Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Église unie St. James
©Ville de Montréal, 2008
 
Église unie St. James (transept ouest)
©Ville de Montréal, 2002
 
Église unie St. James (chevet)
©Ville de Montréal, 2002
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Église unie St. James

Autres appellations :
  • St. James Methodist Church
  • St. James United Church
  • Église St. James
Adresses civiques :
  • 463, rue Sainte-Catherine Ouest
  • 1435, rue City Councillors
    (façade secondaire)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Rue Sainte-Catherine Ouest (entre Square Phillips et Jeanne-Mance)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1887-1889

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Alexander Francis Dunlop
    (architecte)
    Montréalais d’origine, l’architecte Alexander Dunlop (1842-1923) reçoit sa formation dans sa ville natale et à Détroit. Il exerce à partir de 1874. Outre de nombreuses résidences et écoles, il est le concepteur de la brasserie Eker (aujourd’hui Musée Juste pour Rire), 2111 boulevard Saint-Laurent (1894).
Nom du propriétaire constructeur :
  • Trustees of the St. James Methodist Church
    (propriétaire de 1886 à aujourd'hui)
    Fondée en Angleterre par John Wesley, l’église méthodiste est présente au Québec depuis 1780 et implantée à Montréal par Joseph Sawyer en 1802. La First Methodist Church débute ses activités en 1807. En 1925, la fusion des églises méthodiste, presbytérienne et congrégationnelle forme l'Église Unie du Canada et la St. James Methodist Church devient alors la St. James United Church.
Typologie d'origine :
  • Édifice de culte
haut de page
 
 
Église unie St. James (façade du Mercantile Building)
©Ville de Montréal, 2002
 
 
Histoire  

Évolution du bâtiment

Le 11 juin 1887 a lieu la pose de la première pierre de l’église, qui est le quatrième temple érigé par la congrégation méthodiste. La réalisation des plans est confiée à l’architecte Alexander Francis Dunlop, qui prévoit deux parties : le temple et une salle communautaire à l’arrière de l’église. Lors de son inauguration en 1889, on dit de l’église St. James qu’elle est la plus grande église méthodiste du Canada.

Le Mercantile Building, érigé depuis 1926 devant l'église pour palier aux difficultés financières de la congrégation, masque la façade principale. Malgré cet ajout, le caractère grandiose de cet édifice ayant somme toute subi peu de changements depuis sa construction, peut toujours être apprécié à partir des rues latérales.

Classée monument historique en 1980 par le gouvernement du Québec, l’église est également désignée site historique national par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada depuis 1996. Cette reconnaissance patrimoniale est étendue à l’ensemble du site de l’église en 2001. Un programme complet de restauration de l’église est amorcé en 1996.

Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 23 mars 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1926
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Transformation majeure de la façade.

    Construction du Mercantile Building devant l'église.

    Concepteur de la transformation :
    Frank Peden (architecte)
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1996
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Restauration complète de l'église entreprise en 1996 par les architectes Werleman Guy McMahon et poursuivie par Duschenes & Fish architectes, sous la direction de Fernando Pellicer.

    Concepteurs de la transformation :
    Werleman Guy McMahon (architectes)
    Duschenes & Fish (architectes)
     
haut de page
Lecture architecturale  
Un nombre important d’églises néo-gothiques - un style architectural inspiré par les églises médiévales - sont construites pendant le XIXe siècle. L’architecte de l’église St. James opte cependant pour une interprétation différente de ce style, en mettant l’emphase sur l’asymétrie des deux tours, mesurant environ 43 et 61 mètres respectivement. L’originalité de cette église réside entre autres dans la flèche de la tour la moins élevée, laquelle supporte une lanterne soutenue par de délicats arcs-boutants.

Les façades latérales de l’église permettent de mesurer l’ampleur de son volume. Une large part de son intérêt architectural se trouve également dans son revêtement en grès rouge au fini rustique, qui contraste avec les pierres d'angle et les garnitures des portes et fenêtres en grès taillé, rouge et vert olive.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Immeuble patrimonial classé sous le nom de Église Saint James
    Anciennement un monument historique classé (1974-10-03) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9940-46-3307-01

Propriété :

9940-46-3307

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 janvier 2013