Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
La façade de la place Royale, à l'angle de la rue Saint-Paul Ouest.
©Denis Tremblay, 2014
 
L'immeuble photographiée en 1947 par Armour Landry.
©Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centre d'archives de Montréal. Fonds Armour Landry P97-15728. Catalogue d'iconographies anciennes dans le Vieux-Montréal MAC/Ville
 
La façade de la rue Saint-Paul Ouest.
©Denis Tremblay, 2014
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison-magasin Denis-Benjamin-Viger

Adresses civiques :
  • 359, place Royale
  • 134, rue Saint-Paul Ouest
    (façade latérale)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1841

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Augustin Laberge
    (menuisier et entrepreneur)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Denis-Benjamin Viger (avocat et politicien)
    (propriétaire du 1814-06-14 au 1861-02-13)
Typologie d'origine :
  • maison-magasin

Commentaire sur les travaux

Quittance par Augustin Laberge à Denis-Benjamin Viger «  pour le prix de la bâtisse qu'il aurait fait pour ledit Honble. D.B. Viger sur un terrain à lui appartenant, situé en cette dite ville et faisant l'encoignure de la place de la Douane » (19 novembre 1841, notaire J. Belle).

haut de page
 
Arrière du bâtiment.
©Denis Tremblay, 2014
 
Élévation, rue Saint-Paul Ouest.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Élévation, place Royale.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

Acquise par Denis Viger vers 1780, cette propriété est demeurée entre les mains de ses descendants pendant presque deux siècles en générant des revenus de location. À la suite du partage de la succession de Viger en 1814, son fils Denis-Benjamin devient propriétaire de deux maisons en pierre à deux étages alors érigées sur le terrain. En 1841, il engage Augustin Laberge, maître menuisier et entrepreneur, pour la construction d'une bâtisse en pierre taillée de trois étages qui occupera entièrement le lot. En décembre 1841, l'immeuble est à peine terminé – des travaux de plâtrage au rez-de-chaussée doivent être complétés –, mais un magasin est déjà loué, jusqu'en mai 1844, au marchand importateur Joseph MacKay; on sait par un annuaire de l'année suivante que son commerce de dry goods (des tissus et possiblement de la mercerie et d'autres produits) est bien à cette adresse alors qu'il habite ailleurs; mais il pourrait y avoir d'autres occupants. En 1848, il y a trois occupants selon le rôle d'évaluation avec une faible portion apparemment habitée dans chaque cas (20% en tout). En 1851, il y a deux marchands et personne n'habite sur les lieux. En somme, cette maison-magasin aurait été partiellement habitée au cours des années 1840.

À sa mort en 1861, Viger lègue la propriété à son cousin, Côme-Séraphin Cherrier, qui la transmet à ses filles par la suite. Jusqu'au début du XXe siècle, le bâtiment est occupé par divers locataires parmi lesquels on peut signaler des merciers, un marchand de cuir, un manufacturier de bottes et de chaussures, des épiciers, une cigarière et des fournisseurs pour les chemins de fer. À partir de 1900, le commerce de William H. Dunn Limitée s'y établit et y demeure pendant plus de 60 ans. Cette entreprise vend de la nourriture spécialisée comme le lait condensé Borden et la gélatine Knox. Locataire pendant des décennies, Dunn achète finalement la propriété des descendants de Cherrier en 1956, mais il la revend neuf ans plus tard.

En 1965, des bureaux sont aménagés alors qu'une maison de production de cinéma s'y installe, suivie par d'autres entreprises similaires jusqu'au début des années 1980; plusieurs transactions ont lieu impliquant des compagnies de cinéma. Des investisseurs immobiliers achètent en 1983 et ils louent les bureaux à d'autres. Au début du XXIe siècle, on y trouve un commerce au rez-de-chaussée et des bureaux aux étages. Des vitrines et fenêtres à carreaux mises en place vers 2015 rappellent celles du XIXe siècle.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Côme-Séraphin Cherrier (avocat et politicien)
    (propriétaire du 1861-02-13 au 1885-04-10)
  • succession Côme-Séraphin Cherrier
    (propriétaire du 1885-04-10 au 1956-06-20)
  • Dunn Sales Limited (commerce de la nourriture spécialisée)
    (propriétaire du 1956-06-20 au 1965-03-05)
Autres occupants marquants
Locataires :
  • William H. Dunn (commerce d'importation de la nourriture spécialisée)
    (locataire de 1896 au 1956-06-20)
haut de page
 
Gros-oeuvre en moellons et parement de pierre taillée.
©Denis Tremblay, 2014
 
Détail de la façade.
©Denis Tremblay, 2014
 
L'immeuble photographié en 2006.
©Denis Tremblay, 2006
 
Lecture architecturale  
Cet immeuble apparaît d'emblée comme une des maisons-magasins typiques de son temps, incluant son coin arrondi très en vogue au cours des années 1840-1845. Elle fait partie des maisons construites à l'angle de deux rues et ne disposant pas de cour – il reste possible qu'il y ait eu un accès par l'arrière au cours des toutes premières années, disparu ensuite. Le bâtiment présente surtout les composantes architecturales essentielles des maisons-magasins de cette époque que sont les vitrines au rez-de-chaussée, le parement de pierre taillée très uniforme, et le toit en pente percé de lucarnes. Les vitrines et fenêtres à carreaux mis en place vers 2015 contribuent à cette apparence. Sans pilastres ni entablement, le bâtiment semble par ailleurs s'être démarqué par l'absence complète de tout élément classique évident. La régularité des ouvertures, le bandeau au-dessus du rez-de-chaussée et les fenêtres plus petites à l'étage supérieur sont néanmoins d'esprit classique. Les entrées ont été modifiées à maintes reprises au cours du temps, de sorte que celles en place dans les années 2010 ne peuvent être associées aux accès d'origine.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-41-9798-00

Propriété :

0040-41-9798

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 20 février 2015