Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Mont Sainte-Famille (parc Jeanne-Mance)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Mont Sainte-Famille (parc Jeanne-Mance)

Arrondissement ou ville :

Le Plateau-Mont-Royal (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce secteur correspond à l’îlot entier occupé par l’Hôtel-Dieu de Montréal et les maisons situées en face, sur la rue Saint-Urbain. L’ensemble hospitalier est composé de plusieurs pavillons et jardins ceinturés par un mur en pierre. Le secteur comprend le parc Jeanne-Mance et les habitations qui le borde sur l'avenue de l'Esplanade. Il comprend également les bâtiments qui bordent l'avenue des Pins Ouest et la rue University, jusqu'à la rue Milton.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Avenue des Pins vers l'est, à l'angle de l'avenue du Parc
©Ville de Montréal, 2008
 
Parc Jeanne-Mance
©Ville de Montréal, 2008
 
Côté est de l'avenue de l'Esplanade, vers le nord
©Ville de Montréal, 2008
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1858

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l'ouvrir à la colonisation. À l'extérieur de la ville, le territoire est progressivement divisé en concessions et consacré à l'agriculture. Dès 1675, un sentier relie la ville au fort de la montagne, installé sur le flanc sud du mont Royal. Les sulpiciens y exploitent une ferme, des vergers, des vignobles et une carrière de pierres.

À partir de 1760, la bourgeoisie anglophone de Montréal acquiert des terres sur les flancs du mont Royal. La ville, concentrée dans le Vieux-Montréal, continue de prendre de l'expansion et, vers 1840, ces grandes propriétés sont divisées en lots à bâtir. À cette époque, l’Hôtel-Dieu se situe dans le Vieux-Montréal.

haut de page

1859-1939

   
Développement du milieu urbain

En 1859, les religieuses hospitalières de Saint-Joseph décident de déménager l’Hôtel-Dieu de Montréal au Mont-Sainte-Famille sur une propriété cédée aux religieuses en 1730 sous le nom de Terre-de-la-Providence. Le complexe, conçu par l’architecte Victor Bourgeau, épouse une volumétrie en forme de E, sur un plateau, à distance de la rue Sherbrooke Ouest. L'ensemble comprend l’hôpital, une chapelle, la maison-mère des Sœurs, un orphelinat, des jardins et un grand verger protégé par un mur de pierre. Au fil des ans, de nouvelles ailes sont ajoutées en s'intégrant au bâtiment de Bourgeau.

Les terres de l’Hôtel-Dieu s’étendent de la rue Sherbrooke Ouest à la rue Bernard. En 1864, les religieuses cèdent à la Ville l'avenue des Pins (anciennement la rue de l'Hôtel-Dieu). En 1875, la Ville demande à l'architecte paysagiste Frederick Law Olmsted qui aménage les voies du parc du mont Royal, de prévoir une voie de ceinture à la base de la montagne. Cette nouvelle voie comprend l'avenue des Pins.

Dès la fin du XIXème siècle, s’amorce le lotissement graduel des terres de l’institution, ce qui entraîne l'urbanisation au sud et au nord du secteur. À partir de 1900, les terrains situés derrière l’Hôtel-Dieu sont lotis pour former l'avenue de l’Esplanade et le parc Jeanne-Mance. Quelques agrandissements de l'hôpital sont réalisés entre 1920 et 1930 par les architectes Viau et Venne.

Architecture

Hôpital ou clinique
 
Hôpital ou clinique
 
Maison contiguë
haut de page

1939 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Dans les années années 1940 et 1950, de nouveaux bâtiments sont dessinés par les architectes Gascon et Parant. Les trois nouveaux pavillons viennent se greffer à l’ensemble existant de l'hôpital en délimitant une grande cour s’ouvrant sur la rue Saint-Urbain. Il s’agit des pavillons Le Royer, Jeanne-Mance et De Bullion. Ces nouveaux édifices, de sept à huit étages, utilisent la pierre grise à bossage par souci d’intégration à l’édifice conçu presque cent ans plus tôt par l’architecte Victor Bourgeau.

Architecture

Hôpital ou clinique
 
Centre communautaire / sportif
  
Intervention(s) contemporaine(s)
d'intérêt

Insertion contemporaine
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 23 décembre 2008