Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Maison Brignon dit Lapierre après sa restauration
©Ville de Montréal, 2011
 
Maison Brignon dit Lapierre après sa restauration
©Ville de Montréal, 2011
 
Façade sud
©Ville de Montréal, 2007
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison Brignon dit Lapierre

Adresse civique :
  • 4251, boulevard Gouin Est
Arrondissement ou ville :

Montréal-Nord (Montréal)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

vers 1770

Nom du propriétaire constructeur :
  • Pierre Guibault (maçon et agriculteur)
    (propriétaire de 1762 à 1806)
    Fils de maçon, Pierre Guilbault a sans doute fait son apprentissage du métier au côté de son père. Comme ce dernier, Pierre Guilbault gagne sa vie en combinant la pratique de son métier de maçon et la culture de la terre. En août 1762, il hérite de la terre de son père et épouse Marie-Marguerite Labelle. Celle-ci décède au début de 1766 après avoir donné naissance à deux enfants. Guilbault épouse en secondes noces Marie-Angélique Dalpé dit Parizeau en janvier 1768.
Typologie d'origine :
  • Maison isolée

Commentaire sur la construction

La maison a probablement été érigée par son propriétaire constructeur Pierre Guilbault, après son premier mariage (1762) ou son second (1768).

haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

En 1742, Charles Guilbault, maître maçon et tailleur de pierre de Montréal, achète un lot de terre faisant front à la rivière des Prairies, dans le nord-est de l’île de Montréal, et y érige une maison en pierre et des bâtiments de ferme. En 1762, maçon et agriculteur, hérite de la terre de son père. Vers 1770, Pierre Guilbault, propriétaire de la terre de son père depuis 1762, démolit l’ancienne maison et érige la maison actuelle qu’il habite jusqu’au début du XIXe siècle. En 1806, Pierre Guilbault vend sa terre au cultivateur Ambroise Cazal. Afin d’assurer sa retraite, ce dernier cède en 1814 la propriété par acte de donation à Luc Brignon dit Lapierre, un cultivateur de 27 ans. En échange, Cazal conserve notamment le droit d’habiter la partie sud-ouest de la maison, de la cave jusqu’au grenier. Après le décès de celui-ci, la maison et la terre demeure la propriété de Luc Brignon dit Lapierre et de ces descendants jusqu’à la vente de la propriété à des spéculateurs fonciers en 1912. La terre des Brignon dit Lapierre est alors subdivisée.

Entre 1912 et 1987, la maison Brignon dit Lapierre passe entre les mains de plusieurs propriétaires avant d’être vendue à la Ville de Montréal Nord en octobre 1987. Son site est aménagé en parc et est utilisé pour la tenue d’événements culturels. Propriété de la Ville de Montréal suite aux fusions municipales de 2002, la maison Brignon-Dit-Lapierre est citée monument historique en 2007 par la municipalité.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Luc Brillon (ou Brignon) dit Lapierre
    (propriétaire de 1814 à 1847)
    En novembre 1814, Luc Brignon dit Lapierre acquiert la maison et la terre. C’est le 5 novembre 1847 qu’il cède à son fils Pierre, la terre, la maison de pierre et dépendance. Luc Brignon et sa femme se réservent la partie de la maison du côté sud-ouest de la cave au grenier. Luc Brignon dit Lapierre meurt le 6 janvier 1849 à l’âge de soixante-deux ans. La maison demeure la propriété de la famille Brignon dit Lapierre jusqu’en 1912.
  • Ville de Montréal-Nord
    (propriétaire de 1987 au 2001-12-31)
    En 1915, la ville de Montréal-Nord, qui faisait autrefois partie de la municipalité de paroisse du Sault-au-Récollet, est créée. L’hôtel de ville de Montréal-Nord est érigé en 1916 sur l’ancienne terre des Brignon dit Lapierre. En 1987, la Ville de Montréal-Nord acquiert la maison et son terrain est aménagé en parc municipal. En 2002, la ville de Montréal-Nord devient un arrondissement de Montréal avec les fusions municipales.
  • Ville de Montréal
    (propriétaire du 2002-01-01 à aujourd'hui)
    À la suite des fusions municipales de 2002, les bâtiments appartenant aux autres municipalités de l’île deviennent propriétés de la Ville de Montréal.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 15 mai 2013 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : vers 1814
    Transformation majeure de la façade.

    Division de la maison en deux logements, aménagement d’une deuxième porte desservant la partie sud-ouest de la maison et ajour d’un parement en pierre de taille sur la façade principale.
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : vers 1913
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Transformation majeure de la façade.

    Ajout de lucarnes.

    Ajout de deux lucarnes continues et d’une annexe en pierre, remplacement de fenêtres.
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : 2009
    Fin des travaux : 2011
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Les travaux visaient notamment la réfection de la maçonnerie, le remplacement des portes et fenêtres, la reconstitution de la galerie, du larmier et du revêtement de toiture à la canadienne (suppression de la lucarne continue en façade) ainsi que des menuiseries et des finis intérieurs.

    Concepteur de la transformation :
    Beaupré et Michaud, architectes
     
haut de page
Lecture architecturale  
La composition architecturale de la maison Brignon dit Lapierre est un exemple représentatif de l’architecture traditionnelle de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Cette ancienne maison de ferme, située en surplomb par rapport à la rivière des Prairies, est composée d’un carré d’origine en moellons coiffé d’une toiture à deux versants et d’une annexe en pierre. Son rez-de-chaussée est dégagé du sol et les deux cheminées, doubles en apparence, sont situées dans le prolongement des murs pignons et centrées par rapport à la ligne faîtière du toit. Ce bâtiment possède également des caractéristiques architecturales que l’on retrouve particulièrement dans le secteur nord-est de l’île de Montréal, soit une façade en pierre de taille et une lucarne continue (à l'arrière).

La maison a subi plusieurs modifications témoignant de la cohabitation de deux ménages, mais aussi de l’évolution des goûts et de la notion de confort. En effet, la façade, à l’origine composée de 3 fenêtres et d’une porte, est modifiée en 1814 afin d’y aménager une deuxième porte desservant la partie sud-ouest de la maison. La façade en pierre de taille daterait de cette période. L’ajout de deux lucarnes continues et d’une annexe en pierre vers 1913 permettent d’augmenter la superficie habitable de la maison et de nouvelles fenêtres sont installées.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :Le bâtiment est identifié aux inventaires patrimoniaux dans la catégorie suivante :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9999-10-0002-01

Propriété :

9999-10-0002

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 22 mai 2013