Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Marché Jean-Talon

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Marché Jean-Talon

Arrondissement ou ville :

Rosemont—La Petite-Patrie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le bâtiment central du marché Jean-Talon et la caserne numéro 31, tous deux d’architecture Art Déco, sont des repères dans le paysage urbain. Le secteur est aussi caractérisé par la présence d’immeubles de brique de un à trois étages et à toit plat. La hauteur variée des constructions conjuguée à leur petit gabarit, particulièrement le long de l’avenue Mozart, crée un cadre bâti différent de l’ensemble du quartier.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Marché Jean-Talon
©Ville de Montréal, 2004
 
Avenue Mozart Est angle Henri-Julien, côté nord vers l’ouest
©Ville de Montréal, 2004
 
Rue Drolet, côté ouest vers le nord
©Ville de Montréal, 2004
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1894

   
Développement du milieu urbain

Au début du XVIIIe siècle, les sulpiciens, seigneurs de l’île de Montréal, ouvrent à la colonisation la côte de la Visitation. Les terres vouées à l’agriculture s’alignent en de longues bandes étroites de part et d’autre du chemin de la côte de la Visitation qui deviendra l’actuel boulevard Rosemont.

En 1876, l’ouverture du chemin de fer du Canadien Pacifique (anciennement le Montréal–Saint-Jérôme, puis le Quebec, Montreal, Ottawa & Occidental Railway) amorce le développement. On trace alors quelques rues près de la voie ferrée, sur la terre de Pierre Beaubien. Le secteur présenté ici, situé au nord de cette propriété, demeure toutefois inoccupé jusqu’à au tout début du XXe siècle.

L’urbanisation s’enclenche avec l’arrivée du tramway Millen, mis en service par la Montreal Park and Island en 1893. Les travailleurs peuvent maintenant compter sur un transport public et quittent les vieux quartiers pour s’établir en périphérie .

haut de page

1895-1930

   
Développement du milieu urbain

Des immigrants italiens s’installent dans les environs vers 1900, de chaque côté de la voie ferrée. Plusieurs choisissent de s’établir sur l’ancienne terre de Pierre Beaubien, où les rues et les terrains sont plus étroits qu’ailleurs, et qui sont sans doute destinés aux familles ouvrières. Ils sont aussi attirés par l’aspect champêtre du secteur qui permet notamment d’avoir des potagers.

Le site actuel du marché est occupé à partir de 1904 par l’association Shamrock, un club de crosse fondé en 1868. Des gradins de bois encadrent le terrain et un bâtiment de brique, le « Club House », se dresse à l’extrémité de la rue Shamrock. En 1907, quelques maisonnettes de bois bordent déjà l’avenue Mozart (anciennement Erin). L’étroitesse des lots et le matériau utilisé indiquent que ces premières habitations sont modestes.

En 1914, l’ouest et le nord du terrain de crosse sont lotis, mais restent inoccupés. En revanche, le long de l’avenue Mozart et de la rue Drolet (anciennement Cowan), des maisons de brique isolées et contiguës apparaissent. Le secteur est alors décrit comme étant une zone aérée avec ses potagers, basses-cours et vignes grimpantes sur pergolas.

Architecture

Maison contiguë
 
Maison contiguë
 
Maison semi-détachée
haut de page

1931 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Lors de la crise économique des années 1930, les gouvernements réalisent certains travaux publics pour venir en aide aux chômeurs. C’est dans ce contexte qu’on entreprend la construction du bâtiment central du marché Jean-Talon (anciennement marché du Nord), inauguré en 1933 par le maire Camilien Houde. Le marché est conçu pour le commerce en plein air. Dix ans après son ouverture, il possède six halles d’exposition, comme c’est le cas aujourd’hui.

Parallèlement à la construction du bâtiment central du marché, la Ville fait ériger la caserne numéro 31, rue Saint-Dominique. Ces édifices Art déco constituent de remarquables repères dans le paysage urbain. En 1955, tout le secteur est densément occupé. Parmi les plus fréquentés de la ville, le marché agit dès lors comme point de convergence des communautés italienne et francophone.

Architecture

Halle d'exposition
 
Caserne de pompiers
 
Halle d'exposition
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007