Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
La maison, qui faisait à l’origine partie d’une série de trois.
© Photographie de Normand Rajotte réalisée pour l'ouvrage L'histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine, 2004
 
Edgar Gariépy, Commerces de la rue Notre-Dame, 1911 (détail)
©Ville de Montréal, fonds Edgar Gariépy, G-825.
 
La maison en voie d'être rénovée en 1940.
Dossier du bâtiment au Bureau du patrimoine de la Ville de Montréal.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison Jean-Baptiste-Guillon-Duplessis

Autre appellation :
  • Maison La Sauvegarde
Adresse civique :
  • 160, rue Notre-Dame Est
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1811

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Nicolas Morin
    (maçon)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Jean-Baptiste Guillon Duplessis (marchand)
    (propriétaire du 1789-05-15 à 1826)
Typologie d'origine :
  • maison urbaine façon Nouvelle-France

Commentaire sur les travaux

Marché de maçonnerie, (notaire J.-M. Cadieux, 6 décembre 1810); marché de charpenterie avec Augustin Fournel, (notaire J.-M. Cadieux, 21 décembre 1810); marché de menuiserie avec Augustin Languedoc, (J.-M. Cadieux, 5 janvier 1811).

Détail des travaux

haut de page
 
La maison en cours de travaux vers 1940.
©Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centre d'archives de Montréal, fonds Conrad Poirier, P48-5575 (détail)
 
Élévation principale.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Détail du mur-pignon.
Photographie Gilles Lauzon
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

En 1811, Jean-Baptiste Guillon dit Duplessis fait construire cette maison par le maçon Nicolas Morin. Combinant magasin et résidence, la maison, qui faisait à l’origine partie d’une série de trois immeubles semblables, est conçue essentiellement pour assurer des revenus de location à la famille Guillon qui reste propriétaire jusqu’en 1852. Le premier locataire connu est l’épicier James Ferrier qui l’occupe au moins pendant cinq ans, entre 1824 et 1829. Des auteurs ont écrit que le libraire Édouard-Raymond Fabre avait occupé la maison pendant les années 1820 et 1830, mais ce dernier occupait plutôt l'ancien bâtiment contigu à l'est, sur le site de l'actuel 164, rue Notre-Dame Est.

Entre 1842 et 1861, la maison abrite le commerce de dry goods (tissus, mercerie et autres produits) de Jean-Louis Beaudry, qui sera élu maire de Montréal à plusieurs reprises à partir de 1862. Il orne ses contrevents de barres diagonales blanches et bleues, ce qui fait connaître son entreprise comme le « magasin aux contrevents barrés ». À partir de 1854, Beaudry partage l’immeuble avec l'horloger Joseph White qui s’y installe jusqu’en 1873.

En 1881, Mélina Desautels, épouse de Louis Dupuy, achète la maison qu'elle revend en 1912 à la compagnie d'assurance vie La Sauvegarde qui construit son siège social sur les lots voisins (voir fiche de l’édifice de la Sauvegarde). Entre-temps, de 1881 à 1940, des commerçants, des barbiers, aubergistes et restaurateurs, se succèdent dans la maison. Après des travaux réalisés par La Sauvegarde, le restaurant Au Coq d'Or suivi du Café Chantecler, très connus en leur temps, y sont établis de 1940 à 1963. Probablement dès 1940, une adjonction réalisée à partir d’une dépendance existante occupe toute la cour arrière de l’immeuble. En 1964, La Sauvegarde adhère au mouvement de revalorisation du Vieux-Montréal et s'engage dans un projet de restauration de la maison, réalisé en 1965. Converti en centre d'art, le bâtiment accueille de nombreuses expositions d'artistes québécois avant de fermer ses portes en 1975. L’immeuble est remis en état à la suite d’un incendie survenu en 1985. Différents commerces s’y succèdent ensuite.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Corporation épiscopale catholique romaine de Montréal
    (propriétaire du 1852-07-13 au 1881-10-17)
  • Mélina Desautels
    (propriétaire du 1881-10-17 au 1912-01-26)
  • La Sauvegarde (compagnie d'assurance vie)
    (propriétaire du 1912-01-26 au 1975-08-11)
Autres occupants marquants
Locataires :
  • Jean-Louis Beaudry
    (locataire de 1842 à 1861)
  • Joseph White (horloger)
    (locataire de 1854 à 1873)
  • Au Coq d'Or (restaurant)
    (locataire de 1940 à 1963)
  • Maison des Arts de La Sauvegarde (centre d'art et de culture)
    (locataire de 1965 à 1975)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 19 juillet 2010 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1965
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Restauration complète incluant des éléments reconstitués.

    Une cérémonie de lancement des travaux a lieu le 17 mai 1965.
     
haut de page
Lecture architecturale  
La maison présente les principales caractéristiques de la maison urbaine façon Nouvelle-France. L’implantation en bordure de la rue, la forme d’origine presque carrée et sans grande profondeur, le carré apparent en moellons de pierre grise de Montréal (calcaire), le toit à deux versants muni de lucarnes, les hauts murs coupe-feu à pignon découvert et les cheminées proéminentes de la maison en sont autant de caractéristiques. Le passage existant à droite de l’immeuble, dû à la disparition de l’ancienne maison mitoyenne, rappelle à sa façon qu’à l’origine une porte cochère était pratiquée dans la partie droite du bâtiment resté en place (mais condamnée avant 1912).

La façade, telle que restaurée en 1965, comprend au rez-de-chaussée trois fenêtres et une seule entrée, placée à droite, sans rapport avec la composition ancienne. Les quatre ouvertures de l’étage supérieur semblent quant à elle d’origine, y compris le léger décalage de celle de droite qui renvoie sans doute à une particularité d’ordre pratique. La facture des encadrements restaurés rappelle clairement la manière du XVIIIe siècle tandis que l’équarrissage des moellons trahit une application tardive. La faible avancée des encadrements par rapport au nu du mur suggère d’ailleurs que l’on veut laisser les moellons équarris à la vue alors que les corbeaux chantournés (dont l’un est d’origine et l’autre recréé ou ajouté lors de la restauration) sont bien mis en évidence.

L’entrée actuelle ne correspond pas à l’emplacement d’origine, tandis que les photographies anciennes montrent des vitrines sans doute ajoutées après la construction.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-56-3653-00

Propriété :

0040-56-3653

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 22 février 2016