Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Prison des Patriotes

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Prison des Patriotes

Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce secteur est situé à l’est de l’avenue De Lorimier, à la jonction de la rue Notre-Dame et du boulevard René-Lévesque. Les bâtiments de l’ancien site de la prison font aujourd’hui tous partie du siège social de la Société des alcools du Québec. Le secteur est toujours dominé par l’ancienne prison des Patriotes, aussi nommée prison au Pied-du-Courant, entourée par l’ancienne maison du Gouverneur, un monument en l’honneur des Patriotes, une partie du mur d’enceinte, une aile moderne et un stationnement. Issus d’époques différentes, les bâtiments présentent divers styles architecturaux où la pierre de taille grise et la brique prédominent.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Monument en l’honneur des Patriotes
©Ville de Montréal, 2009
 
La Prison des Patriotes
©Ville de Montréal, 2009
 
La maison du Gouverneur
©Ville de Montréal, 2009
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1642-1829

   
Développement du milieu urbain

Montréal, alors appelé Ville-Marie, est fondé en 1642 par Paul Chomedey de Maisonneuve (1612-1676) et Jeanne Mance (1606-1673). Le secteur où se trouve actuellement la Prison des Patriotes est concédé en 1659 par le gouverneur Paul Chomedey de Maisonneuve à Jacques Testard de Laforest. À partir du fleuve, la terre fait 2 arpents de large sur 15 de profondeur. Au cours des années suivantes, la superficie de la terre est augmentée, le territoire est défriché, des bâtiments de ferme y sont construits et les propriétaires se succèdent.

Le Pied-du-Courant est l’endroit où le fleuve Saint-Laurent rétrécit soudainement et laisse la place à un courant vigoureux qui rend la navigation impossible pour les petites embarcations de l’époque. À proximité du fort Ville-Marie, le quartier voit donc les voyageurs s’arrêter pour effectuer le portage sur ses terres. Sa vocation demeure essentiellement agricole et résidentielle pendant plusieurs décennies, jusqu’à la construction, en 1782, de la première brasserie. Elle fait connaître le secteur qui prend alors une vocation plus industrielle et portuaire. En même temps, ce faubourg devient une zone résidentielle bien cotée.

haut de page

1830-1920

   
Développement du milieu urbain

En 1830, Archibald Kennedy Johnson vend une partie de la terre héritée de son père John à des commissaires pour l’érection d’une nouvelle prison en périphérie des quartiers populeux. Les travaux de construction du centre de détention régional commencent en 1831 et se poursuivent jusqu’après son ouverture en 1836. Un bâtiment principal et trois ailes sont érigés, le tout ceinturé d’un mur de pierre. Toutes les constructions de cette époque sont en pierre de taille grise et sont dominées par le style néoclassique dont la monumentalité et l’austérité sont adaptées à la vocation carcérale de l’endroit. À la suite de la rébellion de 1837-1838 au Bas-Canada, des patriotes y sont emprisonnés et pendus, ce qui marquera à jamais l’histoire de cette prison.

En 1851, des transformations importantes sont entreprises avec l’agrandissement de l’aile est. En 1873, le mur d’enceinte, le portail et le corps de garde sont reculés pour permettre la prolongation de la rue Saint-Antoine (rue Craig) et l’installation d’une ligne de tramway. Avec la construction de la prison, du tramway et de plusieurs industries, le développement de ce quartier s’intensifie et se voit délaisser par les bourgeois. La résidence du gouverneur de la prison est construite en 1894 mais la prison ferme en 1912, lorsque le centre de détention de Bordeaux est inauguré.

Architecture

Prison
 
Maison isolée
  
haut de page

1921-1969

   
Développement du milieu urbain

Ce n’est qu’en 1921 que l’ancienne prison désaffectée depuis 1912 se voit attribuer une nouvelle vocation. C’est finalement la Commission des liqueurs du Québec (aujourd’hui la Société des Alcools du Québec) qui s’y installe dès sa création. Tout en conservant sa fonction institutionnelle, le secteur connaît plusieurs modifications. De grands travaux sont entrepris, car des bureaux, des entrepôts et des locaux industriels sont nécessaires. L’intérieur des bâtiments est aménagé selon les besoins du nouveau propriétaire et des nouvelles constructions s’ajoutent autour de la prison et de la maison du Gouverneur afin de maximiser l’espace. C’est à ce moment que l’aile nord de la prison est remplacée par un entrepôt et qu’un étage est ajouté aux ailes latérales de la prison.

En 1926, le monument en l’honneur des Patriotes, œuvre du sculpteur Alfred Laliberté est érigé sur une place à l’angle de la rue Notre-Dame et de l’avenue De Lorimier. De 1925 à 1930, le pont Jacques-Cartier s’élève et modifie l’image du secteur. D’autres structures à caractère industriel sont érigées dans les espaces résiduels du terrain durant les années 1960.

Architecture

Immeuble de bureaux
    
haut de page

1970 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

En 1970, la Commission des liqueurs du Québec devient la Société des Alcools du Québec. Le gouvernement prend alors la décision de mettre en valeur le site de la prison des Patriotes. Pour ce faire, la démolition de la plupart des bâtiments construits au XXe siècle est entreprise afin de dégager les structures anciennes. En 1978, la prison est classée site historique par le gouvernement provincial en vertu de la Loi sur les biens culturels. L’entrepôt où se trouve toujours l’entrée principale du siège social, seul vestige des années 1920, est entièrement réhabilité en 1987. De 1989 à 1992, l’édifice de la prison du Pied-du-Courant est restauré en profondeur et en 1993, le monument en l’honneur des Patriotes est déplacé en face de la prison. Depuis, le centre d’exposition La Prison-des-Patriotes rappelle les faits d’histoire qui ont marqué ce lieu.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 mai 2012