Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 

©Ville de Montréal, 2006
 
Inscriptions et éléments décoratifs.
©Ville de Montréal, 2006
 
Ostensoir sur la partie centrale.
©Ville de Montréal, 2006
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Croix de chemin de pierre et ses éléments accessoires

Autre appellation :
  • Croix de chemin en pierre du Haut-du-Sault
Adresse civique :
  • boulevard Gouin Ouest
Arrondissement ou ville :

Ahuntsic-Cartierville (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Gros-Sault ou Vieux-Bordeaux (Gouin Ouest et du Bois-de-Boulogne)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1873-1874

Nom du propriétaire constructeur :
  • François Jubinville

  • Zéphire Racine

Typologie d'origine :
  • Croix de chemin
haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

La construction de croix de chemin est une tradition établie au début de la colonisation française. On plantait des croix le long du chemin en guise d’offrande à Dieu pour implorer sa miséricorde, ses bienfaits ou sa protection ainsi que comme repère géographique. Bénies par le curé lors de leur construction, elles faisaient l’objet de pratiques religieuses essentiellement populaires, des prières, des rites de conjuration et des demandes de faveurs diverses. Selon la croyance, le propriétaire d’une croix devait l’entretenir et même la remplacer si elle tombait en ruine pour éviter que les malheurs ne s’abattent sur lui et sa famille.

Le 10 avril 1873, Zéphire Racine, tailleur de pierre et charpentier, et François Jubinville, charretier, deux résidants de la paroisse du Sault-au-Récollet, cèdent aux catholiques de la paroisse un petit terrain à la seule condition qu’il y soit construit une croix en pierre. Quelque temps plus tard, les carriers du Sault-au-Récollet offrent d’ériger la croix, qui remplaçait peut-être une ancienne croix en bois. Elle est bénie en 1874.

La croix est citée monument historique par la Ville de Montréal en 1988. Entretenue par la municipalité depuis de nombreuses années, elle est achetée par elle des héritiers Racine et Jubinville en 1991.

haut de page
Lecture architecturale  
On retrouve sur les routes du Québec des croix de chemin simples, sans décoration, des croix aux instruments de la Passion et des calvaires sur lesquels on retrouve une figure du Christ. Ressemblant à un obélisque, la croix de chemin du boulevard Gouin se distingue par sa construction en pierre plutôt qu’en bois. Elle est composée de trois sections. Elle arbore sur sa partie inférieure certains éléments symboliques rappelant la Passion du Christ. Ainsi, une croix rappelle la crucifixion et le cœur rouge représente le Christ lui-même. Cette section est également décorée d’une niche avec une statuette de la Vierge. Un ostensoir orne la partie centrale et une croix décore la section supérieure. Oeuvre du temps, les inscriptions sur la croix sont aujourd’hui presque illisibles. En 1945, on pouvait y lire l’inscription : « En honneur de Jésus-Christ-Roi ».

Cette croix de chemin est située au coin du boulevard Gouin et de l'avenue du Bois-de-Boulogne et est clôturée d’un muret en pierre. Son emplacement est adjacent au parc de l’Île Perry.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9999-09-0003-03

Propriété :

9999-09-0003

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 21 janvier 2013