Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
L'édifice vu de la rue Saint-Pierre.
©Denis Tremblay, 2014
 
L'édifice de la Canada Life et son environnement immédiat en 1898.
Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Albums Massicotte. 6-131-a
 
L'édifice vu de la rue Saint-Jacques.
©Denis Tremblay, 2013
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Édifice de la Canada Life

Adresses civiques :
  • 275, rue Saint-Jacques
  • 701-709, rue Saint-Pierre
    (façade latérale)
  • ruelle des Fortifications
    (façade secondairesans numéro civique)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1894-1895

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Richard A. Waite
    (architecte)
  • Henry Beaumont
    (sculpteur)
Nom du propriétaire constructeur :
  • The Canada Life Assurance Co.
    (propriétaire de 1893 à 1954)
Typologie d'origine :
  • gratte-ciel

Commentaire sur les travaux

La plupart des sources indiquent 1895 comme date de construction et celle-ci est d'ailleurs inscrite sur le bâtiment. Montréal Métropole (1998) donne 1894-1896, tandis que Crossman (1987) retient 1894-1895 comme période de réalisation. Les rôles d'évaluation, le Canadian Architect and Builder (CAB) et des photographies confirment que les travaux débutent en 1894. Le correspondant montréalais du CAB fait en outre la « critique » du bâtiment, presque complété selon la revue, dans le numéro d'octobre 1895 et en mai 1896 les locaux sont occupés.

haut de page
 
Haut-relief à l'angle des deux façades principales.
©Denis Tremblay, 2013
 
Une section de la façade principale.
©Denis Tremblay, 2006
 
Le portail principal, rue Saint-Jacques.
©Denis Tremblay, 2013
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

En 1894-1895, la compagnie d’assurance-vie Canada Life fait ériger un gratte-ciel de huit étages sur la rue Saint-Jacques. Elle confie le projet à l’architecte Richard A. Waite, un Américain qui a déjà réalisé pour la compagnie dans les années 1880 le siège social de Hamilton et la succursale de Toronto.

La Canada Life choisit le site voisin du prestigieux édifice Temple (démoli en 1907). Vers le début de l’année 1894, un bâtiment de trois étages qui s’y trouvait est démoli pour permettre la construction du nouvel édifice que l’on termine vers la fin de 1895. Au dire d’un journal local, il s’agit d’un édifice des plus modernes dans le Dominion. Sur le plan technique, et ce pour une des premières fois au Canada, il s’élève grâce à une structure d’acier. Waite emprunte à divers styles, si bien que l’édifice fait écho à l’éclectisme victorien tout en annonçant le retour au classicisme du début des années 1900. Il est en outre ornementé de nombreuses et fines sculptures réalisées par Henry Beaumont, tant à l’extérieur qu'à l'intérieur.

La Canada Life s’installe au deuxième étage tandis que la Banque canadienne de Commerce (aujourd’hui CIBC) aménage son bureau-chef montréalais au rez-de-chaussée. Les autres locaux de l’immeuble sont au départ loués principalement à des cabinets d’avocats et à d’autres assureurs, une clientèle qui reste fidèle dans les décennies qui suivent. En 1954, l’édifice est vendu à la Federation Assurance Co. of Canada, une compagnie nouvellement formée. Son départ au milieu des années 1980 met fin à près d’un siècle de présence continue de compagnies d’assurances dans l’édifice. Durant les années suivantes, la plupart des locaux se retrouvent sans locataire. En 2003-2004, l'édifice est transformé en copropriétés résidentielles.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Federation Assurance Co. of Canada
    (propriétaire de 1954 à 1979)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 23 janvier 2014 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 2003
    Fin des travaux : 2004
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Conversion de l'édifice en immeuble résidentiel en copropriété. Une subvention a été versée pour les composantes restaurées.


     
haut de page
 
Le grand escalier visible de l'entrée.
©Denis Tremblay, 2013
 
La remarquable cage d'ascenseur en fer forgé.
Ministère de la Culture et des Communications,
photographe Normand Rajotte.
 
