Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Le noyau institutionnel et commerçant de Verdun

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Le noyau institutionnel et commerçant de Verdun

Arrondissement ou ville :

Verdun (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce secteur est composé de deux axes importants de Verdun qui se croisent. La rue de l'Église, perpendiculaire au canal de Lachine, est l'un des tracés fondateurs de la ville. Elle est bordée par les plus anciens bâtiments commerciaux de l'arrondissement. L'hétérogénéité de son cadre bâti lui donne un caractère plutôt éclectique. La rue Wellington, pour sa part, est bordée de commerces, de banques et de bâtiments multifonctionnels. À l'angle de ces rues se trouve un noyau institutionnel composé de l'imposante église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, son presbytère et l'école Notre-Dame-des-Sept-Douleurs.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue de l'Église, à l'angle de la rue Wellington
©Ville de Montréal, 2007
 
Rue Wellington, vers l'est
©Ville de Montréal, 2007
 
Rue Wellington, vers l'ouest et l'église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs
©Ville de Montréal, 2007
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1873

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l'ouvrir à la colonisation. Ils divisent l'île en côtes, un ensemble de terres comptant une série de concessions. Ces dernières sont des bandes parallèles étroites et profondes destinées à l’agriculture. Entre 1665 et 1669, les terres concédées au pied des rapides de Lachine forment la "côte des Argoulets", nommée ainsi en l'honneur des arquebusiers français du XVIe siècle, d'excellents francs-tireurs. Cette côte, qui occupe un lieu stratégique sur le fleuve, est surtout habitée par des militaires qui défendent Montréal contre les offensives iroquoises.

En 1671, un grand terrain est concédé au major Zacharie Dupuis. Il nomme sa terre Verdun, vraisemblablement en souvenir de son village natal, Notre-Dame de Saverdun. La côte des Argoulets est nommée peu après la côte de Verdun. Après la Grande Paix de 1701 entre la France et les nations amérindiennes, des cultivateurs viennent s'installer en bordure du chemin du Lower Lachine Road (l'actuel boulevard LaSalle) qui relie Ville-Marie au village de Lachine.

Vers 1800, le chemin de la rivière Saint-Pierre (aujourd'hui la rue de l'Église) est ouvert à l'extrémité est de la côte de Verdun.

haut de page

1874-1945

   
Développement du milieu urbain

En 1874, quelques notables se réunissent dans une maison de ferme, dite le Pavillon, construite vers 1733 à l'angle du chemin Lower Lachine Road et du chemin de la rivière Saint-Pierre (renommé la rue du Pavillon et plus tard, la rue de l'Église). Ces notables décident de nommer leur village, qui ne compte alors que 40 maisons car le territoire est souvent inondé, le village de la rivière Saint-Pierre. L'année suivante, ce village change de statut et devient la municipalité de Verdun, du nom de la côte.

En 1896, on entame la construction d'une digue afin de protéger les terres de la crue des eaux. En 1899, l'église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs est construite sur la rue du Pavillon, dorénavant nommée la rue de l'Église. En 1908, on érige sur cette rue un édifice comprenant un hôtel de ville, un poste de police et une caserne des pompiers. Lorsque le chantier de la digue est terminé, de nombreuses familles viennent habiter à Verdun. Les grandes fermes sont loties et leur limites deviennent, pour la plupart, le tracé des rues.

De 1911 à 1924, la population de Verdun triple. Une nouvelle église en pierre est érigée à côté de l'ancienne. Cette église, dont la façade donne maintenant sur la rue Wellington, forme, avec son presbytère et la nouvelle école Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, le noyau institutionnel d'une ville qui se développe rapidement.

Architecture

Édifice de culte
 
Banque
 
Bâtiment commercial et résidentiel
haut de page

1946 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Le cadre bâti des rues Wellington et de l'Église change peu après la Seconde Guerre mondiale. En 1953, l'ancienne maison de ferme, dite le Pavillon, est démolie pour faire place à une station d'essence. Au cours des années suivantes, quelques bâtiments commerciaux sont construits dans le secteur.

En 1978, la station de métro de l'Église est ouverte sur la rue Wellington, avec un édicule sur la rue de l'Église. Le secteur est certes mieux relié à Montréal mais cela ne stimule pas l'activité commerciale de la rue Wellington qui connaît une période de déclin. Au début des années 1990, un programme municipal de subventions à la rénovation et un nouvel ensemble de réglementations sont mis en place dans un effort de revitalisation urbaine. Aujourd'hui, plusieurs façades en maçonnerie de la rue Wellington, recouvertes au cours des années 1970 par des revêtements de vinyle ou d'aluminium, sont restaurées et de nouveaux commerces s'installent sur la rue.

Intervention(s) contemporaine(s)
d'intérêt

Insertion contemporaine
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2014
Données mises à jour le 20 novembre 2007