Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Cedar Crescent

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Cedar Crescent

Arrondissement ou ville :

Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le secteur est un lotissement résidentiel implanté à la limite ouest du site de l’oratoire Saint-Joseph. La rue Cedar Crescent est une voie incurvée qui monte le long du flanc nord du mont Royal. Un ensemble de maisons isolées, cossues, borde le côté ouest de la rue. De l'autre côté de la rue, le profil de l’oratoire Saint-Joseph se dessine entre les arbres.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
La rue Cedar Crescent, vers la montagne
©Ville de Montréal, 2004
 
La rue Cedar Crescent, vers le chemin Queen Mary
©Ville de Montréal, 2004
 
L’oratoire, vu depuis la rue Cedar Crescent
©Ville de Montréal, 2004
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1878

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l'ouvrir à la colonisation. Ils divisent l'île en côtes, un ensemble de terres comptant une série de concessions. Celles-ci sont des bandes parallèles étroites et profondes destinées à l’agriculture. D'abord riveraines, les côtes sont ensuite établies à l'intérieur de l'île.

Le chemin de la Côte-des-Neiges est tracé sur un sentier sinueux qui traverse le mont Royal mais au-delà de la montagne, dans sa partie nord-ouest, le chemin est rectiligne. En 1698, on procède au partage des terres de part et d'autre de cette portion de chemin. Comme l'exigent leur devoirs seigneuriaux, les sulpiciens y construisent un moulin à farine autour duquel se développe le petit hameau de Côte-des-Neiges. Jusqu'au début du XXe siècle, le territoire est consacré à l'agriculture. Seules quelques habitations et des tanneries bordent le chemin de la Côte-des-Neiges.

En 1878, le secteur Cedar Crescent fait partie d'une terre agricole découpée perpendiculairement au chemin Queen-Mary.

haut de page

1879-1945

   
Développement du milieu urbain

Au début du XXe siècle, la rue Cedar Crescent est tracée et un premier lotissement est réalisé à partir de l’avenue Miller vers la montagne. Des terrains sont prévus de part et d’autre de la rue. Durant l’entre-deux-guerres, des maisons sont construites du côté ouest de la rue. Les terrains situés de l'autre côté de la rue sont acquis par l’oratoire Saint-Joseph en même temps que le domaine de la maison Molson. Cette transaction permet, en outre, le maintient des vues sur le site boisé de la maison Molson depuis la rue Cedar Crescent. Les rues Michel-Bibaud et Stanley-Weir sont tracées en 1942 et 1944.

Architecture

Maison isolée
 
Maison isolée
  
haut de page

1946 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Les bâtiments situés au delà de la rue Michel-Bibaud sont construits au début de cette période. Il s'agit d'unités de logement jumelés. À l'angle du chemin Queen-Mary, l'édifice le Bégonia fait partie d'un ensemble d'immeubles de rapport plus denses, semblables, érigés pendant les années 1960.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007