Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Maison Henriette-Moreau
©Ville de Montréal, 2002
 
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison Henriette-Moreau

Autres appellations :
  • Manoir des Anges
  • Maison Lionais
Adresses civiques :
  • 4100, avenue De Lorimier
  • 4101, rue de Bordeaux
    (façade secondaire)
Arrondissement ou ville :

Le Plateau-Mont-Royal (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Avenue De Lorimier (entre Sherbrooke Est et Gilford)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1870-1873

Nom du propriétaire constructeur :
  • Henriette Moreau

    Henriette Moreau est l’épouse d’Hardoin Lionais. La famille Lionais joue un rôle important dans le développement immobilier du secteur au cours du dernier quart du XIXe siècle. La résidence connue aujourd’hui sous le nom de maison Henriette-Moreau demeure la propriété de la famille Lionais jusqu’en 1894.
Typologie d'origine :
  • Maison isolée

Commentaire sur la construction

La date de construction initiale du bâtiment connu sous le nom de maison Henriette-Moreau n’est pas établie avec certitude. Le dossier de citation de la maison, préparé par la Ville de Montréal, mentionne que la résidence aurait été construite entre 1870 et 1873, et qu’elle est assurément érigée avant 1875, date à laquelle un acte notarié fait référence à la maison pour un prêt sur hypothèque. Ce contrat indique que le propriétaire est alors Jean-Dominique Edouard Lionais, mais il ne permet pas d’établir si c’est celui-ci ou Henriette Moreau qui érige la résidence.

haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

La maison Henriette-Moreau est construite vers 1872 dans un secteur appelé à l’époque village De Lorimier. Un garage est construit en 1955 du côté sud de la maison. La façade principale a conservé la majeure partie de ses éléments d’origine. La maison a été transformée en résidence pour personnes âgées et porte le nom de manoir des Anges.

haut de page
Lecture architecturale  
La maison Henriette-Moreau est l’un des plus anciens exemples de villas bourgeoises érigées sur le Plateau Mont-Royal. Elle est située dans le secteur De Lorimier, qui s’urbanise rapidement entre les années 1880 et 1915. Cette résidence de type pavillonnaire est implantée en retrait de la rue. Le carré de la maison est de grande dimension, et les trois étages en briques s’élèvent au-dessus d’un haut soubassement de pierre. La maison Henriette-Moreau est également un exemple intéressant de la combinaison de différents vocabulaires stylistiques, qui marque l’éclectisme architectural en vogue au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle. La composition symétrique et sobre de la façade principale et le fronton triangulaire à base interrompue qui surmonte l’avant-corps central empruntent à la tradition néoclassique. Les corniches monumentales supportées par les consoles et la fenêtre à arc en plein cintre placée sous le fronton triangulaire sont d’inspiration italienne. La juxtaposition de ces éléments avec un toit à deux versants d’influence québécoise donne à cette villa bourgeoise une apparence tout à fait unique.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9943-53-3063-01

Propriété :

9943-53-3063

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2014
Données mises à jour le 21 janvier 2013