Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 

©Denis Tremblay, 2005
 
Élévation rue Saint-Paul.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Élévation latérale droite.
©Ville de Montréal, vers 1995.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maisons Philip-Shorts

Autre appellation :
  • Porte du Ciel
Adresse civique :
  • 461, rue Saint-Paul Est
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Porte du Ciel
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1804

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Jean-Baptiste Tribot dit Lafricain
    (maçon)

Nom du propriétaire constructeur :
  • Philip Shorts (cordonnier)
    (propriétaire du 1799-10-05 au 1818-01-18)

Commentaire sur les travaux

Marché de construction, 19 décembre 1803 (notaire L. Chaboillez).

À l’origine, la façade du bâtiment projeté n’avait que 50 pieds français (16,2 m), mais au début de la construction en 1804, Shorts décide d’allonger la façade afin d’occuper toute la largeur du lot, c’est-à-dire 19,2 m.

Détail des travaux

haut de page
 
 

©Ville de Montréal, Toponymie, VMN-461.
 

photographie Denis Tremblay, 1998
 
Histoire  

Avertissement

Des études antérieures ont avancé 1847 comme date de construction de ce bâtiment. En fait, George-Étienne Cartier faisait construire cette année-là une série de bâtiments en pierre et brique sur un terrain vacant à l’est de l’immeuble actuel. Une partie de ces bâtiments ont été expropriés pour l’élargissement de la rue Berri dans les années 1890, tandis que les autres ont été démolis vers les années 1950.

On utilise parfois le no civique 459 pour cet immeuble, numéro inscrit sur l'immeuble voisin de l'ensemble. Cette structure ne comporte pas de numéro civique aujourd'hui.

Histoire du bâtiment

En 1799, le cordonnier Philip Shorts s’établit dans une petite maison en pierre sur ce lot situé en face des casernes militaires. Jouissant ainsi d’une clientèle incluant des militaires et des gentilshommes de la ville, les affaires de Shorts prospèrent. En décembre 1803, il engage le maçon Jean-Baptiste Tribot dit Lafricain pour construire un bâtiment en pierre de deux étages comprenant deux logements, un de chaque côté d’une porte cochère. Bien que Shorts réside dans l’un d’eux et y tient vraisemblablement son atelier, on ignore qui occupe l’autre.

En 1818, Shorts vend à Frederick Gonnerman l’immeuble qui sert principalement à l’habitation au cours du siècle suivant. Saisi et vendu par le shérif en 1825, le bâtiment est acquis par John Donegani qui le conserve pendant vingt ans. En 1845 l’avocat et politicien George-Étienne Cartier achète la propriété sise à l’arrière de sa résidence de la rue Notre-Dame. Immédiatement après son acquisition, il loue le bâtiment au gouvernement pour servir d’hôpital militaire pendant au moins quatre ans, puis de résidence pour des soldats mariés. Après 1870 et le départ de la garnison britannique de Montréal, le bâtiment accueille des gens de petits métiers, surtout des journaliers, des charretiers et des commerçants. En 1880 le batelier et locataire Joseph Vincent s’engage à effectuer des réparations au bâtiment en mauvais état et, de toute évidence, continue de gérer l’immeuble jusqu’au début du XXe siècle.

En novembre 1929, au tout début de la Crise, le bâtiment est loué par la succession Cartier au Refuge Notre-Dame-de-la-Merci occupant l’immeuble voisin rue Saint-Paul. À la suite de travaux de réfection, il est aménagé en noviciat pour les Frères hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu en charge des soins aux indigents du refuge. Les portes de chaque côté de la porte cochère sont probablement bouchées à ce moment. Le refuge devient propriétaire de 1931 jusqu’à 1954, lorsqu’il cède l’immeuble aux Frères hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu qui le vendent aux Servantes de Marie Immaculée trois ans plus tard. Entre 1957 et 1992, cette communauté religieuse y établit la Porte du Ciel pour recevoir des femmes démunies.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • John Donegani (marchand)
    (propriétaire du 1825-09-27 au 1845-10-04)
  • George-Étienne Cartier (avocat et politicien)
    (propriétaire du 1845-10-04 au 1873-05-20)
  • Refuge Notre-Dame-de-la-Merci
    (propriétaire du 1931-11-09 au 1954-07-06)
  • Servantes de Marie Immaculée (hospice pour femmes démunies)
    (propriétaire du 1957-05-27 au 2004-01-15)
Autres occupants marquants
Locataires :
  • Joseph Vincent (batelier)
    (locataire du 1880-05-01 à environ 1900)
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0041-70-5003-01

Propriété :

0041-70-5003

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 23 février 2016