Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 

©Denis Tremblay, 2005
 

©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Détail de la façade.
©Denis Tremblay, 2005
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Magasin-entrepôt George-Étienne-Cartier I

Adresse civique :
  • 340-348, rue Notre-Dame Est
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Magasins-entrepôts George-Étienne-Cartier
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1864

Nom du propriétaire constructeur :
  • George-Étienne Cartier (Avocat. Homme politique canadien, il est un des pères de la Confédération)
    (propriétaire de environ 1856 à 1873)
Typologie d'origine :
  • magasin-entrepôt

Commentaire sur les travaux

Marchés de construction, notaire Joseph Belle, 8 février 1864, 21161 et 21162.

haut de page
Histoire  

Histoire du bâtiment

C’est en 1864 qu’est construit ce magasin-entrepôt, sur un lot vacant depuis plusieurs années. Son propriétaire constructeur n’est nul autre que George-Étienne Cartier, qui travaille alors activement au projet de confédération canadienne. Le bâtiment comprenant deux espaces locatifs, est construit selon « les règles de l’art » et les spécifications de Cartier, comme le stipule le marché de construction. L'architecte du bâtiment est inconnu. Cartier et ses descendants conservent la propriété de l’immeuble jusqu’en 1952.

Depuis sa construction, l’occupation du magasin-entrepôt a été diversifiée tout en attirant une grande concentration d’entreprises liées au secteur du vêtement. Le premier occupant de l’espace locatif à l’Ouest du bâtiment est Larue & Co., marchands tailleurs, qui est présent un an, de 1865 à 1866. Le premier occupant de l’espace locatif situé à l’Est du bâtiment est William Allen & Co., une entreprise d'ébénisterie et de vente de meubles. Ce dernier est présent dans le magasin-entrepôt pendant deux ans, de 1866 à 1868.

Par la suite, différentes entreprises vont occuper le magasin-entrepôt quelques années chacune sans véritablement marquer son histoire. On y retrouve, par exemple, un statuaire et un libraire en plus des tailleurs et des fabricants de produits textiles. Vers 1905, l’entreprise National Clothing Co. s’installe sur les lieux et y demeure environ 50 ans, soit jusque vers 1955. Après son départ, la fabrication disparaît. Dans les années 1960, la fonction commerciale n'est maintenue qu'au rez-de-chaussée alors que quatre logements sont aménagés aux étages. En 2004, ces logements s’y trouvent toujours, tandis que le rez-de-chaussée accueille une boutique et une galerie d’art.

Autres occupants marquants
Locataires :
  • National Clothing Co. (Fabricant de vêtements)
    (locataire de environ 1905 à environ 1955)
haut de page
Lecture architecturale  
Ce magasin-entrepôt comprend trois étages (incluant le rez-de-chaussée) et un attique, ce demi-étage étant plus haut à l'arrière qu'à l'avant. Il est séparé des bâtiments voisins par des murs aveugles en brique.

L'immeuble est subdivisé à l'origine en deux unités, difficiles à distinguer de l'extérieur, la façade comprenant cinq travées de fenêtres identiques. Chacune des deux portes d'entrée (deuxième et quatrième ouvertures cintrées) devait servir à la circulation des clients, des employés et des marchandises, des escaliers desservant forcément l'intérieur de chaque unité. La création de locaux distincts aux étages a ensuite amené le réaménagement d'une entrée. Dès l'origine, les ouvertures du rez-de-chaussée se prêtent à la mise en vitrine de produits vendus au détail, tandis que l'important fenêtrage aux étages peut éclairer des salles d'exposition de produits, des espaces d'entreposage ou de fabrication, et, éventuellement, d'autres activités.

Une ossature en pierre de taille, composée d'éléments verticaux et horizontaux étroits, permet ce fenêtrage maximal, une façon de faire apparue dans le quartier au début des années 1850. On parlera plus tard de proto-rationalisme car cela annonce une certaine architecture moderne. Cette composition architecturale est aussi animée par des éléments qui rappellent un peu les palais italiens de la Renaissance, une tendance forte des années 1860. Les grands arcs du rez-de-chaussée, les arcs décoratifs des châssis en bois, les petites fenêtres de l'attique et la corniche élaborée témoignent d'une volonté de s'inspirer du passé. Quelques éléments décoratifs singuliers, comme les boutons striés à la croisée des supports de pierre, complètent cette composition à la fois typique et originale.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-68-5769-00

Propriété :

0040-68-5769

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 12 novembre 2015