Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Maison Thomas-Craig
©Ville de Montréal, 2002
 
Maison Thomas-Craig (oriel)
©Ville de Montréal, 2002
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison James Reid-Wilson

Autres appellations :
  • Maison Corby
  • Maison Thomas-Craig
Adresse civique :
  • 1201, rue Sherbrooke Ouest
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Rue Sherbrooke Ouest (entre Atwater et Peel)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1882

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • John James Browne
    (architecte)
    Fils de l’architecte George Browne, John James Browne (1837-1893) fait ses études au High School of Quebec et apprend les rudiments de l’architecture dans l’agence de son père. À l’âge de 19 ans, il débute sa carrière à Montréal, tout en faisant de fréquents voyages d’études en Europe. Sa production architecturale est marquée par un certain éclectisme. À ce titre, on peut souligner l’étonnante résidence Peter-Lyall, 1445 Bishop (1889). Il devient par la suite un financier et un homme politique.
Nom du propriétaire constructeur :
  • Thomas Craig
    (propriétaire de 1882 à 1884)
    Homme d’affaires et banquier, Thomas Craig est le beau-frère de Matthew Hamilton Gault, le fondateur de la compagnie d’assurances Sun Life. Il assume la direction de nombreuses compagnies, entre autres, la St. Lawrence Ship Canal Co.
Typologie d'origine :
  • Maison isolée
haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

En 1882, Thomas Craig confie à l’architecte John James Browne le mandat d’ériger une vaste demeure sur le terrain qu’il acquiert la même année de William Workman. En 1884, Thomas Craig doit vendre la propriété en raison de la faillite de la banque dont il est directeur. En 1900, la maison passe aux mains du banquier James Reid Wilson. L’année suivante, le bâtiment subit de profondes modifications, d’après les plans de l’architecte américain Richard Alfred Waite. L’intérieur de la demeure est entièrement remanié, et un étage complet est ajouté. La façade principale est recomposée en réutilisant certains matériaux de l’ancienne maison. Il en résulte une résidence complètement renouvelée, où peu d’éléments architecturaux de la maison de 1882 sont conservés.

James Reid Wilson demeure propriétaire de la maison jusqu’en 1936, date à laquelle il la vend à Ernest Latrémouille, qui la transforme en pension d’étudiants. Les distilleries Corby limitée acquièrent la demeure en 1951 pour y aménager leur siège social. Cet usage, qui n’a pas modifié l’apparence extérieure de la maison, est maintenu jusque vers 1993.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • James Reid Wilson
    (propriétaire de 1900 à 1936)
    Né à Glasgow en Écosse en 1850, James Reid Wilson est un banquier prospère de Montréal et est le président de la Thomas Robertson & Company. Durant sa carrière, il est impliqué dans la gestion de nombreuses entreprises et devient notamment le directeur de la Canadian Steel Foundries Ltd. James Reid Wilson est décrit comme un millionnaire par le quotidien Montreal Star en 1911, et il est aussi un mécène. En 1906, il fait don de 10 000 dollars au General Hospital of Montreal.

  • Les distilleries Corby Limitée
    (propriétaire de 1951 à environ 1993)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 29 septembre 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1901
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Ajout d’un étage, recomposition des façades et réaménagement important de l’intérieur

    Concepteur de la transformation :
    Richard Alfred Waite (architecte)
     
haut de page
Lecture architecturale  
La maison Thomas-Craig a été érigée en 1882, mais a été complètement transformée au début du XXe siècle. Il en résulte une demeure au style éclectique où sont juxtaposés des éléments de nouveauté issus du courant Beaux-Arts et des composantes recyclées de l’ancienne construction de style néo-gothique. D’abord, l’aspect élancé de la maison s’explique par l’ajout d’un étage sous une fausse mansarde ainsi que par le prolongement vertical des avancées que l’on trouve au centre des deux façades donnant sur la rue. La maçonnerie des murs extérieurs, composée de couches successives de pierres à bossage et de bandeaux de pierre à surface lisse, a été récupérée de la première construction. Le portique déplacé sur le côté est de la résidence fait partie des éléments remaniés en 1901, mais il est tout de même orné d’une colonne recyclée de la composition originale.

La maison Thomas-Craig est placée sous le signe de l’opulence et du confort. La façade asymétrique de la rue Sherbrooke, avec son entrée accessible par un escalier à plusieurs paliers, possède un caractère solennel digne du statut social de son propriétaire. La façade de la rue Drummond dégage quant à elle un caractère plus convivial avec son grand oriel semi-circulaire sur deux étages, le seul des trois oriels d’origine qui ait été conservé.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Immeuble patrimonial classé sous le nom de Maison James-Reid-Wilson
    Anciennement un monument historique reconnu (1974-01-15) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9839-68-5571-01

Propriété :

9839-68-5571

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 janvier 2013