Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
L'édifice vu de la rue Notre-Dame Ouest; à gauche, l'édifice Waddell.
© Photographie de Normand Rajotte réalisée pour l'ouvrage L'histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine, 2004
 
L'angle des rues Notre-Dame Ouest et Saint-Alexis.
©Denis Tremblay, 2010
 
Élévation principale, rue Notre-Dame.
©Ville de Montréal, vers 1995.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Édifice de la Sun Life

Autre appellation :
  • Vieux Sun Life
Adresses civiques :
  • 266, rue Notre-Dame Ouest
  • 479, rue Saint-Alexis
    (façade latérale)
  • rue de l' Hôpital
    (façade secondairesans numéro civique)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Édifices Sun Life
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1890-1891

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Robert Findlay
    (architecte)
  • Henri Beaumont
    (sculpteur)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Sun Life Assurance Company (compagnie d'assurance-vie)
    (propriétaire du 1889-07-23 au 1946-04-11)

Commentaire sur les travaux

L'année de l'inauguration 1891 est inscrite sur le fronton du cinquième étage sur un dessin de 1903.

haut de page
 
L'ancienne maison-magasin.
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal, II-78371. Collaboration spéciale dans le cadre d'une entente de partenariat. Photo : William Notman.
 
Dessin paru vers 1903.
©Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Chambers, The Book of Montreal, 1903.
 
L'élévation arrière (rue de l'Hôpital) vue de la rue Saint-Jean.
©Denis Tremblay, 2014
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

L'édifice Sun Life est construit en 1890-1891. La compagnie d'assurance-vie montréalaise achète d'abord un lot des héritiers d'Alfred Larocque durant l'été 1889. On trouve alors sur le terrain une maison-magasin et des dépendances qui sont démolies pour le projet. La compagnie lance ensuite, à l'automne 1889, un concours d'architecture que remporte l'architecte Robert Findlay. Les travaux débutent vers le printemps 1890 et se terminent au début de 1891. Les nombreuses sculptures qui ornent les façades sont l'oeuvre de l'artiste Henry Beaumont.

Deux étages du nouveau bâtiment sont réservés à la Sun Life, tandis que la Union Bank s'installe au rez-de-chaussée. Les autres étages sont notamment occupés, à partir de 1895, par l'importante firme comptable Philip. S. Ross and Sons. L'architecte de l'édifice Robert Findlay y a aussi son bureau pendant quelques années.

À la fin du XIXe siècle, la Sun Life consolide sa présence dans le secteur en achetant deux bâtiments voisins, dont l'édifice Waddell. Les plans de la compagnie changent toutefois rapidement : dès la fin des années 1910, elle déménage son siège social dans le nouveau centre-ville. Néanmoins, la Sun Life continue d'occuper des locaux dans l'édifice jusque dans les années 1930. Elle vend finalement la propriété en 1946. En 1978, un incendie ravage l'immeuble de bureaux, détruisant en large partie l'architecture intérieure. Un groupe de promoteurs acquiert l'édifice en 1981 et entreprend la restauration des façades et des intérieurs du rez-de-chaussée ainsi que la transformation en immeuble de bureaux en copropriété . Ces travaux sont complétés en 1982.

Autres occupants marquants
Locataires :
  • P. S. Ross and Sons (firme comptable)
    (locataire de 1895 à 1928)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 10 juin 2014 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1981
    Fin des travaux : 1982
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Restauration de la façade et transformation de l'édifice en copropriété de bureaux. Une subvention a été versée pour les travaux de restauration.



    Concepteur de la transformation :
    Papineau et O'Keefe (firme d'architectes)
     
haut de page
 
Le portail monumental.
©Denis Tremblay, 2014
 
La fenêtre principale très ornée.
©Denis Tremblay, 2014
 
Ornements.
©Denis Tremblay, 2014
 
Lecture architecturale  
L’édifice Sun Life occupe la moitié ouest d’un petit îlot et possède trois façades sur rues. La principale façade, rue Notre-Dame Ouest, est plus étroite que la façade latérale, de sorte que le plan forme un rectangle allongé, légèrement irrégulier. L’édifice de cinq étages (incluant le rez-de-chaussée) est coiffé d'un toit plat et dominé par une tourelle à horloge. Il se distingue également par le parement en calcaire beige importé d’Angleterre qui recouvre les façades des rues Notre-Dame et Saint-Alexis, complété par du granit rouge des Mille-Îles au niveau du soubassement ainsi qu'en certains endroits de la façade principale. L'élévation arrière de la rue de l’Hôpital est traitée comme une façade secondaire avec un parement en brique et en grès.

L’édifice présente une composition asymétrique complexe. La travée du portail d’entrée forme un avant-corps doté d'un oriel, au sommet duquel se trouve une baie cintrée surmontée d’un couronnement élaboré. La travée à sa droite, en retrait par rapport à la précédente, a pour sommet une loggia à fronton. Deux oriels dominent sur trois niveaux les travées d’angle qui se prolongent en forme de tourelle à horloge. Trois travées de la façade latérale sont identiques mais la première est séparée des autres par un oriel à trois pans. Malgré cette composition libre et asymétrique, pour l’essentiel les détails sont surtout classiques et inspirés de la Renaissance, à commencer par les chapiteaux de la famille corinthienne et la cariatide entre les baies jumelées de la fenêtre principale. Les oriels et les culs-de-lampe qui les supportent peuvent être associés à des traditions médiévales, mais les ornements qui les accompagnent, tels les feuilles d’acanthe, sont bien classiques. Les masques feuillagés et barbus rappellent quant à eux le Moyen Âge autant que la Renaissance. Bref, la liberté de composition déjouant les règles classiques combinée à un vocabulaire architectural à dominante néo-Renaissance reflète l’éclectisme alors en vogue. Voisin de l’édifice Waddell, qui occupe la seconde moitié de l’îlot, il forme avec ce dernier un ensemble architectural remarquable. La façade arrière en brique comporte des bandeaux en calcaire qui s’harmonisent avec le reste de l’édifice ainsi qu’avec l'élévation arrière de l’édifice Waddell.

L’édifice présente certaines caractéristiques que l'on pourrait associer au faste des maisons bourgeoises de l’époque, mais son emplacement, son implantation et sa hauteur traduisent son rôle de siège social et sa fonction d’immeuble de bureaux. Les trois façades sur rue, abondamment fenêtrées, permettent un bon éclairage des bureaux. L’entrée principale très élaborée est commune à tous les locataires tout en arborant le nom de la compagnie propriétaire, gravé dans le granit poli.

Architecture intérieure

De dimensions modestes, le vestibule et le hall d’entrée présentent néanmoins un riche éventail de matériaux et d'ornements : marbres polychromes et moulures en plâtre de facture classique, comme en témoignent les chambranles, les consoles, les impostes rectangulaires ou cintrées, les clés d'arc et les moulures abondamment ornées. Le hall donne directement accès au local commercial, autrefois occupé par la succursale de la Union Bank, où l'on trouve encore des boiseries, des moulures et une colonne corinthienne, restaurés dans un décor modernisé. Par le hall, on accède à un escalier en fonte dont les marches sont en marbre ainsi qu'à un ascenseur électrique (une innovation récente à l'origine) qui donnent accès aux étages. Des calorifères anciens sont également conservés.
haut de page
 
Détail du vestibule.
©Denis Tremblay, 2014
 
Le hall d'entrée.
©Denis Tremblay, 2014
 
L'escalier.
©Denis Tremblay, 2014
 
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-20-3794-02

Propriété :

0040-20-3794

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 2 décembre 2014