Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Façade avant.
©Ville de Montréal, 2006
 
Arrière de l'église.
©Ville de Montréal, 2007
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Église Saint-Raphaël-Archange

Adresse civique :
  • 495, rue Cherrier
Arrondissement ou ville :

L'Île-Bizard—Sainte-Geneviève (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Noyau villageois de l'île Bizard

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1873-1874

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Victor Bourgeau
    (architecte)
    Né à Lavaltrie, Victor Bourgeau (1809-1888) est le plus important architecte montréalais pour la construction et la décoration d’églises au cours des décennies 1850 à 1880. Ayant d’abord appris la sculpture auprès de Louis Quévillon, Bourgeau devient entrepreneur. Sa première réalisation en tant qu’architecte est l’église Saint-Pierre-Apôtre de Montréal, construite en 1851. Il conçoit par la suite quelques immeubles commerciaux et plus de 200 édifices religieux dont la cathédrale Marie-Reine-du-Monde à Montréal. Il est également le concepteur du décor intérieur de la basilique Notre-Dame de Montréal.
  • Alcibiade Leprohon

    Alciabiade Leprohon (1842-1902) est l’associé de Victor Bourgeau à compter de 1860.
Nom du propriétaire constructeur :
  • Fabrique de la paroisse de Saint-Raphaël-de-l’Île-Bizard
    (propriétaire du 1840-08-20 à aujourd'hui)
    La paroisse Saint-Raphaël-de-l’Île-Bizard obtient son érection canonique le 10 juillet 1839 et son érection civile le 10 janvier 1840.
Typologie d'origine :
  • Édifice de culte

Commentaire sur la construction

Bien que la nouvelle église soit bénie le 10 décembre 1874, la décoration intérieure est complètement terminée en 1881.

haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

En 1872, la première église paroissiale de l’île Bizard, érigée en 1843, est ravagée par un incendie. L’année suivante débute, sur le même emplacement, la construction d’une nouvelle église selon les plans de l’architecte Victor Bourgeau et de son associé, Alcibiade Leprohon. Bien que le nouveau lieu de culte soit ouvert en décembre 1874, on ne termine la décoration intérieure qu’en 1881. L’église, le presbytère et le cimetière forment l’ensemble paroissial du noyau villageois de l’île Bizard.

De 1919 à 1921, la paroisse engage les peintres Ozias Leduc et Adélard Trépanier pour décorer l’église. Au même moment, Ozias Leduc et Marc-Aurèle de Foy Suzor-Côté sont engagés pour peindre deux toiles, l'une représentant l'apothéose de Jeanne d'Arc, l'autre l'apparition du Sacré-Coeur à sainte Marguerite. Ces toiles s'ajoutent à un tableau d’Antoine Plamondon, épargné par l’incendie de l’ancienne église. Dès 1947, d’autres travaux de décoration mènent au retrait des tableaux ainsi que de moulures et de sculptures en bois datant de la construction initiale. Un nouveau système d’éclairage est également ajouté. Dans les années 1960, on redonne au décor intérieur de l’église une apparence plus sobre.

En 1989, des travaux de restauration sont effectués au bâtiment selon les plans de l’architecte Lavigueur. L’église est citée monument historique par la municipalité de l’Île-Bizard en 2001.

Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 7 novembre 2006 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1989
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Concepteur de la transformation :
    Lavigueur (architecte)
     
haut de page
Lecture architecturale  
L'église Saint-Raphaël-Archange est bâtie selon un plan en croix latine, comme la plupart des églises québécoises. Ces caractéristiques environnementales et architecturales contribuent à son caractère monumental et à la perception de hauteur qu'elle dégage. Située au coeur du centre administratif de la municipalité, à l’intersection de deux importantes voies de communication, cette église s'impose d'abord par sa localisation surélevée, en retrait de la rue. Le terrain qui l’entoure est dégagé sauf à l’avant où des arbres bordent le grand escalier de l’entrée.

Ses proportions et la composition de sa sobre façade de pierre bossagée accentuent également sa verticalité et sa monumentalité. Sa façade est ainsi encadrée de deux tours carrées, menant à de hauts clochers. Son corps principal est courronné d'un fronton et ses fenêtres allongées se terminent en forme d'hémicycle. Une rose de réseau et un oculus trilobé surmontent la fenêtre du corps central.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

7538-04-8378-01

Propriété :

7538-04-8378

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2014
Données mises à jour le 21 janvier 2013