Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Station de pompage McTavish, façade ouest
©Ville de Montréal, 2006
 
Station de pompage McTavish, façade nord
©Ville de Montréal, 2006
 
Station de pompage McTavish, façade nord (détail)
©Ville de Montréal, 2006
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Station de pompage McTavish

Adresse civique :
  • 815-855, avenue du Docteur-Penfield
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Campus McGill

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1928-1932

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Charles-Jules Des Baillets
    (ingénieur)
    Charles-Jules Des Baillets est né en 1884 à Genève, en Suisse. À 19 ans, il obtient un diplôme en génie de l’Université de Bienne et il entreprend sa carrière en travaillant à l’électrification des zones rurales de la Suisse. En 1904, il s’embarque pour le Canada. Entre 1904 et 1920, il travaille successivement comme ingénieur pour la compagnie de papiers Rolland, la Shawinigan Water & Power Co. Ltd., la Canada Paper Co. Ltd., la Canadian Westinghouse Co. Ltd., puis comme gérant des services publics de la Ville de Sherbrooke. À partir de 1920, il travaille à la Cité de Montréal, où il est nommé ingénieur en chef de la Commission de l’Aqueduc en 1921, puis ingénieur en chef de la division technique des Travaux publics de 1941 à 1949. L’usine Charles-J.-Des Baillets, deuxième usine de filtration du réseau de l’Aqueduc de Montréal, construite entre 1973 et 1978, est nommée en son honneur.
  • Jean-Omer Marchand
    (architecte)
    Né à Montréal en 1873, Jean-Omer Marchand fait des études au Collège de Montréal, puis son apprentissage dans la firme Perrault et Mesnard, qu’il complète par des cours du soir à l'École des arts et manufactures. Vers 1893, il part pour la France, où il obtient un diplôme de la prestigieuse École des Beaux-Arts de Paris. En 1902, il revient à Montréal pour y ouvrir un cabinet d’architecte. Il sera associé avec l’Américain Samuel Stevens Haskell jusqu’à 1913, année du décès de ce dernier. On leur doit, entre autres, la chapelle du Grand Séminaire des prêtres de Saint-Sulpice, 206 Sherbrooke Ouest (1902-1907), la maison mère des sœurs de la Congrégation de Notre-Dame, 3040 Sherbrooke Ouest (1904-1906), et l'église Sainte-Cunégonde, 2461 Saint-Jacques (1904-1906), tous trois situés à Montréal, ainsi que la cathédrale de Saint-Boniface au Manitoba (1905-1908), détruite par un incendie en 1969. Après 1913, Jean-Omer Marchand s’associe ponctuellement avec différents architectes. Parmi les collaborations de cette époque, on retrouve R.-A. Brassard pour la prison de Bordeaux, 800 Gouin Ouest (1905), Joseph Venne pour l’église Saint-Pierre-Claver, 2000 Saint-Joseph Est (1915), Ernest Cormier pour l'École des Beaux-Arts, 3450 Saint-Urbain (1922), et John Pearson, un architecte de Toronto, pour l’édifice du Centre situé sur la colline parlementaire à Ottawa (1916-1927). À la suite de cette commande, Jean-Omer Marchand sera reconnu comme le principal architecte canadien-français de son époque.
Nom du propriétaire constructeur :
  • Ville de Montréal
    (propriétaire de 1928 à aujourd'hui)
    Ce bâtiment a été construit entre 1928 et 1932 pour la Commission de l’Aqueduc du Service des travaux publics de la Ville de Montréal. La station de pompage McTavish est toujours en opération.
haut de page
 
 
Station de pompage McTavish, façade sud (détail)
©Ville de Montréal, 2006
 
 
Histoire  
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 30 mars 2007 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1947
    Fin des travaux : 1949
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Construction de l’aile ouest.

    Concepteur de la transformation :
    J. Y. Dorance (ingénieur)
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1967
    Fin des travaux : 1970
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Agrandissement de la partie centrale à toit plat et modifications intérieures.

    Concepteurs de la transformation :
    Pierre Ronco (architecte)
    Gérard Masson (architecte)
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : 1972
    Fin des travaux : 1973
    Réfection des toits.

    Réfection des toits et remplacement de l’ardoise par du bardeau d’asphalte.

    Concepteurs de la transformation :
    Pierre Ronco (architecte)
    Gérard Masson (architecte)
     
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Situé dans le site patrimonial du Mont-Royal (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique et naturel (2005-03-09) (juridiction provinciale)
  • Situé dans le site patrimonial du Mont-Royal (cité) (2012-10-19).
    Anciennement un site du patrimoine (1987-12-18) (juridiction municipale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9999-24-0015-01

Propriété :

9999-24-0015

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 3 septembre 2012