Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Boulevard Saint-Laurent (entre Sherbrooke et Bernard)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Boulevard Saint-Laurent (entre Sherbrooke et Bernard)

Arrondissement ou ville :

Le Plateau-Mont-Royal (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le boulevard Saint-Laurent, communément appelé la « Main », est considéré comme l’épine dorsale de la ville. Il sert de frontière physique pour les numéros civiques entre l’est et l’ouest depuis 1905 et il a constitué pendant longtemps la frontière psychologique entre les quartiers francophones et anglophones de Montréal. Les nombreuses transformations et substitutions des édifices situés sur ce boulevard ont mené à la formation d’un ensemble architectural varié, où des bâtiments d’âges, de fonctions et de styles différents se côtoient. Le boulevard Saint-Laurent, à vocation essentiellement commerciale, constitue une mosaïque urbaine fortement marquée par son caractère multiethnique et son atmosphère distincte.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Boulevard Saint-Laurent, côté ouest, vers le sud
©Ville de Montréal, 2006
 
Boulevard Saint-Laurent, côté est, vers le nord
©Ville de Montréal, 2006
 
Boulevard Saint-Laurent, côté est, vers le sud
©Ville de Montréal, 2006
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1642-1839

   
Développement du milieu urbain

La ville de Montréal, alors appelée Ville-Marie, est fondée en 1642 par Paul Chomedey de Maisonneuve (1612-1676) et Jeanne Mance (1606-1673). En 1663, le roi de France accorde la seigneurie de l'île de Montréal au Séminaire de Saint-Sulpice à Paris. En tant que seigneurs de Montréal, les sulpiciens planifient le développement du territoire pour l'ouvrir à la colonisation. À l'extérieur de la ville fortifiée, le territoire est progressivement concédé, défriché et consacré à l'agriculture.

En 1672, le sulpicien François Dollier de Casson procède au bornage des neuf premières rues dans la ville fortifiée. Parmi celles-ci on retrouve le tracé de la rue Saint-Lambert, qui sera par la suite prolongée entre 1700 et 1717 vers le nord pour atteindre la côte Saint-Laurent. Situé dans l’axe de la porte Saint-Laurent des nouvelles fortifications de Montréal (1717-1744), le chemin de Saint-Laurent s’urbanise aux abords de la ville. Des auberges sont implantées plus au nord le long de son parcours, où les voyageurs peuvent s’arrêter en chemin. La mise en service de carrières de pierre calcaire et de tanneries à l’est du chemin de Saint-Laurent favorise ensuite la création de quelques noyaux d’habitations à proximité de cet axe de communication.

haut de page

1840-1879

   
Développement du milieu urbain

Vers 1840, le lotissement des grandes propriétés du plateau Mont-Royal débute. Petit à petit, l’expansion des villages ouvriers de Saint-Jean-Baptiste et de Côte-Saint-Louis stimule les activités commerciales aux abords du chemin de Saint-Laurent. En 1864, la mise en service du tramway hippomobile favorise le développement résidentiel sur les terres adjacentes et, du même coup, une présence commerciale et industrielle plus intensive sur le chemin de Saint-Laurent. Conséquemment, les premières maisons en bois ont tôt fait d’être remplacées par des immeubles plus imposants en brique.

Un noyau commercial se forme alors à l’intersection du chemin Saint-Laurent et de la rue Rachel, où se trouve le marché Saint-Laurent (emplacement actuel du parc des Amériques), ouvert peu après 1840. Plus au nord, un noyau institutionnel se crée à l’intersection de la rue Laurier, avec la construction de l’église Saint-Enfant-Jésus-du-Mile End en 1857. Devant cette dernière, on aménage le parc La Haye vers 1875. Ce noyau institutionnel est complété par la maison d’enseignement des sœurs de la Providence et l’institut pour sourds-muets des clercs de Saint-Viateur, qui ont également la responsabilité de la paroisse.

Architecture

Édifice de culte
    
haut de page

1880-1913

   
Développement du milieu urbain

Au début des années 1880, la rue Saint-Laurent est densément peuplée jusqu’à l’avenue du Mont-Royal et est de ce fait une artère animée. En 1889, elle est élargie du côté ouest sur une partie de son parcours. Cet élargissement entraîne la démolition de plusieurs bâtiments et le départ de nombreux habitants, majoritairement des marchands vivant au-dessus de leurs commerces. Ces bâtiments sont remplacés par des édifices plus vastes, qui modifient radicalement la physionomie de la rue Saint-Laurent. Plusieurs des nouveaux immeubles et ensembles commerciaux et industriels, tels l'édifice Préfontaine et le Baxter Block, sont construits dans un seul élan avec une grande unité architecturale.

Au début du XXe siècle, le boulevard Saint-Laurent devient le lieu d’établissement de plusieurs communautés immigrantes, ce qui entraîne une diversification de l’offre commerciale et procure une couleur particulière à plusieurs tronçons de cette artère.

Architecture

Édifice d'administration publique
 
Bâtiment commercial et résidentiel
 
Bâtiment commercial ou de bureaux

Immeuble de bureaux
    
haut de page

1914 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

À l’aube de la Première Guerre mondiale, le boulevard Saint-Laurent est une grande artère commerciale et manufacturière. On y retrouve notamment des boutiques de tous genres, ainsi que des fabriques de vêtements. D’autres types d’édifices sont érigés sur le boulevard Saint-Laurent, tels le bain public Schubert et l'édifice en hauteur Cooper.

Le boulevard Saint-Laurent accentue son caractère de corridor privilégié d’immigration avec l’arrivée d’immigrants d’Europe orientale et méridionale jusque dans les années 1940. Puis, après la Seconde Guerre mondiale, elle accueille une immigration plus diversifiée : grecque, portugaise, asiatique, antillaise, africaine et latino-américaine. Tous ces groupes ethniques ouvrent des commerces à l'image de leurs cultures sur le boulevard Saint-Laurent. De plus, depuis les années 1990, un grand nombre d’entreprises d’avant-garde s’installent sur le boulevard et un renouveau commercial est également visible avec l’implantation de commerces et de restaurants branchés. Tout cela concourt à perpétuer le caractère unique et dynamique de cette artère.

Architecture

Centre communautaire / sportif
    
Intervention(s) contemporaine(s)
d'intérêt

Insertion contemporaine
 
Insertion contemporaine
  
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 mai 2012