Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Maison Abner-Bagg
©Ville de Montréal, 2002
 
Maison Abner-Bagg
©Ville de Montréal, 2002
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison Abner-Bagg

Autre appellation :
  • Maison Bagg
Adresses civiques :
  • 682, rue William
  • 166, rue King
    (façade latérale)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Griffintown (Prince et Ottawa)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1819-1821

Nom du propriétaire constructeur :
  • Abner Bagg
    (propriétaire de 1819 à 1841)
    Abner Bagg est un marchand et propriétaire foncier d’origine américaine qui s’installe à Montréal avec son père et son frère vers 1810. Il possède tour à tour plusieurs commerces et entreprises. Il est notamment importateur et manufacturier de chapeaux, exportateur de bois et marchand de potasse et de fourrure. Il acquiert également plusieurs propriétés, mais la crise économique qui survient à la fin des années 1820 accule Abner Bagg à la faillite.


Typologie d'origine :
  • Maison contiguë
haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

L’ensemble connu sous le nom de la maison Abner-Bagg est construit en trois étapes. La résidence est située à l’angle des rues King et William (anciennement rue du Collège). Elle est érigée sur un terrain vacant acquis par Abner Bagg en 1819 et est complétée en 1821. Bagg fait également construire un entrepôt attenant de trois étages sur la rue King entre 1821 et 1822, réalisé par les maçons François Prévost et John Watson. Le négociant Orlin Bostwick devient propriétaire de la résidence en 1837 et de l’entrepôt en 1841. Il construit un second entrepôt sur la rue William, vraisemblablement entre 1837 et 1844.

La maison Abner-Bagg est acquise par le brasseur William Dow en 1844. Elle est louée à un aubergiste à la fin des années 1850 et loge des officiers de l’armée britannique à partir de 1862, jusque vers 1865. Par la suite, la maison Abner-Bagg ne connaît pas de transformations importantes jusqu’en 1991, année où la Société immobilière du patrimoine architectural de Montréal (SIMPA) en fait l’acquisition. Cet organisme paramunicipal entreprend la même année la restauration et le recyclage de la maison Abner-Bagg en collaboration avec la firme Saint-Rémy multimédia qui doit par la suite louer l’édifice. Les travaux sont achevés en 1992.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • William Dow
    (propriétaire de 1844 à 1868)
    William Dow (1800-1868) est né en Écosse et s’établit à Montréal vers 1819. Il est maître brasseur à la brasserie de Thomas Dunn, qui prend le nom de William Dow and Company en 1834. William Dow investit dans plusieurs propriétés durant les années 1840.

  • Société immobilière du patrimoine architectural de Montréal
    (propriétaire de 1991 à 1997)
    La maison Abner-Bagg devient la propriété de la Société immobilière du patrimoine architectural de Montréal (SIMPA) en 1991. La SIMPA est un organisme paramunicipal créé en 1981 dont le mandat, repris par la Société de développement de Montréal (SDM) en 1997, comprend la rénovation et la réhabilitation de certains bâtiments d’intérêt historique de la ville de Montréal.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 18 novembre 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1821
    Fin des travaux : 1822
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Ajout d’un entrepôt
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : vers 1840
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Ajout d'un entrepôt
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : 1991
    Fin des travaux : 1992
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Rstauration de la maison

    Concepteur de la transformation :
    Jodoin, Lamarre, Pratte et associés (architectes)
     
haut de page
Lecture architecturale  
La maison Abner-Bagg comprend une habitation et des bâtiments à fonction commerciale témoignant du lien étroit qui existe encore entre la vie domestique et le lieu de travail au début du XIXe siècle. La résidence, qui est érigée à l’angle des rues William et King, est aussi un des rares exemples de maison bourgeoise à caractère urbain qui aient survécu jusqu’à nos jours dans le faubourg des Récollets. Elle forme, avec les deux entrepôts, un ensemble unifié. Les façades très simples et revêtues de pierre de taille bouchardée se rattachent au style néoclassique d’origine britannique qui demeure populaire à Montréal jusque dans les années 1850. En outre, les trois corps de bâtiments sont coiffés d’un toit en pente. Certains éléments séparent cependant en façade la résidence des entrepôts, tels que l’arc surbaissé au-dessus de l’entrée principale et de la porte cochère, le bandeau de pierre qui sépare le rez-de-chaussée et l’étage, de même que les petites lucarnes à arc en plein cintre qui éclairent les combles. Les entrepôts ont une apparence plus utilitaire : étant de même hauteur que la résidence, ils comportent un étage de plus et n’arborent aucune ornementation.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0039-36-1850-01

Propriété :

0039-36-1850

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 21 janvier 2013