L'arrière donnant sur la ruelle des Fortifications et une partie de la façade latérale de la rue Saint-Pierre.
©Denis Tremblay, 2014
 
Lecture architecturale  
L’édifice Canada Life occupe la totalité d’un emplacement de forme trapézoïdal. En pente et en tête d’îlot, cette localisation permet l’exposition de trois façades sur rues (dont la ruelle des Fortifications), celle de la rue Saint-Jacques constituant la façade principale. Aujourd’hui enchâssé entre de hauts bâtiments, il était visible de loin à l’origine, ce qui explique sans doute le traitement élaboré des trois façades. De plan rectangulaire, l’immeuble en grès bleuté atteint l’impressionnante hauteur de 121 pieds de hauteur du côté de la ruelle des Fortifications. Parmi les immeubles de bureaux de l’époque, seule la tour de l’édifice New York Life le dépasse. Pour l’une des première fois au Canada, les murs de maçonnerie ne jouent aucun rôle de soutien, l’ensemble de l’édifice étant supporté par une structure d’acier. Par ces caractéristiques techniques – il possède aussi deux ascenseurs –, il est un des exemples les plus éloquents du gratte-ciel en devenir.

La façade de la rue Saint-Jacques et la façade latérale comprennent respectivement trois et six travées bien définies aux cinq premiers niveaux. La division en cinq sections horizontales séparées par des corniches – comprenant un ou deux niveaux chacune – donne quant à elle lieu à autant de traitements distincts. Ce type de composition contredit l’impression de hauteur, une approche courante au XIXe siècle. L’importance des baies permet de soupçonner la présence d’une fine ossature, mais le traitement laisse faussement croire à la présence de piliers en maçonnerie jouant un rôle de support. Ces subtiles ambivalences trouvent leur pendant dans le vocabulaire architectural. La composition d’une régularité plutôt classique, malgré l’asymétrie de l’emplacement du portail en façade principale, est largement inspirée de la Renaissance dans ses détails, tels le portail ionique, les petits chapiteaux de la famille corinthienne, les clés des arcs, les rinceaux et autres ornements. Toutefois, les pilastres polygonaux de l’avant-dernière section et le rythme serré des arcatures du sommet, que l’on peut associer à des traditions médiévales, contribuent, comme les autres ambivalences, à un éclectisme bien de son temps.

Les propriétaires constructeurs occupent le second étage que rien ne permet de distinguer, tandis que les hautes ouvertures du rez-de-chaussée évoquent le prestige associé à une institution bancaire. Le portail monumental de la rue Saint-Jacques donnait accès à la succursale bancaire et au hall d’ascenseurs desservant les étages supérieurs. Une entrée secondaire, rue Saint-Pierre, permettait un accès séparé aux locataires du vaste sous-sol créé par la dénivellation du terrain. L’édifice évoque surtout par sa forme architecturale le prestige d’un bureau-chef, sa fonction principale (bureaux) étant essentiellement rappelée par sa hauteur.

Éléments décoratifs significatifs

L’ancienne inscription « Canada Life Assurance Company » reste partiellement lisible dans la frise du portail, tandis que la date de fondation de la compagnie (1847) et l’année de l’inauguration de l’édifice (1895) y apparaissent toujours. On trouve aussi le monogramme CLAC dans un panneau décoratif. Sur la façade à l’angle des rues Saint-Jacques et Saint-Pierre, un haut-relief représente les armoiries de la compagnie avec, au sommet, un pélican nourrissant ses petits de son sang, un symbole d’abnégation et de charité chrétienne adopté par l’entreprise. Enfin, dans les écoinçons du portail, des figures allégoriques de facture classique portent des attributs symboliques reliés aux activités économiques, tels un rouet et une corne d’abondance.

Intérieur partiellement visible de l’entrée

Après la porte d’entrée, dans l’ancien hall désormais privé, un escalier en marbre, dont la rampe est ornée d’une console renversée et de fines sculptures en pierre, conduit à une mezzanine qu’occupait la succursale bancaire. Un corridor avec des planchers en mosaïque mène à la cage d’ascenseurs en fer forgé. Les intérieurs riches et éclectiques combinent des éléments classiques et une ornementation typique de la fin de l’ère victorienne.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1995-04-26) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-11-1613-00

Propriété :

0040-11-1613

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 23 janvier 2014