Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Le coeur du village d'Hochelaga (Sainte-Catherine Est et Préfontaine)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Le coeur du village d'Hochelaga (Sainte-Catherine Est et Préfontaine)

Arrondissement ou ville :

Mercier—Hochelaga-Maisonneuve (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le secteur correspond au cœur historique du village d’Hochelaga, dont le parc Dézéry en constitue le centre. Une diversité architecturale caractérise les lieux. Si le bâti de trois étages domine largement, les fonctions, les implantations et les largeurs des façades des édifices sont changeantes. Tout particulièrement sur la rue Sainte-Catherine où les usages mixtes et résidentiels sont présents.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue Sainte-Catherine Est angle Préfontaine, côté nord vers l’ouest
©Ville de Montréal, 2004
 
Rue Sainte-Catherine Est angle Dézéry, côté nord vers l’est
©Ville de Montréal, 2004
 
Rue Sainte-Catherine Est, côté sud vers l’est
©Ville de Montréal, 2004
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1869

   
Développement du milieu urbain

Dès la fin du XVIIe siècle, les sulpiciens, seigneurs de l’île de Montréal, accordent les premières concessions. Dans cette partie de l’île, le territoire est divisé en longues bandes de terres perpendiculaires au fleuve Saint-Laurent. En 1825, le secteur fait partie de la côte Sainte-Marie, qui s’étend approximativement entre les rues d’Iberville et Cuviller. La côte compte alors 55 habitations, réparties le long de l’unique voie du territoire, la rue Notre-Dame (anciennement chemin du Roy.

Dans les années 1860, le développement de Montréal s’étend au-delà du faubourg Québec. Quelques familles anglophones s’installent rue Marlborough. Un peu plus à l’est, une communauté francophone se regroupe autour de la chapelle de la Nativité, construite en 1833, sur l’emplacement de l’actuel parc Dézéry. Aucune planification ne guide le développement, ce qui explique entre autres la présence de maisons de bois et de petites rues sans prolongement, comme la rue Hudon (anciennement Saint-Jean-Baptiste), apparente sur un plan de 1868. La nouvelle paroisse de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge d’Hochelaga est fondée en 1867.

haut de page

1870-1883

   
Développement du milieu urbain

Forte d’un peu plus de 1000 habitants, la municipalité du village d’Hochelaga est créée en 1870. Deux ans plus tard, Victor Hudon y ouvre une filature, puis d’autres entreprises s’installent sur le territoire, la Filature Sainte-Anne, la Fabrique de tabac McDonald et la Compagnie des Abattoirs de Montréal. Le Quebec, Montreal, Ottawa & Occidental Railway (plus tard le Canadien Pacifique) y construit sa voie ferrée et sa gare, à l’ouest du village.

En 1879, le secteur prend forme. La rue Sainte-Catherine se dessine, entre la rue Dézéry et la propriété de William Darling (rue Darling), non encore lotie. À l’ouest, au-delà d’une terre agricole, la rue Moreau est ouverte et on compte quelques constructions. Entre les rues Hudon et Sainte-Catherine, ayant front sur la rue Dézéry, se dresse maintenant l’hôtel de ville abritant la police et les pompiers, car depuis 1876, l’église paroissiale occupe un emplacement au nord du secteur.

L’urbanisation rapide des lieux entraîne l’accession d’Hochelaga au statut de ville en mars 1883. Et la jeune municipalité est annexée à Montréal la même année. Dans ce contexte, un marché public occupe le site de l’ancien hôtel de ville.

haut de page

1884-1929

   
Développement du milieu urbain

En 1891, la population du quartier Hochelaga dépasse 8000 habitants. Cette forte croissance se vérifie dans le paysage puisque toutes les rues du secteur sont ouvertes, sauf la rue Sainte-Catherine, encore bloquée à l’ouest par la présence d’un bâtiment sur la rue Moreau. Entre Darling et Dézéry, presque tout le côté nord de la rue Sainte-Catherine est construit comme on l’observe aujourd’hui. À l’angle sud-ouest de Darling et de Sainte-Catherine, une partie des lots sont occupés par des maisons en rangée aux fonctions mixtes.

À partir de 1892, le tramway électrique circule partout sur la rue Sainte-Catherine. Artère principale du secteur, on y construit une première caserne de pompiers en 1900 sur le site de la caserne actuelle et, l’année suivante, le bureau de poste d'Hochelaga. En 1907, presque tous les lots du secteur sont occupés, notamment le long des rues Darling et Moreau où l’on trouve des séries de maisons. On a démoli le marché public, en 1903, pour aménager un parc qui prendra plus tard le nom de Dézéry.

Au début du XXe siècle, de nouvelles constructions voient le jour sur la rue Dézéry, en face au parc. Une ruelle a aussi été ouverte, derrière le bureau de poste. On note principalement que la rue Sainte-Catherine a accentué son caractère commercial. On y trouve notamment une succession de magasins, deux banques dont l’ancienne Banque d’Épargne subsiste toujours, un restaurant et un hôtel.

Architecture

Bureau de poste
 
Bâtiment commercial et résidentiel
 
Bâtiment commercial et résidentiel

Maison semi-détachée
 
Bâtiment commercial ou de bureaux
  
haut de page

1930 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain



Après la Crise et la Seconde Guerre mondiale, le vieux Hochelaga connaît peu de changements. En fait, quelques nouvelles constructions sont érigées en remplacement d’anciennes. On adopte alors le style moderne comme en témoignent l’église et le nouveau poste de pompiers, rue Sainte-Catherine tout près du parc. En outre, le parc Dézéry et ses environs restent un lieu de mémoire d’Hochelaga.

Architecture

Édifice de culte
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007