Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Façade-vestige de l’ancien siège social de la Banque Royale.
©Denis Tremblay, 2008
 
L'ancien siège social de la Banque Royale en 1920 (photographie : William Notman & Son)
©Musée McCord d’histoire canadienne, Archives photographiques Notman, VIEW-19422. Collaboration spéciale dans le cadre d’un partenariat.
 
Le portail en 2008.
Photographie Gilles Lauzon, 2008
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Ancien siège social de la Banque Royale

Autres appellations :
  • Édifice de la Banque Provinciale du Canada
  • Édifice de la Banque Royale
Adresses civiques :
  • 221, rue Saint-Jacques
  • ruelle des Fortifications
    (façade secondairesans numéro civique)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1907-1908

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Howard Colton Stone
    (architecte)
  • Henry Augustus Lukeman
    (sculpteur)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Banque Royale du Canada (institution bancaire)
    (propriétaire du 1903-04-04 au 1913-03-01)
haut de page
 
Console de la corniche du portail.
Photographie Gilles Lauzon, 2008
 
Chapiteau ionique et entablement d'ordre ionique.
Photographie Gilles Lauzon, 2008
 
Détails de l’Erechteion d’Athènes.
The Antiquities of Athens, Vol. II, Chap. II, Pl. VIII
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

Cet édifice est construit en 1907-1908 pour héberger le siège social de la Banque Royale. Il est conçu selon les plans de l’architecte d’origine américaine Howard Colton Stone. Le sculpteur américain Henry Augustus Lukeman réalise quant à lui les quatre immenses statues qui ornent le bâtiment.

La Banque Royale quitte l’édifice en 1928 pour s’installer un peu plus à l’ouest, dans son nouveau siège social de 22 étages. L’immeuble est alors vendu à la Banque Provinciale du Canada. Cette dernière y installe son siège social qu’elle agrandit en 1958 en achetant l’édifice voisin. Elle y loge jusqu’à sa fusion avec la Banque Canadienne Nationale en 1979, l’immeuble devenant ensuite pour quelques temps une succursale de la Banque nationale du Canada issue de cette fusion.

Deux projets de recyclage de l’édifice sont proposés dans les années 1980. La communauté urbaine de Montréal projette d’abord d’y établir le quartier général de la police, mais on abandonne cette idée. On tente ensuite de le convertir en hôtel : le bâtiment est alors détruit hormis la façade désormais adossée à une nouvelle structure de béton armé. Le projet est toutefois abandonné en cours de travaux. Dans les années 1990, on entreprend de sauvegarder les quatre statues de l’édifice. En 1999, le ministère de la Culture et des Communications leur octroie le statut d’oeuvres d'art reconnues. Elles sont peu après mises en valeur dans le hall de l’édifice de Bibliothèque et Archives nationales du Québec à Montréal, rue Viger. En 2008, on espèrait toujours l’annonce d’un nouveau projet permettant la restauration et la mise en valeur de ce vestige.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Globe Realty Corporation Limited
    (propriétaire du 1913-03-01 au 1928-04-30)
  • Banque Provinciale du Canada (institution bancaire)
    (propriétaire du 1928-04-30 au 1959-11-04)
  • Immeubles Pro-Can ltée
    (propriétaire du 1959-04-11 à 1981)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 18 avril 2005 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1988
    Démolition totale ou partielle du bâtiment.

    Travaux réalisés sur un vestige intégré au bâtiment.

    Dans le cadre d'un projet de transformation de l'édifice en établissement hôtelier, le bâtiment est détruit, à l’exception de la façade.
     
haut de page
Lecture architecturale  
Le vestige de l’ancienne banque est situé rue Saint-Jacques dans ce qui était le principal centre d’affaires canadien, à proximité de la Banque de Montréal et de la place d’Armes. Une étroite marge de reculement sépare la rue du corps de bâtiment, l’espace laissé libre étant occupé par une colonnade. À l’origine, l’édifice rectangulaire, relativement étroit, occupait le lot jusqu’à la ruelle des Fortifications. Il n’en subsiste que la façade qui, presque toute en marbre blanc, constitue un cas unique dans le Vieux-Montréal.

Le portique ionique à quatre colonnes colossales domine la composition et rappelle un temple de l’Antiquité grecque. La verticalité des colonnes se prolongeait auparavant dans les quatre statues que rappellent encore les pilastres de l’étage au-dessus de l’entablement. Toute la façade, parfaitement symétrique, est classique. Par exemple, les trois travées centrales correspondent aux entrecolonnements du portique et se prolongent aux étages supérieurs, les étroites travées latérales ne faisant que souligner cette division tripartite. L’architecture d’esprit néoclassique de l’édifice trouve sa source d’inspiration directement dans la Grèce antique, plus précisément dans l’Erechtéion de l’Acropole d’Athènes. Outre les célèbres cariatides qu’évoquaient les anciennes statues de la banque, ce temple ancien comprend un portique ionique à quatre colonnes dont on a pu s’inspirer. Par surcroît, tous les ornements des premiers niveaux sont parfaitement identiques à ceux de l’Erechtéion. À Montréal, en 1907-1908, un tel bâtiment s’inscrit dans un mouvement de renouveau classique proprement nord-américain qui puise à sa manière dans les méthodes et les ressources documentaires de l’École des beaux-arts de Paris.

En Amérique du Nord, au tout début du XXe siècle, le classicisme inspiré de l’Antiquité paraît particulièrement approprié pour les banques d’importance. La monumentalité de la Banque Royale, sa façade en marbre et ses grandes statues allégoriques (maintenant retirées) annoncent d’emblée un important siège social. La grande porte monumentale au centre de la façade, derrière l’imposante colonnade, présente un caractère semi-public intimidant, typique de tels sièges bancaires. Par ailleurs, les hautes verrières annonçaient une grande salle de guichets, tandis que les fenêtres des étages supérieurs indiquaient la présence des bureaux du siège social. Enfin, l’inscription « Royal Bank of Canada » sur l’entablement confirmait l’identité de l’institution.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1995-04-26) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-12-7525-01

Propriété :

0040-12-7525

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 25 mai 2009