Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 

© Photographie de Normand Rajotte réalisée pour l'ouvrage L'histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine, 2004
 
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison Joseph-Brossard

Adresse civique :
  • 454, rue Saint-Louis
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1828

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Charles-Simon Delorme
    (charpentier et entrepreneur)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Joseph Brossard fils (maître menuisier)
    (propriétaire du 1826-10-07 au 1843-12-05)

Commentaire sur les travaux

Marché de construction (notaire N. B. Doucet, 20 juin 1828).

haut de page
Histoire  

Histoire du bâtiment

Le menuisier Joseph Brossard fait construire cette maison en 1828. Deux ans plus tôt, en 1826, Joseph Brossard père et Marie-Josephte Mathieu ont fait donation à leur fils Joseph et à sa future épouse Marie-Josephte Dupéré de cet emplacement sans bâtiment situé au faubourg Saint-Louis. Brossard fils engage Charles-Simon Delorme pour lui bâtir une maison en bois, recouverte de planches en façade, avec fondation et cheminées en pierre. Il confie notamment la charpenterie à Delorme, mais se réserve les travaux de menuiserie. Le jeune couple s’y établit.

Devenu veuf, Brossard vend la maison en décembre 1843 à Joseph Boulanget, marchand tailleur, dont la famille conservera la propriété pendant cent ans. Les premiers rôles d’évaluation parus à compter de 1847 nous apprennent que deux locataires occupent la maison, la division ayant pu être faite par Boulanget ou par Brossard. Quoi qu’il en soit, la maison est ainsi louée très longtemps à des artisans, des journaliers, des ouvriers et des veuves. Le contremaître Omer Robitaille, qui y réside déjà comme locataire à compter de 1939, achète la maison en 1946 tout en laissant l’autre partie en location.

Gaétan B. Trottier et Ronald Dravigne achètent la propriété en 1975 de l’épouse d’Omer Robitaille, devenue veuve, et procèdent à d’importants travaux de restauration et de rénovation. Ils recréent une maison unifamiliale, comme à l’origine.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Joseph Boulanget
    (propriétaire du 1843-12-05 au 1883-06-24)
  • Omer Robitaille (contremaître)
    (propriétaire du 1946-08-31 à une date inconnue)
  • Gaétan B. Trottier et Ronald Dravigne
    (propriétaire du 1975-02-03 à une date inconnue)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 23 décembre 2010 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : vers 1975
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Travaux de restauration et de rénovation incluant probablement le crépi.


     
haut de page
Lecture architecturale  
Cette maison de faubourg est implantée en bordure immédiate de la rue. Elle dispose d’une entrée latérale menant à une adjonction, mais à l’origine il s’agissait d’un passage vers les dépendances à l’arrière. La forme rectangulaire de la maison, parallèle à la rue, son carré en bois d’un étage (soit le rez-de-chaussée) et son toit à deux versants sont autant de caractéristiques de cette maison de faubourg, qu’il faudrait encore situer dans une éventuelle typologie historique, quant à sa taille notamment. On sait à tout le moins que les maisons de faubourg étaient majoritairement en bois, comme celle-ci.

Aux caractéristiques déjà mentionnées s’ajoute une composition simple fondée sur une répartition régulière des ouvertures, en façade à tout le moins. L’emplacement de la porte principale doit toutefois être considéré avec circonspection, car il y a longtemps eu deux entrées. En revanche, nous savons qu’on prévoit deux lucarnes dès la construction. Le crépi qui revêt le carré de bois rappelle quant à lui une façon de faire ancienne mais sans rapport avec le revêtement initial en planches de bois.

L’unique porte de façade indique d’emblée qu’il s’agit une maison unifamiliale, mais, nous l’avons mentionné, il y a déjà eu deux entrées. De plus, dès la construction il y a deux escaliers à l’intérieur et une cheminée en pierre à chaque extrémité. Aurait-il dès le début une division en deux unités d’habitation, sans que cela apparaisse dans les documents d’époque, par exemple pour loger deux ménages de la famille Brossard?

Enfin, une petite niche contenant une statuette religieuse, non datée, marque l’entrée et contribue au caractère de la maison.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1995-04-26) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0041-60-1352-00

Propriété :

0041-60-1352

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 23 février 2016