Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Façade avant.
©Ville de Montréal, 2006
 
Détail de la galerie de la façade.
©Ville de Montréal, 2006
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison dite du Centenaire

Autre appellation :
  • Maison Proulx dit Clément
Adresse civique :
  • 977, rue Cherrier
Arrondissement ou ville :

L'Île-Bizard—Sainte-Geneviève (Montréal)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

vers 1790

Nom du propriétaire constructeur :
  • Jean-Baptiste Proulx dit Clément
    (propriétaire du 1790-06-26 à 1794)
    Jean-Baptiste Proulx dit Clément, cultivateur, épouse Marie-Eugénie Daoust en 1783. Il aura six enfants avant de mourir en 1794.
Typologie d'origine :
  • Maison isolée

Commentaire sur la construction

La maison aurait été construite entre 1790, année au cours de laquelle Jean-Baptiste Proulx dit Clément acquiert la terre, et 1794, année de son décès.

Cependant, des réserves peuvent être émises quant à l’attribution de cette date de construction. En effet, la résidence en bois a été déplacée à deux reprises, demandant au moins une fois le démantèlement entier de sa structure. Son apparence, plutôt du milieu du XIXe siècle, suggère aussi que des modifications importantes lui ont été apportées. Des recherches supplémentaires pourraient certainement amener des précisions sur l’histoire de cette maison.

haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

En 1790, Jean-Baptiste Proulx dit Clément et son épouse, Marie-Eugénie Daoust, achètent une terre sur laquelle ils font construire dans les mois suivants cette maison de bois. Devenue veuve en 1794 et s’étant remariée, Marie-Eugénie Daoust échange en 1802 la terre et la maison contre la propriété de son beau-frère Antoine Proulx dit Clément au nord de l’île.

En 1810, Antoine Proulx fait déplacer la résidence au nord du chemin Cherrier. Elle est démontée pièce par pièce et rebâtie. Elle a également fait l’objet de travaux de rénovation au XIXe siècle, notamment à sa toiture se prolongeant désormais en façade au-dessus d’une galerie. Une annexe est aussi ajoutée. Les descendants Proulx dit Clément possèdent la maison jusqu’en 1958. Joseph-Avila Proulx est le dernier membre de la famille à l’avoir habitée. En 1940, alors qu’il veut se faire construire une nouvelle résidence sur l’emplacement de la maison ancestrale, il déménage cette dernière sur son site actuel.

En 1967, la résidence inoccupée est nommée, lors d’une cérémonie organisée par la Chambre de commerce locale, la « maison dite du Centenaire » en l’honneur du centième anniversaire de la Confédération canadienne. L’Association des motoneigistes de l’île Bizard l'acquiert en 1998 et l'occupe toujours en 2006. La maison est citée monument historique par la municipalité de l’Île-Bizard en 2001.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Joseph-Avila Proulx
    (propriétaire du 1929-04-23 au 1958-07-30)
    Joseph-Avila Proulx, cultivateur, est conseiller de la municipalité de Saint-Raphaël-de-l’Île-Bizard de 1920 à 1924 et de 1928 à 1937, alors qu’il devient maire jusqu’en 1949. Il est également marguillier de la paroisse de 1942 à 1945.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 7 novembre 2006 )
  • Travaux 1

    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Une annexe est ajoutée du côté est de la maison.
     
haut de page
Lecture architecturale  
La maison dite du Centenaire est l’un des rares exemples toujours existants de maisons de bois datant de la fin du XVIIIe siècle dans la région montréalaise. Elle possède une charpente de pièce sur pièce et est recouverte de planches de bois posées à clin. Bien que ce type de maisons était très répandu à l’époque dans les secteurs agricoles comme l’île Bizard, leur construction en bois a rendu difficile leur conservation à long terme.

Malgré quelques modifications ultérieures dont la toiture se prolongeant au-dessus de la galerie agrémentant la devanture, la maison dite du Centenaire a conservé plusieurs caractéristiques de l’architecture vernaculaire du XVIIIe siècle. De plan rectangulaire, le corps de logis d’un étage et demi est coiffé d’un toit à deux versants. Les ouvertures sont disposées de façon asymétrique et les fenêtres sont à petits carreaux. De plus, la maison est construite sur une fondation de pierre peu dégagée du sol.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :Le bâtiment est identifié aux inventaires patrimoniaux dans la catégorie suivante :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

7236-19-7337-01

Propriété :

7236-19-7337

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 21 janvier 2013