Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
La maison vue de l'intersection de la place et de la rue.
©Denis Tremblay, 2015
 
Jour de marché, place Jacques-Cartier, vers 1890 (détail).
Musée McCord, VIEW-2423; exemplaire imprimé, Direction du patrimoine, Ville de Montréal.
 
La maison vers 1930.
Ville de Montréal, Archives [VMN-259]; exemplaire imprimé, Direction du patrimoine, Ville de Montréal (détail).
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison Parthenais-Perrault I

Adresses civiques :
  • 251-259, rue Saint-Paul Est
  • 401-403, place Jacques-Cartier
    (façade latérale)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Immeubles Parthenais-Perrault
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1812-1813

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Antoine Bouteiller
    (maître charpentier)
  • Amable Amiot dit Villeneuve
    (maître maçon)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Augustin Perrault (marchand de potasse)
    (propriétaire du 1812-03-25 au 1855-08-23)
  • Louis Parthenais (marchand de potasse)
    (propriétaire du 1812-03-25 au 1834-11-28)

Commentaire sur les travaux

Au printemps 1812, des marchés concernant la construction de deux maisons sont signés : le 407-413, place Jacques-Cartier, devant être parachevé le premier, et le présent bâtiment, en second lieu. Ce dernier est complété au printemps 1813.

Marché pour la maçonnerie, 10 mars 1812; marché pour la charpenterie, 12 mars 1812 (notaire L. Chaboillez).

Détail des travaux

haut de page
 
Élévation latérale gauche.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Élévation principale.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Élévation latérale droite.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

En mars 1812, Louis Parthenais et son gendre Augustin Perrault, fabricants marchands de potasse du faubourg Saint-Laurent, acquièrent un grand terrain à côté du Marché Neuf (place Jacques-Cartier), à l’angle de la rue Saint-Paul. Ils engagent sans délai Amable Amiot dit Villeneuve, maçon, et Antoine Bouthillier, charpentier et menuisier, pour leur construire deux grandes maisons, y compris le présent immeuble. Suffisamment grande pour être divisée en deux locaux, la maison accueille ses premiers occupants dès le printemps 1813. Le marchand François Papineau loue l’unité située au coin; on ignore qui occupe alors l’autre partie.

Pendant un demi-siècle, le bâtiment a une vocation commerciale, abritant un, deux et parfois trois locataires à la fois selon les besoins. S’y trouvent des marchands, un épicier, des aubergistes et des quincailliers qui occupent un logement au-dessus de leur boutique. Dès 1842, l’immeuble est doté d’une nouvelle apparence: les façades sur les voies publiques sont refaites en pierre de taille et agrémentées de fenêtres plus larges au rez-de-chaussée. Des photographies plus tardives révèlent que des vitrines seront mises en place au cours des décennies suivantes (elles-mêmes disparues plus tard). En 1869, le marchand de tabac Léon Larue s’installe dans le local au coin du bâtiment. Il y tient son commerce jusqu’en 1931; pendant les douze dernières années, il en est le propriétaire, ayant acheté l’immeuble des héritiers Perrault en 1919. Contrastant avec la forte stabilité de la tabagie de Larue, le local donnant sur la rue Saint-Paul accueille toute une variété de locataires : s’y établissent un marchand de chaussures, des marchands de dry goods, des marchands de provisions, un buandier et, surtout à partir du début du XXe siècle, des taverniers et des restaurateurs. Les étages servent toujours à l’habitation. Une confiserie remplace la tabagie Larue pendant quelques années puis, à compter de la décennie 1940, tout le rez-de-chaussée sert de taverne et de restaurant.

En 1961 la Ville de Montréal exproprie la propriété afin d’aménager un stationnement dans le quadrilatère borné par les rues Le Royer, Gosford et Saint-Paul et la place Jacques-Cartier. À la suite de la reconnaissance du Vieux-Montréal comme arrondissement historique en 1964, la Ville abandonne son projet. En 1966, elle cède l’immeuble par bail emphytéotique. L'édifice est restauré en 1967-1968 par une compagnie de gestion qui détient le bail (de 1967 à 2008). Le parement de pierre est remis en valeur; on recompose les ouvertures du rez-de-chaussée avec des fenêtres un peu plus larges qu'à l'étage; le bâtiment est aussi légèrement agrandi à son extrémité nord-est, rue Saint-Paul. Des boutiques et restaurants liés à l'achalandage touristique ainsi que des bureaux occupent ensuite l'immeuble. Une boutique de souvenirs en vient à occuper tout le rez-de-chaussée. Elle est toujours en place en 2015 alors que le restaurant-terrasse Jardin Nelson, en expansion dans tout l'ensemble historique Parthenais-Perrault, occupe l'étage supérieur. Il semble aussi y avoir des bureaux dans l'étage de comble.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Victor Perrault (médecin)
    (propriétaire du 1855-08-23 au 1901-08-03)
Autres occupants marquants
Locataires :
  • Léon Larue, fils (marchand de tabac)
    (locataire de 1869 au 1919-05-26)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 17 novembre 2015 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1842
    Transformation majeure de la façade.

    Les façades sur la place Jacques-Cartier et la rue Saint-Paul sont refaites en pierre de taille. Les fenêtres sont élargies pour atteindre quatre pieds de large (1 m) au rez-de-chaussée.

    Marché de maçonnerie, 28 décembre 1841 (notaire J.H. Jobin). Les vitrines que montrent certaines photographies anciennes sont plus larges que les ouvertures de quatre pieds mentionnées dans le marché de décembre 1841. Un châssis (rue Saint-Paul) photographié vers 1890 semble aussi d'une facture plus tardive. Des années 1840, il subsisterait donc le parement de pierre taillée (restauré) et les dimensions de certaines ouvertures.

    Concepteur de la transformation :
    Charles Arseneur (maître maçon)
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1967
    Fin des travaux : 1968
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Le bâtiment est restauré. Il est aussi agrandi au nord-est, rue Saint-Paul (voir les photographies anciennes du bâtiment voisin; 265-271, rue Saint-Paul Est). L'intérieur est conçu pour accueillir des commerces et des bureaux.

    Cabarets historiques Inc., une société créée en 1966 et détentrice d'un bail emphytéotique consenti en 1967 par la Ville de Montréal, confie les travaux à la firme Lumar Entreprises Inc.



     
haut de page
 
 

photographie Denis Tremblay, 1998
 
 
Lecture architecturale  
La maison occupe depuis toujours un emplacement très achalandé du secteur du marché. Restaurée suivant sa forme d'origine et son état des années 1840, elle constitue un bon exemple de la transition entre la maison urbaine façon Nouvelle-France, avec notamment une toiture en L à deux versants percée de lucarnes et des murs coupe-feu, et le modèle achevé de maison-magasin. Le parement en pierre taillée témoigne en premier lieu de cette transition. Les ouvertures à peine plus larges au rez-de-chaussée rappellent le fenêtrage régulier des anciennes maisons urbaines mais aussi, bien que de façon ténue, les premières ouvertures commerciales plus grandes du XIXe siècle − les vitrines ajoutées il y a longtemps puis enlevées permettraient, si elles étaient toujours en place, d'y voir plus simplement une maison-magasin typique. Les fenêtres à petits carreaux de l'étage supérieur rappellent les fenêtres de la première moitié du XIXe siècle tandis que la tôle « à baguettes » de la couverture rappelle plutôt la seconde moitié de ce siècle.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-66-6867-00

Propriété :

0040-66-6867

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 24 novembre 2015