Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Rue Saint-Denis (entre Jean-Talon Est et Beaubien Est)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Rue Saint-Denis (entre Jean-Talon Est et Beaubien Est)

Arrondissement ou ville :

Rosemont—La Petite-Patrie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce secteur de la rue Saint-Denis, depuis Beaubien jusqu’à Jean-Talon, se caractérise par la présence de nombreux plex. Les immeubles de brique, parfois aux couleurs chaudes, y côtoient des édifices de pierre, en nombre plus restreint. Parapets, corniches, jeux de brique et insertions de pierre artificielle agrémentent les façades. Le secteur s’enrichit également de la présence des anciens cinémas Le Rivoli et Le Château.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue Saint-Denis, côté ouest vers le nord
©Ville de Montréal, 2004
 
Rue Saint-Denis angle Bélanger, côté ouest vers le nord
©Ville de Montréal, 2004
 
Rue Saint-Denis, côté ouest
©Ville de Montréal, 2004
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1894

   
Développement du milieu urbain

Au début du XVIIIe siècle, les sulpiciens, seigneurs de l’île de Montréal, ouvrent à la colonisation la côte de la Visitation. Les terres vouées à l’agriculture s’alignent en de longues bandes étroites de part et d’autre du chemin de la côte de la Visitation qui deviendra l’actuel boulevard Rosemont. Par ailleurs, l’exploitation de gisements de calcaire, dès 1780, autour de la sinueuse rue des Carrières constitue autre activité importante des environs.

En 1879, le secteur présenté ici est toujours inclus sur la vaste terre de la famille Comte. L’urbanisation s’enclenche avec l’arrivée du tramway Millen, mis en service par la Montreal Park and Island en 1893. Les travailleurs bénéficient désormais d’un transport public et peuvent ainsi quitter les vieux quartiers pour s’établir en périphérie.

haut de page

1895-1917

   
Développement du milieu urbain

Dans les années qui suivent l’arrivée du tramway, la société immobilière Boulevard Saint-Denis achète la terre de la famille Comte pour la diviser en lots. La rue Saint-Denis forme l’artère de prestige au centre du lotissement envisagé : elle est plus large que les autres et ses terrains, desservis à l’arrière par une ruelle, sont plus profonds qu’ailleurs. Signe de son importance, c’est sur la rue Saint-Denis, à l’angle de la rue Beaubien, juste au sud du secteur qu’on prévoit édifier l’église. La paroisse de Saint-Édouard, fondée en 1895, compte alors une centaine de familles dispersées sur le territoire de la paroisse. En 1907, toutefois, il n’y a aucune habitation au nord de l’église Saint-Édouard.

Le peuplement de la rue Saint-Denis commence au début des années 1910. Au nord de la rue Beaubien, on trouve à ce moment, quelques ensembles de maisons. La section comprise entre Saint-Zotique et Bélanger accueille alors quelques séries de maisons principalement du côté ouest. En 1914, le peuplement ne va pas au-delà de la rue Bélanger. Les immeubles de cette époque ont souvent des façades de pierre agrémentées, notamment, de corniches et de parapets ouvragés.

Architecture

Maison en rangée
 
Maison semi-détachée
 
Bâtiment commercial et résidentiel
haut de page

1918-1944

   
Développement du milieu urbain

Le développement du quartier Saint-Édouard reprend après la Première Guerre mondiale et se poursuit jusqu’à la fin des années 1920. Au sud de la rue Bélanger, tous les lots sont graduellement comblés par de nouvelles séries de maisons bifamiliales et surtout multifamiliales, comme en témoignent les enfilades de triplex. Le revêtement le plus populaire, la brique, domine le paysage urbain et nombre de façades présentent ce matériau en deux couleurs. Les vitraux comptent aussi comme un autre élément décoratif, accentuant le caractère prestigieux de la rue Saint-Denis par rapport aux rues avoisinantes.

C’est également pendant cette période que l’on construit deux cinémas de part et d’autre de la rue Bélanger. Ces édifices très ornés animent le cadre bâti du secteur. D’abord Le Rivoli, érigé en 1926, pourvu d’un décor classique et Le Château, ouvert en 1931, de style Art déco.

Architecture

Théâtre / auditorium / cinéma
 
Bâtiment commercial et résidentiel
 
Maison contiguë
haut de page

1945 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Après la Seconde Guerre mondiale, tous les terrains au nord de la rue Bélanger sont occupés. En 1955, la rue Saint-Denis présente une longue enfilade de triplex, depuis le noyau institutionnel Saint-Édouard jusqu’à la rue Jean-Talon. L’intersection des rues Bélanger et Beaubien reste commerciale avec ses deux cinémas, sa pharmacie, ses restaurants et ses magasins.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007