qui subsiste toujours. Toutefois, même dans les années 1940, le boulevard Pie-IX est à peine occupé.

Architecture

École
 
Maison contiguë
 
Immeuble de rapport

Maison semi-détachée
    
haut de page

1946 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

La plupart des bâtiments du secteur datent de l’après-guerre. Jusque-là peu développée, cette partie du territoire se construit à vue d’œil. La population se compose de jeunes ménages relativement à l’aise, ce qui se reflète dans les habitations : séries de duplex, quelques triplex contigus à faible densité, nombreux immeubles d’appartements, caractéristiques de cette portion du boulevard Pie-IX.

Toutes les constructions demeurent soumises à la réglementation établie dans les années 1910 par la municipalité de Maisonneuve : maisons et commerces doivent être érigés à douze pieds de l’artère, avoir au moins deux étages et être revêtus de pierre, de brique ou de bois lambrissé de pierre ou de brique. On interdit la construction d’escaliers en façade, d’où les nombreux immeubles d’appartements conformes à cette réglementation.

La construction de l’église actuelle de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle, en 1963, concorde avec le développement tardif du secteur. Le mouvement de modernité architecturale qui se dessine alors annonce le Parc olympique et son stade qui viendra rehausser cette artère de prestige.

Architecture

Édifice de culte
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007