Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Société des logements ouvriers (6e Avenue et Notre-Dame Est)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Société des logements ouvriers (6e Avenue et Notre-Dame Est)

Arrondissement ou ville :

Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce secteur résidentiel est un exemple intéressant d’une opération de logements sociaux construits à Pointe-aux-Trembles dans les années 1920. Les instances municipales de l’époque sont animées d’intentions philanthropiques et désirent permettre aux ouvriers de vivre dans des conditions de vie salubres. Le site de Pointe-aux-Trembles se prête bien à cette entreprise. En prenant appui sur les expériences anglaises, la municipalité initie une des premières expériences de logement social au Québec.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
La 6e avenue, vers le nord
©Ville de Montréal, 2004
 
La 6e avenue, vers le nord
©Ville de Montréal, 2004
 
La 6e avenue, vers le sud
©Ville de Montréal, 2004
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1895

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal. Ils divisent le territoire en concessions afin de l'ouvrir à la colonisation. Les terres sont loties en bandes étroites et profondes destinées à l'agriculture. Dans le secteur, elles sont perpendiculaires aux rives du fleuve Saint-Laurent. À cette époque, un fort est construit à Pointe-aux-Trembles.

De 1731 à 1840, le village de Pointe-aux-Trembles prend forme à partir des rues de l'ancien fort, au sud de la rue Notre-Dame Est. Cette rue, appelée alors le chemin du Roi, mène à Québec. En 1841, on déplace la rue Notre-Dame Est au nord du village car, située au bord du fleuve, elle est souvent inondée par la crue des eaux. À la fin du XIXe siècle, le secteur fait partie des terres agricoles riveraines au fleuve.

haut de page

1896-1917

   
Développement du milieu urbain

En 1896, le Canadien National (anciennement la Chateauguay & Northern Railway) implante ses voies ferrées dans l’est de l’île de Montréal. Le tracé du chemin de fer passe au nord de la rue Notre-Dame Est. Une ligne de tramway circule dans l’emprise de la voie ferrée rendant cette extrémité de l'île plus accessible. Des ouvriers arrivent peu à peu à Pointe-aux-Trembles pour travailler dans les nouvelles industries et manufactures.

Dès 1912, des avenues sont ouvertes entre la rue Notre-Dame Est et l'emprise de la voie ferrée. En 1917, la Société des logements ouvriers est fondée à Pointe-aux-Trembles en vue de créer une cité-jardin sur le modèle des ensembles de logements ouvriers développés en France et en Angleterre. La Ville acquiert 340 lots entre la 4e et la 7e Avenue et la Société entreprend la construction de maisons pour les familles nouvellement arrivées dans le secteur.

Vers 1920, une centaine de logements de divers types sont construits autour du secteur par la Société des logements ouvriers. Les maisons de la 6e Avenue témoignent de ce projet particulier.

Architecture

Maison isolée
    
haut de page

1918 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Pendant cette période, de nouveaux bâtiments sont construits sur les lots situés au nord de la rue Notre-Dame Est. Un nouveau type d’habitat apparaît dans le secteur. Des immeubles de rapport avec garage en demi sous-sol sont intercalés dans les ensembles de logements ouvriers. L’urbanisation s’étend aussi au nord de la voie ferrée.

Architecture

Immeuble de rapport
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 juin 2010