Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Maison Bleau
©Ville de Montréal, 2002
 
Maison Bleau
©Ville de Montréal, 2002
 
Maison Bleau
©Ville de Montréal, 2002
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison Bleau

Adresse civique :
  • 13200, boulevard Gouin Est
Arrondissement ou ville :

Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Parc régional de la Pointe-aux-Prairies
comprenant aussi

    Localisation :
    haut de page
    Construction  
    Date de construction initiale :

    vers 1855

    Nom du propriétaire constructeur :
    • Léon Bleau (cultivateur)
      (propriétaire de 1843 à 1896)
      Né dans la paroisse de Saint-Joseph de la Rivière-des-Prairies, Léon Bleau est issu d’une famille d’agriculteurs habitant Rivière-des-Prairies depuis le début du XVIIIe siècle. En 1843, il reçoit de son père Joseph Bleau une partie de la terre appartenant à la famille Bleau depuis 1721 et sur laquelle est érigée une maison en pierre. Léon Bleau remplace celle-ci par une maison en bois entre 1851 et 1861. Aucun menuisier n’a pu être identifié comme étant le concepteur de cette maison, celle-ci ayant probablement été érigée par Léon Bleau.
    Typologie d'origine :
    • Maison isolée

    Commentaire sur la construction

    Un recensement datant de 1851 mentionne que Léon Bleau, son épouse et leurs quatre enfants, vivent dans une maison en pierre d’un étage en compagnie de Joseph Bleau père et trois sœurs et frère de Léon. Dix ans plus tard, un recensement de personne stipule que la famille Bleau, composée de cinq adultes et six enfants, demeure dans une maison en bois.

    haut de page
    Histoire  

    Évolution du bâtiment

    En 1843, le cultivateur Léon Bleau reçoit de son père une terre faisant face à la rivière des Prairies, sur la pointe est de l’île de Montréal, sur laquelle est érigée une maison en pierre. Quelques années plus tard, soit entre 1851 et 1861, celui-ci remplace la maison en pierre par une maison en bois, érigée sur d’anciennes fondations en pierre, probablement celles de la maison en pierre démolie. Vers la fin du XIXe siècle, la maison est divisée en deux logements afin de permettre la cohabitation de la famille de Léon Bleau et de celle de son fils Joseph, propriétaire d’une partie de la terre à partir de 1896 en vertu d’un acte de donation. Une deuxième porte est alors aménagée sur la façade principale de la maison.

    La maison et la terre demeure la propriété des descendants de Léon Bleau jusqu’en 1960 alors qu’elles sont acquises par la congrégation des Petites Filles de Saint-Joseph. Propriété de la Ville de Montréal de 1971 à 1982, la maison et une bonne partie de l’ancienne terre de la famille Bleau sont acquises par la Communauté urbain de Montréal en 1982 afin de créer le parc régional de la Pointe-aux-Prairies. Les bâtiments de ferme sont par la suite démolis et la cuisine d’été en bois située à l’arrière de la maison est supprimée. Restaurée au début des années 2000 et louée à des fins résidentielles, la maison Bleau redevient la propriété de la Ville de Montréal suite aux fusions municipales et à la réorganisation administrative de 2002.

    Autres occupants marquants
    Propriétaires :
    • Congrégation des Petites Filles de Saint-Joseph
      (propriétaire du 1960-07-25 au 1971-07-28)
      La congrégation des Petites Filles de Saint-Joseph est fondée le 26 avril 1857 par Rose-de-Lima Dauth avec l’aide des sulpiciens Antoine Mercier et Damien Tambareau. Sa principale vocation est de venir en aide aux membres du clergé en assurant certains services d’utilité matérielle comme la confection d’habits ecclésiastiques ou la réalisation de divers travaux ménagers.
    • Ville de Montréal
      (propriétaire du 1971-07-28 au 1982-09-29)
      En 1971, la Ville de Montréal achète la maison Bleau et une bonne partie du lot 5 sur lequel elle est érigée et conserve la propriété jusqu’en 1982 alors qu’elle est vendue à la Communauté urbaine de Montréal.
    • Communauté urbaine de Montréal
      (propriétaire du 1982-09-29 au 2001-12-31)
      Créée en 1970, la Communauté urbaine de Montréal, regroupe toutes les municipalités de l’île. Fournisseur de services à caractère régional, elle exerce diverses compétences dans de nombreux domaines, comme la police et le transport en commun. Entre 1970 et 1992, la CUM se porte acquéreur de plusieurs terrains afin de créer des grands parcs régionaux.
    • Ville de Montréal
      (propriétaire du 2002-01-01 à aujourd'hui)
      À la suite des fusions municipales et la réorganisation administrative de 2002, les bâtiments implantés dans les parcs régionaux appartenant à la CUM deviennent propriétés de la Ville de Montréal.
    Transformations majeures :
    (dernière mise à jour le 7 juillet 2010 )
    • Travaux 1
      Date des travaux : 1890-1900
      Transformation majeure de la façade.

      Réaménagement des espaces intérieurs afin de diviser la maison en deux logements et ajout d’une seconde porte sur la façade principale.
       
    • Travaux 2
      Date des travaux : 1999
      Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

      Démolition de la cuisine d’été à l’arrière du bâtiment.

      Concepteur de la transformation :
      Communauté urbaine de Montréal
       
    haut de page
    Lecture architecturale  
    La maison Bleau est l’une des rares maisons de ferme en bois datant du XIXe siècle subsistant à Montréal. Ces principales caractéristiques architecturales témoignent de l’évolution de la maison de ferme et de son adaptation au climat d’ici, aux besoins de la vie courante et à une nouvelle esthétique. Représentative de la maison dite «québécoise», cette maison en pièce sur pièce possède un rez-de-chaussée dégagé du sol et un toit en tôle à deux versants percé de lucarnes qui se prolonge au-dessus de la galerie longeant la façade principale. Les murs extérieurs sont recouverts d’un parement de bois et percés d’ouvertures disposées de façon symétrique sur trois côtés. La façade principale est composée de quatre ouvertures, soit deux portes et deux fenêtres à battants à grands carreaux, une à chaque extrémité de la façade. Les deux cheminées sont situées dans l’alignement des murs-pignons, au centre de la ligne faîtière du toit. Des vestiges de fondation en pierre rappellent l’emplacement de la cuisine d’été démolie, autrefois adossée au mur sud et accessible par la porte arrière de la maison.
    haut de page
    Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
    Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :Le bâtiment est identifié aux inventaires patrimoniaux dans la catégorie suivante :
    haut de page
    Bibliographie sur l'immeuble  

    Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
    veuillez consulter les sources suivantes :

    haut de page
    Numéros de référence  
    Bâtiment :

    0360-19-3037-01

    Propriété :

    0360-19-3037

     
    Avertissement :

    Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

     
    Droits réservés, 2002-2017
    Données mises à jour le 21 janvier 2013