Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Maisonneuve (Sainte-Catherine Est et Morgan)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Maisonneuve (Sainte-Catherine Est et Morgan)

Arrondissement ou ville :

Mercier—Hochelaga-Maisonneuve (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce vaste secteur aux rues bordées d’arbres comprend de nombreux édifices publics de prestige et des aménagements urbains du début du XXe siècle. Ils sont des témoins éloquents de la cité de Maisonneuve. L’ancienne cité se distingue également par ses logements traditionnels qui voisinent avec des maisons unifamiliales et de multiples triplex contigus, revêtus de brique ou de pierre grise de Montréal.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Avenue Morgan vers le nord
©Ville de Montréal, 2004
 
Rue Adam angle Leclaire, côté sud vers l’est
©Ville de Montréal, 2004
 
Rue Adam angle Viau, côté sud vers l’ouest
©Ville de Montréal, 2004
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1883

   
Développement du milieu urbain

Dès la fin du XVIIe siècle, les sulpiciens, seigneurs de l’île de Montréal, accordent les premières concessions. Dans cette partie de l’île, le territoire est divisé en longues bandes de terres perpendiculaires au fleuve Saint-Laurent. En 1825, le secteur fait partie de la côte Saint-Martin, qui s’étend vers l’est depuis les environs de l’actuelle rue Cuvillier. On y dénombre alors 21 habitations, réparties le long de l’unique chemin, la rue Notre-Dame (anciennement chemin du Roy). À cette époque, cette zone reste essentiellement rurale et vouée à l’agriculture. La côte Saint-Martin est intégrée à la nouvelle paroisse de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge d’Hochelaga en 1867.

En 1874, un groupe d’hommes d’affaires canadiens-français achète le domaine Mathieu à des fins de lotissement. Ils délimitent des lots entre l’avenue Desjardins (anciennement Maisonneuve) et la terre de James Morgan, mais aucune habitation n’est encore construite en 1879. Lorsque le village d’Hochelaga devient une ville en 1883, pour être aussitôt annexée à Montréal, ces promoteurs font sécession. Tout le territoire qui s’étend vers l’est depuis l’avenue Valois se détache, en décembre 1883, pour former la municipalité de Maisonneuve. Elle compte alors 350 habitants.

haut de page

1884-1909

   
Développement du milieu urbain

À partir de 1885, le conseil municipal de Maisonneuve favorise la venue d’industries. Puis le promoteur Alphonse Desjardins cède un terrain pour la future église de la paroisse du Très-Saint-Nom-de-Jésus, fondée en 1892. À l’est, au-delà des terres de Morgan et de Bennett, l’industriel Charles-Théodore Viau entreprend en 1898 de mettre en valeur l’ancienne propriété Bruyère. Il fait don d’un terrain pour l’église Saint-Clément, édifiée en 1899.

En 1907, autour du noyau institutionnel du Très-Saint-Nom-de-Jésus, le développement est en cours. Des immeubles à logements sont construits légèrement en retrait de la rue. À l’est de la terre de Morgan, les avenues William-David et Bennett sont alors bordées de quelques alignements de plex.

La propriété de Viau a été divisée et forme le secteur surnommé « Viauville ». Les constructions s’y concentrent au sud de la rue Sainte-Catherine et sur la rue Adam, près de l’église. Les actes de vente stipulent que les maisons doivent se dresser à au moins dix pieds du trottoir et comporter au moins deux étages et une façade en pierre de taille. Ce secteur conserve toujours un caractère particulier avec la présence du couvent Sainte-Émélie, ses habitations en pierre grise et ses arbres matures.

Architecture

Maison semi-détachée
 
Maison semi-détachée
  
haut de page

1910-1919

   
Développement du milieu urbain

La prospérité du début du siècle et l’arrivée d’une nouvelle équipe à la mairie amorcent une période de grands travaux sous le sceau de la planification urbaine. Inspirés des mouvements City Beautiful et Park and Boulevard Movement, ces aménagements sont conçus par l’ingénieur municipal, Marius Dufresne. Ils donneront un caractère distinct à Maisonneuve.

La première réalisation de cette série d’aménagements et d’édifices publics est l’hôtel de ville (devenu bibliothèque), construit en 1910-1911, rue Ontario. L’année suivante, on entreprend d’édifier l’imposant marché, rue Ontario, face au boulevard Morgan récemment ouvert sur la terre de James Morgan. Achevé en 1914, le marché Maisonneuve ferme la perspective depuis la rue Sainte-Catherine. À deux pas du marché, on construit le bain public de Maisonneuve en 1914-1916.

Les projets ne s’arrêtent pas là : les grands boulevards, dont Morgan et Pie-IX, sont dotés d’un terre-plein central et soumis à une réglementation interdisant les escaliers extérieurs. Mais le coût de tous ces travaux et le ralentissement de l’économie, conséquence de la Première Guerre mondiale, entraînent l’endettement de la municipalité, qui est finalement annexée à Montréal en 1918.

Architecture

Hôtel de ville
 
Halle d'exposition
 
Centre communautaire / sportif
haut de page

1920 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

En 1912, on inaugure, au sud-est de Maisonneuve, la cale sèche de la Canadian Vickers Ltd. L’important chantier naval génère beaucoup d’emplois et explique l’augmentation considérable de la population dans le secteur au cours des années 1920. En outre, de nombreuses écoles y voient le jour, de même que le cinéma Granada (théâtre Denise-Pelletier), à l’angle du boulevard Morgan et de la rue Sainte-Catherine. C’est le dernier édifice fastueux à y être érigé.

Dans les années 1940, le secteur est densément construit et majoritairement résidentiel. Les séries de plex s’alignent désormais en retrait des rues. Seul le boulevard Morgan conserve quelques lots inoccupés, notamment entre les rues Adam et Sainte-Catherine. Ici et là, on note quelques immeubles d’appartements rue Morgan et dans ses environs, signe d’un lotissement plus tardif. Peu de changements surviennent par la suite.

Architecture

Théâtre / auditorium / cinéma
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007