Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
La façade.
©Denis Tremblay, 2006
 
Dessin d'élévation.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Chapiteau de pilastre.
©Denis Tremblay, 2015
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Immeuble Armour-et-Rolland

Adresse civique :
  • 404-408, rue Saint-Vincent
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Immeubles Rolland
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1816

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Jean-Baptiste Boutonne dit Larochelle
    (maçon et entrepreneur)
  • Amable Amiot dit Villeneuve
    (maçon et entrepreneur)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Armour Robert (marchand)
    (propriétaire de environ 1815 à 1817)

Commentaire sur les travaux

Marché de construction (notaire Desautels, 5 février 1816).

Détail des travaux

haut de page
Histoire  

Histoire du bâtiment

En 1816, Robert Armour fait construire une maison en pierre de trois étages (incluant le rez-de-chaussée) par les maçons Jean-Baptiste Boutonne dit Larochelle et Amable Amiot dit Villeneuve. L’année suivante, Armour et son associé George Davies font faillite et le bâtiment est vendu par le shérif. L’avocat Samuel Gale s’en porte acquéreur en 1818 et y établit sa résidence et son bureau probablement jusqu’à la fin des années 1830. En 1850-1851, une locataire y tient une maison de pension. Gale conserve la propriété jusqu’en 1853.

La maison et un terrain vacant voisin sont acquis en 1855 par le libraire et éditeur Jean-Baptiste Rolland. Sur la partie vacante de l’emplacement, à droite de la maison, Rolland fait construire en 1856 un nouveau magasin-entrepôt où il emménage son commerce. Il fait vraisemblablement ajouter au même moment des vitrines au rez-de-chaussée de la maison existante, qu'il louera toutefois à d'autres en tout ou en partie. La maison perdrait sa vocation résidentielle au cours de ces années. Pendant vingt-quatre ans à compter de 1860, le bâtiment n'est occupé qu’à des fins commerciales par l’imprimeur Eusèbe Sénécal. Au début des années 1880, la famille Rolland délaisse la librairie au profit de la vente en gros du papier et des manuels scolaires. Comme l’espace disponible dans le magasin-entrepôt voisin ne suffit plus, l’entreprise utilise également l'ancienne maison. Dès 1880 environ, l'étage de comble coiffé d'un toit à deux versants est remplacé par deux nouveaux étages en pierre, avec un toit quasi-plat et un brisis de comble mansardé en façade. Avant 1880, une adjonction en brique de deux étages est aussi construite dans la cour. En 1913, la compagnie quitte la rue Saint-Vincent.

En 1914, l’immeuble est acheté par Henry Miles qui y installe de 1916 à 1929 le laboratoire de produits pharmaceutiques et alimentaires Leeming Miles Company Limited. Le bâtiment étant vacant en 1918 alors que l'autre est occupé, l’adjonction en brique à l’arrière est peut-être agrandie cette année-là pour couvrir une courette qui subsistait et trois étages seraient ajoutés à toute la partie arrière. Le bâtiment ainsi agrandi sert à des fins d’entreposage au cours des décennies 1930 à 1960, tantôt pour une librairie, tantôt pour un commerce de semences. Possiblement dans les années 1940, un nouveau toit plat coiffe tout le bâtiment, ce qui, en façade, entraîne une modification de la partie supérieure du brisis qui comporte ensuite une section verticale.

Au moment où progresse la revitalisation du quartier historique, le rez-de-chaussée est converti en restaurant au cours des années 1970. En 2015, une large partie de l'immeuble est toujours utilisé à cette fin, tandis qu'on trouve des logements aux étages supérieurs.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Samuel Gale (avocat, juge de la Cour du banc de la Reine)
    (propriétaire du 1818-03-09 au 1853-11-12)
  • Jean-Baptiste Rolland (libraire, éditeur)
    (propriétaire du 1855-12-01 au 1888-03-22)
  • Henry Miles
    (propriétaire du 1914-03-24 au 1932-06-06)
Autres occupants marquants
Locataires :
  • Eusèbe Sénécal (imprimeur)
    (locataire de 1860 à 1884)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 23 décembre 2015 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : vers 1855
    Transformation majeure de la façade.

    Modification de la devanture du rez-de-chaussée par l'ajout de grandes ouvertures pour des vitrines et d'un décor en pierre taillée d'esprit néoclassique.

    La date n'est qu'une hypothèse liée à la vente de la maison en 1855, mais d'un point de vue architectural, cette devanture pourrait aussi bien avoir été aménagée dans les années 1840.
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : après 1877, avant 1882
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Ajout d'un ou de plusieurs étages au bâtiment.

    L'étage de comble coiffé d'un toit à deux versants est remplacé par deux nouveaux étages en pierre, avec un toit quasi-plat et un brisis de comble mansardé en façade (une adjonction de deux étages est aussi ajoutée dans la cour, qui disparaîtra sous une adjonction ultérieure).


    Une vue de la ville réalisée vers 1870 permet de constater la présence du toit ancien. Une autre faite vers 1878 (entre 1877 et 1882 assurément) montre l'arrière des deux nouveaux étages en brique. On y voit un toit en tôle quasi plat. Des plans d'occupation Goad de 1909 et 1916 (1909 modifié) indiquent 4 1/2 étages, ce qui confirme la présence d'un brisis de comble mansardé en façade.
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : vers 1918
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Ajout d'un ou de plusieurs étages au bâtiment.

    L'adjonction en brique est agrandie dans la courette qui subsistait et trois étages sont ajoutés de sorte que l'édifice compte désormais cinq étages utiles sur tout le lot.

    Un plan Goad de 1918 indique que le bâtiment est vacant tandis que son voisin est occupé par le même propriétaire, ce qui permet de supposer que les travaux sont en cours. Il faut attendre un plan de 1940 pour en avoir une illustration.
     
  • Travaux 4
    Date des travaux : entre 1940 et 1950
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Ajout d'un ou de plusieurs étages au bâtiment.

    Remplacement d'un toit en mansarde ou d'un toit plat par un autre type de toiture.

    Nouveau toit plat sur tout le bâtiment ce qui transparaît en façade par l’ajout d'une petite section verticale au dessus du brisis de comble mansardé (qui devient purement décoratif).


    En 1950, un plan d'occupation du sol qui couvre le secteur indique simplement 5 étages alors qu’en 1940 encore, on écrivait 4 1/2.
     
haut de page
Lecture architecturale  
On faut lire la façade de façon chronologique plutôt que de bas en haut. Les deuxième et troisième niveaux sont en pierre taillée, mais les irrégularités et les encadrements bien distincts en trahissent la relative ancienneté dans le contexte montréalais de la première moitié du XIXe siècle. La devanture commerciale modifiée à la manière des années 1840- 1850, avec ses larges ouvertures ainsi que ses pilastres et son entablement d'esprit néoclassique, complètent ce qui a dû apparaître comme une maison-magasin alors que le bâtiment était sans doute encore coiffé d'un toit à deux versants. Le brisis de comble mansardé (dont la partie supérieure verticale trahit maintenant un toit plat) est plus tardif de même que l'étage supérieur en pierre à bossages rustiques qui témoigne d'une mode de la fin du XIXe siècle. On peut supposer également que ces bossages permettaient d'éviter un trop fort contraste par rapport aux irrégularités des autres niveaux. Avec ses cinq étages, le bâtiment considéré dans son entier prend finalement l'apparence d'un magasin-entrepôt, ce qu'il était bel et bien déjà devenu au moment de l'ajout d'étages.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-65-0862-01

Propriété :

0040-65-0862

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 23 décembre 2015