Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Église du Gesù (façade)
©Ville de Montréal, 2002
 
Église du Gesù
©Ville de Montréal, 2002
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Église du Gesù

Autres appellations :
  • Chapelle du Gesù
  • Chapelle du collège Sainte-Marie
  • Le Gesù
Adresses civiques :
  • 1202, rue de Bleury
  • 1205-1207, rue Saint-Alexandre
    (façade secondaire)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Rue Sainte-Catherine Ouest (entre Square Phillips et Jeanne-Mance)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1864-1865

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Patrick Charles Keely
    (architecte)
    Patrick Charles Keely (1816-1896), fils d’un père dessinateur et constructeur, fait d’abord ses études en Irlande, puis émigre aux États-Unis en 1841 pour s’installer à Brooklyn. Il exerce le métier de menuisier jusqu’en 1847, au moment où le clergé lui demande de concevoir l’église catholique Sts. Peter and Paul à Brooklyn. Dès lors, il acquiert une réputation enviable comme architecte auprès du clergé catholique de la côte est américaine. Il construit plusieurs dizaines d’édifices religieux durant sa carrière. L’église du Gesù semble être sa seule réalisation montréalaise.
Nom du propriétaire constructeur :
  • La Compagnie de Jésus
    (propriétaire de 1864 à 1969)
    La Compagnie de Jésus, également connue sous le nom d’ordre des jésuites, est fondée à Paris en 1534 par Ignace de Loyola. Les missionnaires jésuites arrivés en Nouvelle-France en 1625 contribuent alors largement à diffuser de l’information sur la colonie de façon régulière en France grâce aux Relations des jésuites. Ils assurent les services religieux à Montréal de 1642 à 1657, puis quittent pour Québec avec l’arrivée des sulpiciens. Après l’abolition, puis le rétablissement de leur ordre, les jésuites reviennent à Montréal en 1842 sur l’invitation de monseigneur Ignace Bourget pour y fonder des maisons d’enseignement. C’est véritablement à partir de cette époque que les jésuites jouent un rôle important à Montréal, notamment par la fondation du collège Sainte-Marie en 1848.
Typologie d'origine :
  • Édifice de culte
haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

L’église du Gesù a été érigée en 1864-1865 pour servir de chapelle au collège Sainte-Marie. Au sous-sol, la salle du Gesù sert aux activités académiques et socio-culturelles des étudiants du collège. Malgré le fait que les flèches des tours n’aient jamais été terminées, on procède quand même à l’installation de la statue du Sacré-Cœur dans la niche du fronton de la façade le 25 octobre 1865. Un orgue Casavant est installé en 1901.

La salle du Gesù s’ouvre au public au début des années 1930 pour devenir une salle de théâtre. Plusieurs troupes, chanteurs et orateurs l’occupent, tels que les Compagnons de Saint-Laurent et le Théatre du Nouveau Monde. En 1969, le collège Sainte-Marie et la salle du Gesù sont rattachés à la nouvelle Université du Québec à Montréal (UQAM). Le déménagement de l’UQAM en 1975 vers ses nouveaux locaux du quartier latin laisse sans locataires le collège qui sera démoli en 1976. Le Gesù est alors rénové, et la salle sera réaménagée en 1977 selon les plans des architectes Larose, Laliberté, Petrucci. D’autres travaux de restauration commencent en 1983 à l’intérieur de l’église, ce qui comprend également la restauration de l’orgue. C’est à cette époque que la salle de théâtre ferme ses portes pour les rouvrir en 1993, alors qu’elle devient le Centre de créativité du Gesù.

Autres occupants marquants
Locataires :
  • Collège Sainte-Marie
    (locataire de 1864 à 1969)
    Le collège Sainte-Marie, fondé par les jésuites, ouvre ses portes en 1848. Du collège Sainte-Marie naîtront le Loyola College (section anglaise) et le collège Jean-de-Brébeuf. Le collège Sainte-Marie est à l’origine de l’Université du Québec à Montréal, qui offrira des cours dans ses locaux jusqu’en 1975. Aujourd’hui, sur le terrain autrefois occupé par le collège, on trouve la place Félix-Martin, ainsi nommée en l’honneur de son fondateur.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 18 novembre 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1977
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Après la démolition de collège Sainte-Marie : rénovation extérieure de l’église et réaménagement de la salle de spectacles.

    Concepteur de la transformation :
    Larose, Laliberté, Petrucci (architectes)
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : vers 1983
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Restauration intérieure de l’église et de la salle du Gesù
     
haut de page
Lecture architecturale  
Plusieurs projets d’église de style néo-gothique sont d’abord proposés pour la chapelle du collège Sainte-Marie, mais sont tous rejetés par l’évêque de Montréal, monseigneur Ignace Bourget, qui juge ce style trop près de la tradition protestante. Il préconise plutôt un projet de l’architecte Patrick Charles Keely inspiré de l’église du Gesù de Rome conçue par l’architecte Vignole (1568), modèle le plus suivi jusqu’à la fin du XIXe siècle dans l’Occident catholique. L’architecture de l’église s’inspire donc de l’architecture baroque de la Renaissance italienne, notamment dans sa forme générale qui intègre la nef et le transept dans un seul volume.

Sur le plan de l’ornementation extérieure, l’église du Gesù de Montréal est plus sobre que l’église romaine dont elle s’inspire. La façade principale de la rue De Bleury est traitée comme un arc triomphal incluant six arches réparties sur deux étages et un large fronton triangulaire. De part et d’autre, les deux tours placées en diagonale, dont les clochers sont demeurés inachevés, encadrent l’imposante façade. Le tout est orné de pierres de taille aux surfaces variées, de frontons arrondis, de pilastres et de chaînages d’angle rigoureusement disposés selon les principes de l’architecture classique. Le décor intérieur de l’église présente également de l’intérêt. On peut notamment y admirer un ensemble de fresques réalisées par Daniel Müller, peintre de New York.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9940-53-8482-01

Propriété :

9940-53-8482

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 janvier 2013