Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Séminaire de philosophie (Cedar et Atwater)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Séminaire de philosophie (Cedar et Atwater)

Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le séminaire de philosophie, aujourd'hui le collège Marianopolis, est implanté sur un plateau boisé du mont Royal. Le site du collège est peu visible. On le découvre en empruntant un grand escalier et un sentier piétonnier, accessibles depuis le chemin Saint-Sulpice. Du promontoire, on peut apprécier l'architecture de l'institution ainsi que des vues sur la partie résidentielle du secteur située en contrebas.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Chemin Saint-Sulpice, vers la rue Atwater
©Ville de Montréal, 2004
 
Chemin de la Vigne, vers l’ouest
©Ville de Montréal, 2004
 
Chemin Saint-Sulpice, vers l’est
©Ville de Montréal, 2004
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1800

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal. La seigneurie comprend le domaine des sulpiciens, qu'ils utilisent à leurs fins ainsi que les exploitations paysannes détenues en censive, c’est-à-dire soumises à une redevance payée aux seigneurs.

Sur leur domaine, implanté sur le flanc sud du mont Royal, les seigneurs exploitent une ferme, des vergers, des vignobles et une carrière de pierres. Ils y implantent une mission pour les amérindiens en 1676. Vers 1684-1686, ils remplacent la palissade entourant la mission par un fort en maçonnerie. Une grande maison occupe le centre du fort et sert de résidence aux missionnaires. Entre 1694 et 1706, les amérindiens quittent progressivement le village de la mission de la montagne pour la mission du Sault-au-Récollet, près de la rivière des Prairies. La grande maison de pierre devient ensuite une résidence de campagne pour les Messieurs de Saint-Sulpice. Les deux tours d’angle sud du fort subsistent encore devant l'actuel Collège de Montréal.

Le secteur fait partie du domaine des sulpiciens. Les seigneurs exploitent ces terres à des fins agricoles jusqu'au XIXe siècle.

haut de page

1801-1913

   
Développement du milieu urbain

Des bâtiments de ferme sont construits dans le secteur entre 1803 et 1804. Le bâtiment principal de cette ferme, nommée la ferme Sous les noyers, est une construction de deux étages en pierre, située à proximité de l'actuelle rue Atwater.

À partir de 1840, les prêtres de Saint-Sulpice, à la demande de Monseigneur Bourget, acceptent d’assurer la formation des séminaristes du diocèse de Montréal. En 1854, on construit le Grand séminaire de Montréal le long de la rue Sherbrooke Ouest. À cette époque, le secteur est encore voué à l’agriculture. En 1874, la ferme Sous les noyers, incendiée, est partiellement reconstruite et rehaussée d'un étage.

C'est en 1891 que l'on édifie le Séminaire de philosophie, une institution poursuivant la mission de formation des sulpiciens. Les terrains situés à l’est et à l’ouest du secteur commencent alors à se développer. En 1910, une aile de trois étages est ajoutée à l'ouest de la ferme Sous les noyers.

Architecture

Collège / université
    
haut de page

1914-1939

   
Développement du milieu urbain

Ce n'est qu'en 1920 que les sulpiciens commencent à vendre des parties de leur terres à des fins de développement urbain. Les premiers ensembles résidentiels sont construits dans le secteur. Les lotissements sur des voies sinueuses bordées d’arbres profitent de la topographie du secteur et sont typiques des banlieues-jardins de l'époque.

Architecture

Maison isolée
    
haut de page

1940 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

En 1940, le bâtiment de la ferme Sous les noyers devient la propriété du gouvernement du Canada qui y installe le manège Lemoyne-d'Iberville du ministère de la Défense. Aujourd’hui le bâtiment, recyclé à des fins d’habitation, est intégré au récent développement résidentiel du secteur.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007