Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Parc Saint-Henri

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Parc Saint-Henri

Arrondissement ou ville :

Le Sud-Ouest (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce secteur, localisé au nord du canal de Lachine, se compose essentiellement d’habitations en rangée de deux et trois étages. Le parc Saint-Henri, situé au centre de ce secteur, est bordé de maisons se distinguant par leur diversité architecturale et leurs façades en pierre ou en brique au décor élaboré. L’église Saint-Henri, d’esprit édouardien classique, et l’école Ludger-Duvernay, de facture moderne, occupent toutes deux le côté ouest de la rue du Couvent.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue du Couvent, côté nord, vers l’ouest
©Ville de Montréal, 2006
 
Monument de Jacques Cartier, parc Saint-Henri
©Ville de Montréal, 2006
 
Rue Laporte, côté est, vers le nord
©Ville de Montréal, 2006
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1642-1849

   
Développement du milieu urbain

La ville de Montréal, alors appelée Ville-Marie, est fondée en 1642 par Paul Chomedey de Maisonneuve (1612-1676) et Jeanne Mance (1606-1673). En 1650, le sieur de Maisonneuve concède le fief Saint-Augustin aux Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph de l’Hôtel-Dieu. Très tôt, le fief est traversé par le chemin Saint-Joseph (appelé chemin Upper Lachine au XIXe siècle), qui relie la ville à la partie ouest de l’île. C’est le long de cette route, à l’ouest du secteur, que se développe à la fin du XVIIIe siècle un village de tanneurs, dénommé Tanneries des Rolland ou Saint-Henri des Tanneries.

Le territoire situé entre le bourg de Saint-Henri et la ville de Montréal, comprenant l’actuel secteur, conserve une vocation rurale jusque dans les années 1850. À ce moment, le fief Saint-Augustin est en grande partie occupé par l’Écossais Hugh Brodie, qui a acquis certains droits seigneuriaux des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph dans le but de subdiviser les terrains.

haut de page

1850-1874

   
Développement du milieu urbain

L’urbanisation de Saint-Henri débute vers 1850 après les travaux d’élargissement du canal de Lachine, qui s'échelonnent de 1843 à 1848. Plusieurs industries s’installent le long du canal et à proximité des chemins de fer qui traversent le territoire, dès 1847. Les premières maisons apparaissent dans les années 1850 au sud de la rue Saint-Jacques, pour loger la main-d’oeuvre ouvrière émigrée des campagnes environnantes, de Grande-Bretagne et d'Irlande.

Vers 1860, la famille Brodie commence à subdiviser le fief de Saint-Augustin. La portion de la terre Brodie sur laquelle se trouve le secteur est vendue à la Colonial Building and Trust Association, qui en poursuit la subdivision en lots à bâtir. Seules quelques habitations sont construites à cette époque le long de l’actuelle rue du Couvent, au nord de la rue Saint-Jacques, ainsi que sur la rue Saint-Antoine.

Architecture

Maison contiguë
    
haut de page

1875-1913

   
Développement du milieu urbain

La Ville de Saint-Henri est constituée en 1875 du regroupement de plusieurs villages, dont ceux de Saint-Henri des Tanneries, Delisle, Turcot, Saint-Augustin et Sainte-Marguerite. La Ville acquiert en 1890 des terrains déjà lotis au sud de la rue Saint-Antoine, dans le but de créer un parc public entouré de demeures destinées à la bourgeoisie locale. Un monument à Jacques Cartier, du sculpteur Joseph-Arthur Vincent, est érigé dans le bassin, au centre du parc. Le square Jacques-Cartier, appelé aujourd’hui parc Saint-Henri, ainsi que son monument, sont inaugurés en 1893.

Afin d’inciter les populations plus aisées à s’établir autour du square, les nouvelles constructions sont soumises à des exigences particulières relatives aux matériaux et à la qualité de leur apparence. Plusieurs maisons imposantes sont ainsi construites sur des lots de dimensions généreuses, dont celle du maire Eugène Guay. En 1905, Saint-Henri est annexé à Montréal et, à partir de 1909, des habitations sont construites sur la portion de la rue Saint-Antoine qui fait face au square.

Architecture

Maison contiguë
 
Maison contiguë
  
haut de page

1914 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Le secteur a peu changé depuis le début de la Première Guerre mondiale. L’église St. Thomas Aquinas est érigée entre 1921 et 1923 sur la rue du Couvent, pour la communauté irlandaise. Devenue par la suite l’église Saint-Henri, elle ferme au culte en 2001 et devient un lieu d’expositions et d’encans.

Le parc, premier espace vert aménagé à Saint-Henri, et les édifices qui le bordent forment encore aujourd’hui un ensemble résidentiel homogène et bien conservé. En 1992, le monument-fontaine en hommage à Jacques Cartier est restauré. La statue originale est déplacée à l’intérieur de la station de métro Saint-Henri et remplacée par une copie plus résistante aux intempéries.

Les maisons qui longent le parc, dont plusieurs ont été restaurées, sont remarquables pour leur couronnement et leurs saillies en façade, typiques de l’architecture éclectique victorienne. L’ensemble est un exemple exceptionnel de parc urbain montréalais de la fin du XIXe siècle.

Architecture

Édifice de culte (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2014
Données mises à jour le 18 mai 2012