Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
L'édifice vu de la rue McGill.
©Denis Tremblay, 2014
 
Une partie de la façade principale, rue Saint-Jacques.
©Denis Tremblay, 2008
 
L'édifice vers 1910.
©Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Albums de rues Édouard-Zotique Massicotte. 6-156-d.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Édifice de la Eastern Townships Bank

Autre appellation :
  • Banque de Nouvelle-Écosse
Adresses civiques :
  • 437, rue Saint-Jacques
  • 715-717, square Victoria
    (façade latérale)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Complexe du Centre de commerce mondial de Montréal
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1907-1909

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Cox et Amos
    (agence d'architectes)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Eastern Townships Bank (institution bancaire)
    (propriétaire du 1903-04-04 au 1912-12-10)
Typologie d'origine :
  • gratte-ciel

Commentaire sur les travaux

Certaines sources datent l'édifice de 1909-1910, mais il est bel et bien construit entre 1907 et 1909 (sources : Prix courant et rôles d'évaluation de la Ville de Montréal).

haut de page
 
 
Le hall et le vestibule intérieurs.
©Denis Tremblay, 2014
 
L'édifice vu du grand atrium du Centre de commerce mondial.
©Denis Tremblay, 2014
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

Cet édifice, œuvre de l’agence d’architectes Cox et Amos, est construit entre 1907 et 1909 par la Eastern Townships Bank. Le rez-de-chaussée loge au départ les bureaux montréalais de la Eastern Townships Bank, une banque fondée à Sherbrooke en 1859. Les étages supérieurs hébergent entre autres des compagnies d’assurances, la firme de courtage de Louis-Joseph Forget, les bureaux de la Canadian Car and Foundry Company et le consulat américain.

En 1912, la Canadian Bank of Commerce devient propriétaire de l’immeuble en faisant l’acquisition de la Eastern Townships Bank. Elle le revend en 1919 à une autre institution bancaire, la Banque de Nouvelle-Écosse. Cette dernière s’installe dans les locaux délaissés quelques années plus tôt par la Eastern Townships Bank. En 1960, la Banque de Nouvelle-Écosse fait démolir le bâtiment voisin donnant sur le square (l’ancien édifice de la Richelieu & Ontario Navigation Company) et procède à l’agrandissement de son bâtiment. Quatre travées sont alors ajoutées du côté du square Victoria. En outre, on ajoute un étage à l’édifice, ce qui entraîne la disparition de la corniche originale. Au début des années 2010, la Banque de Nouvelle-Écosse tient toujours une succursale au rez-de-chaussée.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Canadian Bank of Commerce (institution bancaire)
    (propriétaire du 1912-12-10 au 1919-07-18)
  • Banque de Nouvelle-Écosse (institution bancaire)
    (propriétaire du 1919-07-18 à environ 2000)
Autres occupants marquants
Locataires :
  • Canada Steamship Line
    (locataire de environ 1925 à environ 1950)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 19 avril 2005 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1960
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Ajout d'un ou de plusieurs étages au bâtiment.

    Agrandissement vers la ruelle des Fortifications et ajout d'un étage à l'ensemble.

    Concepteur de la transformation :
    Durnford, Bolton, Chadwick and Ellwood (agences d'architectes)
     
haut de page
Lecture architecturale  
Sis sur un lot d’angle particulièrement prestigieux, l’édifice de 10 étages, surmonté d'un petit étage en retrait, présente deux façades sur rues, la plus longue face au square Victoria et l'autre longeant la rue Saint-Jacques. Du granit gris de Stanstead couvre les premiers niveaux de ces façades, tandis qu'on retrouve du grès chamois de l’Ohio aux étages supérieurs. Les élévations secondaires de l'édifice de plan rectangulaire, enserré par le Centre de commerce mondial, sont en revanche invisibles de la rue. Malgré les modifications des années 1960, l’édifice de la Eastern Township Bank présente encore plusieurs des caractéristiques du gratte-ciel montréalais du début du XXe siècle.

L’édifice rectangulaire – surmonté d’un étage en retrait – comporte une partie supérieure de couleur chamois qui semble posée sur un socle gris. Le traitement très élaboré des premiers niveaux en granit et les encadrements des ouvertures aux étages supérieurs rappellent la conception d’origine, alors que des corniches débordantes et des consoles géantes, disparues ensuite, complétaient une composition tripartite académique, d’esprit beaux-arts. Les travées latérales aux extrémités de chaque façade comprennent plus de pleins que de vides et sont en légère avancée aux niveaux supérieurs, ce qui constitue une seconde forme de division tripartite (horizontale). Le vocabulaire architectural, avec les pilastres corinthiens de la façade principale comme signature dominante, comprend de nombreux éléments empruntés à la Renaissance italienne tardive (maniériste) et au monde baroque, tels les bossages en table un-sur-deux du troisième niveau ainsi que les clefs et les claveaux en bossage des plates-bandes au-dessus des fenêtres. Il s’agissait en somme d’un gratte-ciel nord-américain tripartite, au décor néo-baroque, typique de la décennie 1900, simplifié depuis la modernisation des années 1960.  

La division verticale du gratte-ciel témoigne d’une séparation des fonctions sans ambiguïté. Le décor élaboré des deux premiers étages évoque le prestige d’une institution bancaire, tandis que la répétition à l’identique des niveaux supérieurs se veut conforme au modèle habituel d'uniformisation des étages de bureaux. On accédait et on accède toujours à la banque et au hall des ascenseurs par l’entrée principale monumentale, maintenant modernisée. Aujourd’hui, on peut également accéder à la banque depuis le Centre de commerce mondial, du côté de l’ancienne ruelle des Fortifications.

Intérieur accessible au public

Les grandes portes d'entrée du portail de la rue Saint-Jacques donnent accès à un vestibule suivi du hall bancaire. Ce dernier est résolument moderne. Les fenêtres et les portes sont en verre et en aluminium, tandis que les murs sont recouverts de marbre gris et de granit beige. Cette modernité contraste avec les éléments décoratifs extérieurs d’inspiration classique. Il n'est pas sans rappeler ceux de la Banque Toronto Dominion qui lui fait face sur la rue Saint-Jacques.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1995-04-26) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0039-09-3563-00

Propriété :

0039-09-3563

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 26 juin 2014