Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
La façade et les ouvertures dans la toiture
©Denis Tremblay, 2007
 
Dessin d'élévation.
©Ville de Montréal, vers 1995.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison-magasin Samuel-Davies II

Adresse civique :
  • 421-425, rue Saint-Paul Est
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Maisons-magasins Samuel-Davies
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1833

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Thomas Hodgson
    (maître maçon)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Samuel Davies (marchand de fourrures)
    (propriétaire du 1832-03-13 au 1835-02-17)
Typologie d'origine :
  • maison-magasin

Commentaire sur les travaux

Marché de fourniture de pierres entre le maçon André Auclaire et Samuel Davies (notaire P. Lukin, 16 août 1832); entente entre le charpentier James Ilsley et Samuel Davies (notaire P. Lukin, 15 juin 1833);
protêt par Samuel Davies contre le travail du maître maçon Thomas Hodgson (P. Lukin, 3 juillet 1833).

haut de page
Histoire  

Histoire du bâtiment

Le marchand de fourrures Samuel Davies fait construire cette maison-magasin en 1833. Davies acquiert au printemps 1832 un emplacement avec une maison en pierre de trois étages (l’actuel 411-417 rue Saint-Paul Est) et ses dépendances. En plus de transformer le bâtiment existant, Davies engage le maître maçon Thomas Hodgson et le charpentier James Ilsley pour construire une nouvelle maison-magasin adjacente au bâtiment modifié. Celle-ci est probablement conçue, comme d’autres bâtiments semblables, pour servir à des fins résidentielles et commerciales. C’est du moins ce que confirme l’occupation des lieux en 1855, alors que le brasseur Daniel Gorrie en est le propriétaire. En effet, après avoir servi de caserne pour la Royal Artillery, l’immeuble est cette année-là en grande partie occupé par une auberge et la résidence de l’aubergiste et quelques pièces à l’arrière et aux étages logent deux journaliers et un charpentier.

Cette double vocation résidentielle et commerciale se perpétue jusqu'au début du XXe siècle. Le rez-de-chaussée de la maison-magasin est toujours principalement occupé par des aubergistes jusqu’aux années 1870. Louis Rivet, marchand épicier, acquiert le bâtiment en 1873. C’est toutefois son neveu, Louis-Siméon Rivet, un des futurs héritiers de l’immeuble, qui y établit son épicerie en 1880 et sa résidence quelques années plus tard. Les étages servent aussi de logements à de petits travailleurs et à des veuves. Entre 1890 et 1912, une adjonction en pierre est ajoutée à l’arrière du bâtiment. Dans les années 1970, un antiquaire loue l’immeuble. Au début des années 2000, on y trouve un commerce, des bureaux et un logement. En 2015, l'immeuble n’est plus occupé à des fins résidentielles et abrite une galerie d'art et, possiblement, des bureaux.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Daniel Gorrie (brasseur)
    (propriétaire du 1844-02-23 au 1872-06-13)
  • Louis Rivet (épicier)
    (propriétaire du 1873-07-03 au 1906-12-31)
Autres occupants marquants
Locataires :
  • Louis-Siméon Rivet (épicier)
    (locataire de 1880 à 1906)
haut de page
Lecture architecturale  
Ce bâtiment construit en 1833 présente comme son voisin de gauche (1832) les caractéristiques fondamentales d'une maison-magasin, et ce, incluant la vitrine probablement présente dès la construction (mais dotée à cette époque de grands carreaux), car nous savons que le même propriétaire ajoutait déjà de larges ouvertures au bâtiment voisin l'année précédente. L’appareil de pierre taillée typique, lisse et régulier, avec des assises de hauteur moyenne et des joints maigres, est quant à lui certainement d'origine. La chaîne à bossages harpée (à droite) apporte par ailleurs une note classique; elle trouve sa contrepartie à l'extrémité opposée de l'immeuble de gauche. Enfin, le toit à deux versants, brisé par une sorte de lucarne continue tant à l'arrière qu'à l'avant, constitue (s'il est d'origine lui aussi) un cas particulier par rapport aux habituels toits à deux versants percés de petites lucarnes. Cette maison-magasin partagerait cette particularité avec l'imposant hôtel Rasco mis en chantier non loin sur la rue Saint-Paul en 1834.

Soulignons enfin que la porte cochère surmontée d'un arc en anse de panier (une autre note classique) dessert à l'origine, et pour longtemps, cette maison-magasin ainsi que sa voisine de gauche appartenant au même propriétaire. Elle ne dessert aujourd'hui que ce bâtiment-ci.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-79-4229-00

Propriété :

0040-79-4229

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 21 décembre 2015