Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
La façade de l'édifice Metropolitan, rue Saint-Jacques.
©Denis Tremblay, 2006
 
Détail de la façade.
©Denis Tremblay, 2006
 
On voit une portion de la Metropolitan Bank sur cette photo de la Canadian Bank of Commerce prise vers 1910.
Bibliothèque nationale du Québec, Collection Massicotte. 6-124-c.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Immeuble Metropolitan

Autres appellations :
  • Édifice Metropolitan Bank
  • Édifice Waterman
Adresses civiques :
  • 261, rue Saint-Jacques
  • ruelle des Fortifications
    (façade secondairesans numéro civique)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1903-1904

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Finley and Spence
    (firme d'architectes)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Metropolitan Bank

  • Guardian Assurance Company (compagnie d'assurance)
    (propriétaire du 1894-10-19 au 1917-04-16)

Commentaire sur les travaux

Les divers sources donnent 1904 comme date de construction, mais les travaux débutent bel et bien durant l'été 1903 et se terminent un an plus tard (sources : rôles d'évaluation de la Ville de Montréal et une étiquette de révision de l'atlas Goad qui date de 1903). En outre, l'entente établie entre le propriétaire, la Guardian Assurance Company, et le constructeur, la Metropolitan Bank, précise que l'immeuble doit être terminé le premier mai 1904 (notaire R. A. Dunton, 11 juillet 1903).

haut de page
 
L'arrière du bâtiment vu de la ruelle des Fortifications.
©Denis Tremblay, 2014
 

photographie Denis Tremblay, 1998
 
L'Édifice de la Guardian Assurance qui occupait le site avant l'immeuble actuel. Photographie : Wm. Notman & Son, 1892.
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal, II-99057. Collaboration spéciale dans le cadre d'une entente de partenariat.
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

En janvier 1902, l'immeuble de la Guardian Fire and Life Assurance Company, construit en 1874-1875 par la Citizens Insurance Company of Canada, est complètement détruit par un incendie. La compagnie décide cependant de construire son nouveau siège social canadien sur un autre terrain de la rue Saint-Jacques et elle retient une solution quelque peu inusitée pour l'utilisation de son terrain vacant. En 1903, elle accorde en effet un bail de 20 ans à la Metropolitan Bank à la condition que cette dernière y fasse rapidement construire un immeuble de bureaux. Les travaux pour ce bâtiment de sept étages débutent au printemps 1903 et se terminent durant l'été 1904 sous la direction de l'agence Finley and Spence.  

La Metropolitan Bank n'occupe pas l'immeuble, mais il est vraisemblable de croire qu'elle voit dans cet arrangement une opportunité d'augmenter ses revenus, tout comme la Guardian Assurance Company d'ailleurs. Parmi les locataires d'origine, on retrouve entre autres des compagnies d'assurances et une succursale de la Eastern Townships Bank au rez-de-chaussée.

En 1917, le fabricant de plumes fontaines L. E. Waterman Company Ltd. acquiert la propriété, fait faire certains travaux et occupe une partie du bâtiment jusqu'en 1949, alors qu’elle vend l’immeuble. Un an plus tard, les nouveaux propriétaires entament des travaux sur la façade : les colonnes avec les chapiteaux ioniques du rez-de-chaussée disparaissent probablement à ce moment.  Plusieurs propriétaires se succèdent par la suite, mais l'immeuble conserve toujours la même vocation. Au début des années 2000, des modifications sont de nouveaux apportées aux ouvertures des premiers niveaux et à l'aménagement du local donnant sur la rue.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • L. E. Waterman Company Limited
    (propriétaire du 1917-04-16 au 1949-10-26)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 18 juillet 2014 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1950
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Ajout d'un ou de plusieurs étages au bâtiment.

    Modification de la façade au rez-de-chaussée : les colonnes avec les chapiteaux ioniques disparaissent probablement à ce moment. C'est vraisemblablement aussi à cette date qu'on ajoute un étage à la partie arrière de l'immeuble. Jusqu'alors, cette partie n'en comptait que deux.

    Des travaux réalisés en 1917 (sans doute surtout à l'intérieur), avaient été confiés à l'architecte David Jerome Spence, d'où peut-être le choix de travailler avec Spence et Mathias en 1950.



    Concepteur de la transformation :
    Spence et Mathias (firme d'architecte)
     
haut de page
Lecture architecturale  
L’édifice Metropolitan présente quelques caractéristiques du gratte-ciel montréalais du début du XXe siècle, notamment son toit plat et sa composition tripartite. Construit sur un lot étroit sur la principale artère du centre d’affaires de Montréal, la rue Saint-Jacques, l'édifice de plan rectangulaire présente toutefois une densité d’occupation inférieure aux possibilités qu'offre la réglementation. Il a en effet sept étages alors que la réglementation montréalaise permet de construire des bâtiments pouvant atteindre 130 pieds (40 mètres) et un maximum de dix étages. Sa partie arrière, qui couvre environ 25 % du lot, n'en comptant que deux. Bien que la plupart des nouveaux édifices de la rue Saint-Jacques, même ceux de taille moyenne, possèdent une structure d’acier, la structure de l’édifice Metropolitan se composerait plutôt de murs porteurs en maçonnerie et de béton armé.

L’édifice présente en façade une composition tripartite typique des immeubles en hauteur nord-américain du début du XXe siècle. L’étroitesse relative de la façade ainsi que la nette lisibilité de ses trois travées, de la base au sommet, créent un certain effet de hauteur qui correspond bien à l’analogie avec une colonne classique (base, fût et chapiteau), une approche académique développée aux États-Unis, d’esprit beaux-arts. Le décor d’origine qui subsiste au deuxième niveau et au sommet est emprunté à la tradition classique, plus précisément à la Renaissance italienne tardive et au monde baroque, avec des bossages un-sur-deux, des clefs et claveaux en bossage dans les plates-bandes au-dessus des fenêtres ainsi que des consoles à feston. Une frise ornée de postes (en forme de vagues) rappelle par ailleurs discrètement la Grèce antique qu’évoquait au rez-de-chaussée une colonnade ionique typique (disparue). L’édifice apparaît désormais comme un immeuble en hauteur tripartite au décor classique élaboré à certains étages, mais modernisé et assagi.

Les hautes fenêtres du haut rez-de-chaussée, bien qu’elles soient sensiblement différentes de celles d’origine, rappellent qu'une banque occupait autrefois ces locaux. L’entrée actuelle mène au hall des ascenseurs, mais on ne sait si elle permettait l’accès à la succursale bancaire. Pour les étages médians la répétition d'un décor sobre évoque un usage similaire des locaux (bureaux). L’ornementation plus élaborée du dernier étage n’est par ailleurs qu’un décor puisque les locaux présentent des caractéristiques similaires. Ces derniers bénéficient d'un éclairage supplémentaire par les baies percées dans l'élévation arrière. Une bonne partie de cette élévation profite d'un dégagement par rapport à la ruelle des Fortifications, car elle surplombe la partie arrière de l'édifice qui ne compte que deux étages.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1995-04-26) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-11-3857-00

Propriété :

0040-11-3857

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 novembre 2013