Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
L'édifice vu de l'angle des rues Saint-Jacques et Saint-François-Xavier.
©Denis Tremblay, 2014
 
La façade vue de l'entrée actuelle.
©Denis Tremblay, 2014
 
Édifice Dominion Express. Photographie par Wm. Notman & Son, 1912.
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal, VIEW-12552.1. Collaboration spéciale dans le cadre d'une entente de partenariat.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Édifice Dominion Express

Autres appellations :
  • Édifice Canadian Pacific Express
  • Édifice de la Banque Provinciale du Canada
Adresses civiques :
  • 201-215, rue Saint-Jacques
  • 706-712, rue Saint-François-Xavier
    (façade latérale)
  • ruelle des Fortifications
    (façade secondairesans numéro civique)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1910-1912

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Edward Maxwell
    (architecte)
  • William Sutherland Maxwell
    (architecte)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Dominion Express Company
    (propriétaire de 1910 à 1948)
Typologie d'origine :
  • gratte-ciel
haut de page
 
Le décor au-dessus de l'entrée.
©Denis Tremblay, 2014
 
L'un des deux groupes sculptés marquant les extrémités de la façade.
©Denis Tremblay, 2006
 
Détail de l'ancien dernier étage.
©Denis Tremblay, 2006
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

En 1907, le prestigieux St. Lawrence Hall, un hôtel situé à l’angle des rues Saint-François-Xavier et Saint-Jacques, est vendu à la Compagnie du chemin de fer Canadien Pacifique. Trois ans plus tard, le Canadien Pacifique revend l’hôtel à une de ses filiales spécialisée dans l’expédition de colis : la Dominion Express. Cette dernière fait construire un nouvel immeuble de bureaux sur cet emplacement de choix. Les travaux de démolition du St. Lawrence Hall débutent en juillet 1910 et la construction du nouvel immeuble suit immédiatement. L’exécution du projet est confiée aux frères Edward et William Sutherland Maxwell. En 1912, l’édifice accueille ses nouveaux occupants.

La Dominion Express et des bureaux du Canadien Pacifique occupent le rez-de-chaussée et l’étage en sous-sol dans la pente de la rue Saint-François-Xavier. Conçu aussi pour assurer des revenus à la Dominion Express, l’immeuble accueille de nombreux locataires dont la St-Lawrence Sugar Refineries Ltd qui sera présente durant près de 50 ans et, au dernier étage, le Montreal Club, un prestigieux club privé qui accueille avocats et gens d’affaires montréalais.

La Dominion Express, devenue la Canadian Pacific Express, demeure propriétaire jusqu’en 1948, alors qu’elle cède ses titres de propriété au Canadien Pacifique. À la fin des années 1950, la Banque Provinciale du Canada devient propriétaire et l’occupant principal jusque dans les années 1980. En 1992, des travaux de rénovation sont entrepris et deux étages sont ajoutés. À la fin des années 1990, l’édifice fait l’objet d’autres travaux de restauration.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Canadian Pacific Railway Co.
    (propriétaire de 1948 à 1958)
  • Immeubles Pro-Can ltée
    (propriétaire de 1958 à 1981)
Autres occupants marquants
Locataires :
  • Banque Provinciale du Canada (institution bancaire)
    (locataire de 1958 à 1979)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 15 avril 2003 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1992
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Ajout d'un ou de plusieurs étages au bâtiment.

    Ajout de deux étages.
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : vers 1997
    Travaux de restauration pour lesquels une subvention a été versée.
     
haut de page
 
Ouvertures et ornementation de la partie supérieure.
©Denis Tremblay, 2006
 
L'ancien hall donnant accès aux ascenseurs. Photographie par Wm. Notman & Son, 1912.
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal. VIEW-12364. Collaboration spéciale dans le cadre d'une entente de partenariat.
 
La salle des comptoirs de service. Photographie par Wm. Notman & Son, 1912.
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal. VIEW-12360. Collaboration spéciale dans le cadre d'une entente de partenariat.
 
Lecture architecturale  
L’édifice Dominion Express est un élégant gratte-ciel montréalais du début du XXe siècle. Situé sur un lot d’angle, près de la place d’Armes, l’édifice de 12 étages à toit plat présente deux façades sur rues, celle de la rue Saint-Jacques étant la principale. De plan presque carré et occupant la totalité du lot, il est recouvert de granit gris clair et de terre cuite vernissée blanche. Depuis 2007, un nouvel édifice sur la rue Saint-François-Xavier borde une partie de sa façade arrière.

L’édifice présente en façade une composition symétrique doublement tripartite. Verticalement, la partie inférieure en granit, la partie médiane répétitive et la partie supérieure très élaborée – avec son long balconnet, ses grandes fenêtres segmentaires et sa corniche – sont typiques du gratte-ciel nord-américain de l’époque de la construction. Horizontalement, les cinq travées de baies jumelées forment une partie centrale entre les travées latérales à triplets et à bossages des extrémités. Dans cette composition académique d’esprit beaux-arts, les étroits piliers expriment un élan vertical et laissent deviner l’ossature d’acier qui porte le bâtiment. Les nombreux cartouches ainsi que les festons, guirlandes et autres ornements d’inspiration purement classique se marient à la nouveauté et à l’apparente légèreté de la terre cuite vernissée. En ce qui concerne le choix de ce matériau et l’expression de verticalité, l’édifice doit beaucoup à l’architecte américain Louis Sullivan et à l’école de Chicago qui prônaient également la division verticale en trois parties.  Il s’agit en somme d’un gratte-ciel nord-américain tripartite exprimant dans son traitement et son décor les influences de Paris et de Chicago.

L’organisation fonctionnelle de l’édifice s’exprime avec clarté sur les façades. Les grandes vitrines du rez-de-chaussée évoquent le contact direct entre l’entreprise et sa clientèle. La répétition à l’identique des étages de la partie médiane rappelle une fonction unique (bureaux), tandis que le dernier étage d’origine (sous la corniche), avec son balconnet et ses hautes baies abondamment ornées, illustre le prestige des occupants d’origine (Montréal Club). Une partie de ces locaux bénéficie toujours de l’éclairage provenant des fenêtres de l’élévation arrière. Par ailleurs, la lecture des accès d’origine en façade s’avère difficile puisque l’ancienne entrée principale, de même que les trois autres entrées secondaires du bâtiment, ont été relocalisées.

Éléments décoratifs significatifs

L’ornementation très élaborée de l’édifice comprend encore aujourd’hui des éléments associés à l’entreprise qui l’a fait construire. Quatre cartouches abondamment ornés portent le monogramme DECo de la « Dominion Express Company ». Aux extrémités, le traitement en granit se prolonge au troisième niveau sous la forme de deux groupes identiques sculptés en ronde-bosse composés de figures féminines allégoriques portant des attributs symbolisant le commerce et le transport (caducée et casque d’Hermès) ainsi que  l’agriculture (faucille). Au centre de chaque groupe, un écusson de bronze porte les emblèmes des provinces canadiennes de l’époque.
haut de page
 
 
Guichets des « money orders » de la Canadian Express. Photographie par Wm. Notman & Son, 1912.
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal. VIEW-12362. Collaboration spéciale dans le cadre d'une entente de partenariat.
 
Un corridor. Photographie par Wm. Notman & Son, 1912.
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal. VIEW-12369. Collaboration spéciale dans le cadre d'une entente de partenariat.
 
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1995-04-26) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-12-8750-00

Propriété :

0040-12-8750

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 27 janvier 2015