Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Redpath Crescent

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Redpath Crescent

Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce secteur est situé sur le flanc sud du mont Royal. La rue Redpath-Crescent est une impasse au tracé sinueux. Elle est bordé d’opulentes villas des années 1920 et de quelques insertions des années 1970. De nombreux arbres matures, des feuillus et des conifères, accentuent le caractère naturel de cette rue unique du centre-ville.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue Redpath-Crescent, vers la montagne
©Ville de Montréal, 2004
 
Rue Redpath-Crescent, vers l’est
©Ville de Montréal, 2004
 
Rue Redpath-Crescent, vers l'ouest
©Ville de Montréal, 2004
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1899

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l'ouvrir à la colonisation. À l'extérieur de la ville, le territoire est divisé en concessions et consacré à l'agriculture. Dès 1675, un sentier relie la ville au fort de la Montagne, installé sur le flanc sud du mont Royal. Ce fort fait partie du domaine des sulpiciens qui y exploitent une ferme, des vergers, des vignobles et une carrière de pierres.

À partir de 1760, la bourgeoisie anglophone de Montréal acquiert des terres à l'est du domaine des sulpiciens. Les riches marchands de fourrure, tels Joseph Frobisher, James McGill et Simon McTavish, y érigent leurs maisons de campagne. La ville, concentrée dans le Vieux-Montréal, continue de prendre de l'expansion et, vers 1840, les grandes propriétés sur le flanc de la montagne sont divisées en lots à bâtir. Plusieurs habitations opulentes sont construites dans cette partie de la ville surnommée le Square Mile.

À cette époque, le secteur, en forte pente, est encore boisé. Il fait partie de la propriété de John Redpath, conseiller municipal de Montréal de 1840 à 1843.

haut de page

1900-1945

   
Développement du milieu urbain

Vers 1900, John James Carrick achète les terrains du secteur et les subdivise en lots réservés à la construction résidentielle. Quelques maisons de la rue Redpath-Crescent sont construites à la fin des années 1910 et les autres, vers 1930. Elles sont toutes plus tardives que celles du quartier situé au sud, occupées par des riches familles principalement d’origine britannique, depuis les années 1850.

Architecture

Maison isolée
 
Maison isolée
  
haut de page

1946 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Après la guerre, la plupart des terrains du secteur sont occupés par de grandes maisons somptueuses. Pendant les années 1960 et 1970, des tours d’habitation remplacent quelques habitations du quartier situé plus au sud. Sur la rue Redpath-Crescent, quelques nouvelles maisons s’intègrent au style historiciste des bâtiments des années 1920 et 1930. D’autres sont de facture architecturale plus contemporaine.

Architecture

Maison isolée
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007