Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
L'édifice vu du sud-ouest, rue Saint-Jacques.
©Denis Tremblay, 2006
 
Dessin de l'édifice dans un quotidien montréalais en juin 1905.
©Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Albums de rues Édouard-Zotique Massicotte. 6-154-b.
 
L’édifice Commercial Union vers 1915.
©Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Albums de rues Édouard-Zotique Massicotte. 7-4-c.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Édifice de la Sovereign Bank

Autre appellation :
  • Édifice Commercial Union
Adresse civique :
  • 388-390, rue Saint-Jacques
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1904-1905

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Howard Colton Stone
    (architecte)
Nom du propriétaire constructeur :
  • The Sovereign Bank of Canada
    (propriétaire du 1904-04-28 au 1908-12-16)
Typologie d'origine :
  • gratte-ciel
haut de page
 
Les premiers étages de l'édifice.
©Denis Tremblay, 2006
 
Dessus de porte très élaboré.
©Denis Tremblay, 2014
 
Le couronnement.
©Denis Tremblay, 2006
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

Ce gratte-ciel est construit en 1904-1905 par la Sovereign Bank. Oeuvre de l’architecte américain Howard Colton Stone, il atteint dix étages et dépasse de quelques pieds le maximum alors autorisé (130 pieds). Il remplace un magasin-entrepôt de trois étages qui a longtemps appartenu au notaire Étienne Guy et à ses héritiers. À l’origine, une seule entrée desservait l’ensemble de l’immeuble.

La Sovereign Bank occupe les deux premiers étages de l’immeuble de bureaux dès le printemps 1905. Aux étages supérieurs, on retrouve principalement des bureaux d’entreprises, mais on note aussi la présence de bureaux d’avocats, de notaires, de courtiers et d’un consulat. En 1908, la Sovereign Bank se départit de son immeuble suite à sa dissolution : l’entreprise britannique Commercial Union Assurance Company Limited s’en porte alors acquéreur. Cette dernière aménage ses bureaux au deuxième étage à partir de 1909, tandis qu’une succursale de la Union Bank s’installe au rez-de-chaussée. La compagnie d’assurances britannique vend l’édifice en 1969 après y avoir logé pendant 60 ans. Par la suite, l’immeuble conserve la même fonction du secteur tertiaire. Une seconde entrée, percée à une date indéterminée, donne accès à un local commercial.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Commercial Union Assurance Company Limited (compagnie d'assurances)
    (propriétaire du 1908-12-16 au 1969-04-01)
Autres occupants marquants
Locataires :
  • Union Bank (succursale bancaire)
    (locataire de 1909 à environ 1925)
haut de page
 
Le vestibule et le hall d'ascenseur.
©Denis Tremblay, 2014
 
La cage d'escalier de service.
©Denis Tremblay, 2014
 
L'escalier de secours et le mur arrière abondamment fenêtré.
©Denis Tremblay, 2014
 
Lecture architecturale  
Localisé au centre d’un îlot sur la prestigieuse rue Saint-Jacques, l’édifice Sovereign Bank présente une seule façade sur rue. L’édifice construit selon un plan en U occupe la quasi totalité du lot. L’intérieur du U, au milieu de l’élévation latérale de droite, est visible de la rue Saint-Jacques aux étages supérieurs en raison de la plus faible hauteur de l’immeuble voisin. L’édifice de dix étages coiffé d’un toit plat est recouvert de granit gris aux étages inférieurs, de grès chamois bleuté aux étages supérieurs selon toute vraisemblance et de brique pour les élévations secondaires. Avec sa hauteur qui dépasse de quelques pieds la limite permise par le règlement municipal de 1901, il est l’un des premiers gratte-ciel montréalais du début du XXe siècle.

Le gratte-ciel présente une composition tripartite claire que renforce l’emploi du granit pour la partie inférieure. L’étroitesse relative de la façade principale ainsi que la lisibilité des travées, de la base au sommet, contribuent à un effet de hauteur qui correspond bien à l’analogie avec une colonne classique en trois parties (base, fût et chapiteau), une approche académique d’esprit beaux-arts développée aux États-Unis. À cela s’ajoute un vocabulaire architectural classique au caractère baroque dont témoignent les puissants piliers à bossages, ainsi que les frontons, consoles et festons surdimensionnés du couronnement. Les cartouches, guirlandes et autres ornements, dont ceux du portail, contribuent à l’exubérance du décor tout en lui ajoutant ce qui apparaît probablement vers 1900 comme une touche française – le « Modern French Style » disait-on à New York. Tout compte fait, il s’agit d’un gratte-ciel nord-américain tripartite, au décor néo-baroque.

Les grandes baies et l'aspect monumental du rez-de-chaussée rappellent la présence d’une banque. Un portail classique couronné d’un fronton triangulaire, seule entrée à l’origine, donnait accès à la banque, mais aussi au hall d’ascenseurs. Aux étages supérieurs, un fenêtrage uniforme et régulier indique la présence de bureaux. Ces derniers bénéficient d’un éclairage additionnel des élévations secondaires, à l’arrière et à droite, les baies de l’intérieur du U fournissant un apport lumineux directement du sud. En 2013, on peut encore voir le nom du deuxième propriétaire occupant peint sur l’élévation latérale en brique : la Commercial Union Assurance Company Limited .

Intérieur accessible au public

Le portail permet aujourd’hui l’accès à un vestibule suivi du hall d’ascenseurs, tandis qu’une autre porte donne directement accès à un local commercial. Le vestibule et le hall modernisés conservent néanmoins plusieurs éléments du décor d'origine, en métal et en plâtre. Par ailleurs, la cage d’escalier de service a conservé des murs lambrissés en marbre gris et blanc, une balustrade en métal orné et des planchers en terrazzo.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1995-04-26) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0039-19-1496-00

Propriété :

0039-19-1496

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 15 juillet 2014